FLASH INFORMATIQUE FI



Jabber, un système de messagerie instantanée alternatif




Marc POULHIES


Introduction

Parmi les programmes qui se sont invités sur la plupart des ordinateurs connectés à l’Internet on trouve des programmes de messageries instantanées (IM - Instant Messaging). Grâce à eux, il est possible de communiquer en temps réel avec le reste du monde principalement par l’envoi de texte, mais pas uniquement. Ce type de communication prend une place de plus en plus importante dans le monde connecté : que ce soit chez les particuliers ou dans les entreprises. Il apporte la rapidité que n’a pas l’email tout en conservant l’aspect informel des échanges. La majorité des gens ne connaît ce type d’échanges que par l’utilisation de Microsoft MSN Messenger et pourtant, il existe d’autres solutions pas forcément moins bonnes. Cet article portera principalement sur la présentation de Jabber, un système alternatif de messagerie instantanée qui apporte bon nombre d’avantages.

Généralités sur la messagerie instantanée

S’il fallait faire un top 3 des programmes les plus utilisés dans ce domaine, on trouverait :

  • Microsoft MSN Messenger
  • Yahoo ?! Messenger
  • ICQ / AOL Instant Messenger (AIM). ICQ, pionnier dans le domaine, a été racheté par le géant AOL pour finalement être fusionné avec AIM.
JPEG - 13.1 ko
fig.1
Plusieurs programmes accédant à plusieurs réseaux

MSN Messenger est tellement monopolistique qu’il y a souvent confusion entre la fonction et le programme pour finalement dire on se MSN.... Globalement, ces trois adversaires (car c’est vraiment de compétition dont il s’agit) offrent les mêmes possibilités :

  • communication à deux ou plus, par texte : c’est la fonction principale de tout programme d’IM ;
  • téléphonie : possibilité de discuter de vive voix gratuitement. Cette fonctionnalité gagne de plus en plus d’importance, notamment avec l’apparition de programmes comme Skype ;
  • visioconférence : en plus de la voix, il est possible de voir son interlocuteur ;
  • échange de fichiers : possibilité d’échanger simplement des documents ;
  • diffusion de publicités : si ce n’est pas le point le plus intéressant pour les utilisateurs, c’est sans aucun doute un sujet très croustillant pour les entreprises que sont AOL, Microsoft et Yahoo ?! ;
  • d’autres fonctions plus ou moins gadgets comme la possibilité de faire vibrer la fenêtre de son interlocuteur, d’intégrer des images (au départ des smileys) au texte, ...

Hélas, quand on parle de bataille pour une première place, les utilisateurs ne sont pas forcément les grands gagnants. Chacun de ces programmes agit sur son propre réseau, il est impossible d’aller voir ce qui se passe à côté. Ainsi, si deux personnes désireuses de communiquer ensemble sont chacune sur un réseau différent, il est nécessaire qu’une des deux fasse l’effort d’être présente sur les deux à la fois. Souvent cela implique d’avoir à lancer un programme par réseau et du même coup dupliquer certaines tâches (ces programmes réalisant globalement la même chose). Il est possible de comparer cela avec la téléphonie mobile : que diriez-vous si vous étiez obligé d’avoir un téléphone par opérateur (avec les problèmes administratifs que cela occasionne) pour pouvoir appeler tous vos contacts ? En laissant l’argument monétaire de côté, le principe reste le même.
Avec le nombre de fonctionnalités qui augmente, ces programmes ont de plus en plus tendance à devenir des usines à gaz (le problème s’accentue lorsqu’il est nécessaire d’en lancer deux ou trois), alors qu’en général, seul un faible sous-ensemble de ces fonctionnalités est utilisé (envoi de texte). Enfin, la publicité peut être vue comme gênante (par l’utilisateur) et pas très discrète, mais il est en général impossible de la cacher.
Il existe une solution à ces trois problèmes : les clients multiréseaux alternatifs. Ces programmes peuvent se connecter à plusieurs réseaux différents, il n’est donc plus nécessaire de lancer plusieurs programmes simultanément. Un exemple est montré sur la figure 2. Il est aussi possible de ne plus avoir de publicités en le choisissant judicieusement. L’effet usine à gaz est aussi réduit, ces programmes ne supportant pas toutes les fonctionnalités du programme original. Les plus connus sont Trillian (version gratuite ou payante, aucune des deux n’est libre) et Gaim (logiciel libre).

