public averti JRES 2009

mardi 26 janvier 2010, par Daniel GRANDJEANRichard TIMSIT

Toutes les versions de cet article : [français] [fr_pda]

Deux ingénieurs réseau du DIT ont été suivre cette conférence JRES, rassemblement des professionnels des réseaux informatiques. Ils nous en ramènent leurs impressions.



Two telecom engineers of DIT participated in the JRES days away to meet with computer networking professionals. They share their feedback with us.

Introduction

L’URL www.jres.org donne la définition de ces journées : Les Journées Réseaux JRES sont organisées à l‘initiative du RENATER, de l‘UREC , du CRU  et L’ INRIA . Elles se déroulent tous les deux ans.
Les JRES ont pour ambition de présenter un panorama très complet en terme de technologies, d‘usages, de stratégies, d‘organisation et de développements dans le monde des réseaux, en présentant des thèmes novateurs à chaque édition.
La population concernée par ces journées autant que les thèmes abordés nous incite à les suivre depuis plusieurs années. Il y a deux ans à Strasbourg, nous avions présenté notre système de quarantaine et de remédiation ainsi que notre conception de la gestion des identités.

Les quatre jours de conférence

Présentation d’ouverture

La qualité de la conférence réalisée par Hervé Le Crosnier (maître de conférence en informatique à l’université de Caen) nous aurait laissé dans la meilleure impression et le plus grand optimisme sur ce nouveau cru des JRES si nous n’avions pas été auparavant abasourdis par les propos assénés par un envoyé du ministère de l’informatique et des statistiques du gouvernement français... Depuis bien longtemps Hervé le Crosnier, en observateur délicat d’Internet, affine son analyse et nous a livré quelques conclusions qui devraient s’imposer au monde universitaire quel que soit le pays... penser à constituer un nuage propre  ! video->#video]

Les conférences

Toujours aussi nombreuses, elles nous ont souvent intéressés. Malheureusement de JRES en JRES il semble qu’il n’y ait pas de mémoire, alors qu’en 2007 à Strasbourg trois conférences couvraient la problématique de la mise en quarantaine de machines infectées, la conférence portant sur ce thème cette année ne semblait profiter d’aucun acquis de ces expériences... Parmi les conférences suivies, celles qui ont retenu notre attention concernaient

OrbisGIS : un SIG du domaine public pour exploiter la composante spatiale d’un Système d’Information de campus

Nous n’avons pas trop compris pourquoi OrbisGIS  avait été développé alors que tant de logiciels libres couvrent déjà ce domaine, mais cet exposé nous a fait réaliser à quel point Camptocamp  nous avait aidé avec l’application cartoweb. Grâce à son cartoserver, nous pouvons depuis des années présenter les couches réseau de plan.epfl.ch en nous concentrant sur notre métier.

Locauxtech : une application de gestion et d’administration des locaux techniques

Application bien proche de la nôtre BDPP ) nous avons discuté avec le développeur de Locauxtech pour lui faire part de notre expérience en insistant bien sûr sur la géolocalisation des équipements. La plupart des présentations sur l’infrastructure réseau démontraient que l’absence d’application de gestion du câblage rendait la maintenance infernale... Bien nous en a pris d’écrire la nôtre dés 1992 et de la faire évoluer en permanence.

Sécurité du DNS et DNSSEC

La présentation concernant la sécurisation de ce service était très intéressante. Au lendemain de l’annonce par Google de son Public DNS (qui n’apporte d’ailleurs rien de tangible concernant la sécurité sinon la promesse de participer au déploiement de DNSSEC) S.Bortzmeyer responsable de l’AFNIC  a fait le point sur la situation qui montre bien que 2010 sera une année charnière sur ce sujet. Le TLD.fr sera signé bientôt tandis que le TLD .ch l’est depuis la fin de l’année dernière. Le déploiement est donc à l’ordre du jour, au moins pour réaliser la validation des domaines signés. Il nous faudra bien un jour ou l’autre aussi signer nos domaines... video->#video]

Externalisation et respect de la loi Informatique et libertés

Cette présentation de Solenn Houssay (correspondante Informatique et Liberté – Université Lyon 1) montrait bien la difficulté de faire respecter les recommandations de la CNIL face à l’externalisation telle que l’on pouvait la concevoir dans le passé. Aujourd’hui, avec le cloud computing on voit que tout s’aggrave et que les recommandations de la CNIL deviennent inapplicables...