JPEG - 12.7 ko
fig.2
Programme multi protocoles

Par contre, ce type de programme ne règle pas le problème de la mobilité. En effet, lors de déplacement et de réinstallation, il est nécessaire de se souvenir de tous les paramètres de connexion à chaque réseau. De plus, contrairement à ce que beaucoup pensent, ces clients sont pour la plupart tolérés par les auteurs des programmes originaux, mais absolument pas encouragés, au contraire. Ainsi, lors de changements dans les bases des protocoles de MSN ou Yahoo !, ces clients alternatifs sont [à la traîne et ont besoin de temps pour prendre en compte ces changements et c’est à l’utilisateur de se tenir au courant de mise à jour.

Jabber

JPEG - 10.7 ko
fig.3
Transports Jabber

Jabber est un autre système de messagerie instantanée. Il reprend la base de tous les systèmes similaires, à savoir : discussion textuelle, notification de présence en ligne, échange de fichier, sécurité (utilisation de SSL/TLS et/ou GPG/PGP). Jabber tente aussi de corriger certains points présents dans les autres systèmes tout en apportant de nouvelles fonctionnalités. Il se démarque ainsi des autres.
Le réseau Jabber est constitué d’un ensemble de serveurs, chacun hébergeant des utilisateurs. Chaque serveur met à disposition de ses utilisateurs (et parfois aux utilisateurs d’autres serveurs) un ensemble de services. Le mécanisme de transport est l’exemple le plus connu de tels services. Un transport est une passerelle vers les autres réseaux comme MSN ou Yahoo !. En fournissant les informations nécessaires à la connexion à ces réseaux, il est possible de faire apparaître ses contacts MSN comme des contacts Jabber normaux (voir figs. 3 et 4 qui montre un exemple avec Gajim).

JPEG - 6.4 ko
fig.4
Gajim utilisant les transports ICQ,AIM et MSN

En plus de la transparence d’utilisation, ce mécanisme permet à l’utilisateur de ne plus se soucier des problèmes engendrés par les modifications apportées aux protocoles de bases, ceci devient le travail de l’administrateur du service. Jabber permettant parfois de passer plus simplement les firewalls (certains serveurs acceptent les connexions sur les ports correspondant à HTTP et HTTPS ce qui permet de passer au travers des proxys), il devient plus simple d’accéder aux comptes transportés. La création d’un compte Jabber est similaire à la création d’une adresse email. Il faut choisir un serveur où sera hébergé le compte parmi une longue liste. Bien sûr il est possible de communiquer avec des utilisateurs d’autres serveurs (voir fig. 5).

JPEG - 9.6 ko
fig.5
Réseau Jabber

Les serveurs offrent plus ou moins de services. Il est ainsi possible de trouver un service de blog où il suffit d’envoyer un message à un contact spécial pour qu’il soit visible sur une page Web. Les adresses Jabber ont la même forme que les adresses mail : login@monserver.com et il est parfois possible de les utiliser comme adresses mails : tout mail envoyé à cette adresse sera redirigé sur le compte Jabber visé.
Parmi les autres services intéressants, on peut noter l’envoi gratuit de SMS (comme cela est possible avec ICQ) sous certaines conditions (voir par exemple Web.amessage.info). Un autre des avantages visibles est la volonté de Jabber à ne pas enfermer ses utilisateurs en les forçant à utiliser un logiciel précis. L’utilisateur reste libre de choisir son programme client. Son fonctionnement est complètement documenté et n’a rien de secret. Le site Jabber studio.org offre même des services gratuits (CVS, système de suivi de bugs,...) pour encourager le développement par la communauté. C’est sans doute pour cette raison que le site Jabber.org liste plus de 100 clients différents. Il est possible d’en trouver pour tous les goûts :

  • libre et disponible gratuitement / propriétaire payant ;
  • complexe avec de nombreuses options / léger ;
  • programme classique / application Web (javascript, applet java,...).