Développement collaboratif et innovation distribuée

Tristan Nitot, président et fondateur de Mozilla Europe, a fait une brillante intervention sur le mode de développement de Firefox utilisé par plus de 300 millions d’internautes. Du chaos à l’ordre (et vice versa) était le thème de sa présentation. Défi double en effet car il s’agit non seulement de fédérer une noria de contributeur, mais aussi et surtout d’intégrer les innovations proposées par les utilisateurs tout en garantissant la stabilité de l’application. Tristan Nitot est bien lucide sur les nouveaux défis à relever quant aux objets mobiles qu’il ne voudrait pas voir devenir comme des Minitel 2.0. Alors que Google a aidé et aide toujours la fondation Mozilla, la firme californienne a son propre butineur pour Android... S’il n’est pas impossible qu’un jour une version de Firefox puisse tourner sur un Android, c’est bien moins probable sur un iPhone... video->#video]

Conclusions

Si Hervé Le Crosnier dans son introduction à ces journées a remarquablement montré les enjeux du Cloud computing en indiquant le défi que cela représentait pour les pouvoirs publics de mettre à l’abri des caprices commerciaux toutes les informations scientifiques, on devinera qu’elles se sont terminées sans la moindre réponse à cette question essentielle... Pourtant Ken Klingenstein d’Internet2  et Valentino Cavalli pour Géant  ont aussi montré leur préoccupation par rapport à ce problème, mais ni l’un ni l’autre ne semblent imaginer possible d’ancrer un nuage sans pollution...
Les préoccupations de nos collègues français ressemblent beaucoup aux nôtres. Nous avons rencontré une population de responsables administratifs malmenés par la rapidité avec laquelle les technologies de l’information ont touché la population des étudiants qui arrivent désormais dans les universités avec leur propre adresse de courriel et rechignent à accepter celle que l’institution leur offre... Pire encore beaucoup de ces jeunes oublient de relever leur boite aux lettres tant ils sont pris dans d’autres réseaux...
Du côté technique aussi tout va de travers. On n’a plus envie de parler d’IPv6  tant on en a parlé dans le vide dans le passé... Pourtant, maintenant il est l’heure de le déployer... Pour DNSSEC  une conférence avait été faite par le même orateur en 2003... maintenant on se retrouve presque sur le fait accompli.
Rendez-vous pour les prochains JRES 2011 à Toulouse, nous verrons si oui ou non, nous sommes dans les nuages.



Glossaire

AFNIC :
Association Française pour le Nommage Internet en Coopération.
BDPP :
Base de données des Patches Pannels à l’EPFL (panneaux de brassage des locaux techniques)
Camptocamp :
société du Parc Scienti-fique d’Ecublens, éditeur de composants logiciels libres dans le domaine SIG. www.camptocamp.net.)
Cloud Computing :
(ou Informatique dans les nuages) est un concept d’utilisation de services sur Internet.
CNIL :
Commission nationale de l’informatique et des libertés
CRU :
Comité Réseau des Universités
DNSSEC :
Domain Name System Security Extensions. Protocole standardisé par l’IETF permettant de résoudre certains problèmes de sécurité liés au protocole DNS, service permettant d’établir une correspondance entre une adresse IP et un nom de domaine, il est donc fondamental d’en assurer une sécurité maximale.
GÉANT :
réseau à très haut débit dédié à la recherche et à l’éducation en Europe. www.geant.net
INRIA :
Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique
Internet2 :
consortium à but non lucratif pour développer les technologies permettant de faire atteindre de très hauts débits au réseau Internet.www.internet2.org
IPv6 :
l’Internet actuel est basé sur IPv4 ; un nouveau protocole a été développé pour pallier les insuffisances d’IPv4, notamment une future pénurie d’adresses. On en parle depuis longtemps, mais le déploiement à grande échelle commence seulement.
Minitel 2.0 :
Dispositif télématique développé par France Télécom dans les années 1980-1990. Symbole d’un produit propriétaire dans le monde de la communication.
OrbisGIS :
www.projet-plume.org/fiche/orbisgis
RENATER :
Réseau National de télécommunications pour la Technologie l‘Enseignement et la Recherche
SIG :
Système d’Information Géographique. En quelques mots, les SIG sont des logiciels permettant de représenter et de travailler avec des données liées à des coordonnées géographiques
TLD (Top-Level Domain) :
Dans un nom de domaine, le domaine de premier niveau est indiqué par le label suivant le dernier point dans le nom du domaine : .com, .ch, .org
UREC :
Unité Réseaux du CNRS.
video :
Nous vous conseillons vivement de visualiser ces vidéos, suivre le lien : Programme.

Daniel GRANDJEAN

Richard TIMSIT

Version PDA

Mots-clés

Accueil du site