La mobilité est aussi un des atouts de Jabber : il est possible d’utiliser un même compte depuis plusieurs endroits simultanément, ce qui n’est en général pas le cas avec les autres réseaux. Côté technique, Jabber est basé sur XMPP (eXtensible Messaging and Presence Protocol) en.wikipedia.org/wiki/Xmpp et www.xmpp.org, lui-même basé sur XML (eXtensible Markup Language). XMPP est le fruit de l’IETF (Internet Engineering Task Force, groupe travaillant à l’élaboration des standards pour Internet) et est couvert par différents RFC (Request For Comments, documents décrivant entre autres les standards d’Internet). Il est donc librement accessible sans avoir à payer le moindre centime. Cela est très important pour assurer une certaine stabilité et une liberté. Ainsi, le protocole ne changera pas de façon radicale du jour au lendemain et personne ne peut décider d’invalider tous les clients existants pour en favoriser un en particulier.

Utilisations professionnelles

Nombreux sont ceux qui pensent qu’il est plus simple d’installer en entreprise une solution clé en main fournie par Microsoft pour avoir MSN (comme ce qui se fait au CERN par exemple). Pourtant, plusieurs entreprises ont choisi Jabber en interne ou participent à son développement.
Par exemple, France Télécom a investi beaucoup dans Jabber Inc. : « Jabber is central to our communication, instant messaging and presence strategy, and is becoming more and more of a core element to the vision of our Wanadoo and Orange business units ».
Jabber est tout a fait adapté pour une entreprise souhaitant mettre en place un système de messagerie en interne sans pour autant relier ce réseau à Internet. Installer un serveur Jabber se fait assez simplement, et celui-ci peut marcher de manière autonome, sans connexion sur l’extérieur. Plusieurs projets libres mettent à disposition gratuitement des serveurs fonctionnant sur GNU/Linux. De la même façon que certains montent leurs propres serveurs mail (pour avoir un contrôle total sur l’espace de stockage, les moyens d’accès, ...) il est possible de faire son propre serveur Jabber (par exemple pour avoir un identifiant du type foo@monsuperdomaine.com).
Apple a ajouté le support de Jabber dans sa dernière version de iChat, son client de messagerie instantanée, parfaitement intégré à son système d’exploitation Mac OSX. Sun intègre aussi ce support à son système de messagerie. Il n’est donc plus nécessaire de connaître l’existence de Jabber pour avoir un programme compatible installé sur sa machine. De plus, la simplicité de création d’un compte Jabber comparée à celle d’un compte Passport .NET, nécessaire à MSN, laisse espérer que sa popularité ira grandissante.

Bilan

Malgré son grand potentiel, Jabber est un peu à la traîne sur certains points qui freinent souvent la migration depuis MSN/ICQ/Yahoo !. Par exemple, il n’est pour l’instant pas possible de faire de la téléphonie ou de la visioconférence de façon simple. Certains projets se penchent actuellement sur le sujet. Il existe des JEP (Jabber Extension Proposal, proposition d’extension à Jabber) et certains prototypes, notamment visant à intégrer Gnomemeeting (programme de visioconférence basé sur H.323 et bientôt SIP ) à Gossip (client Jabber ). Face au nombre de réseaux différents, qui ne pourra qu’augmenter, Jabber semble une solution fiable pour gérer des contacts de provenances diverses, tout en simplifiant la vie à l’utilisateur comme à l’administrateur.

autres liens

JabberFr : www.jabberfr.org
Jabber sur wikipedia : en.wikipedia.org/wiki/Jabber



Cherchez ...

- dans tous les Flash informatique
(entre 1986 et 2001: seulement sur les titres et auteurs)
- par mot-clé

Avertissement

Cette page est un article d'une publication de l'EPFL.
Le contenu et certains liens ne sont peut-être plus d'actualité.

Responsabilité

Les articles n'engagent que leurs auteurs, sauf ceux qui concernent de façon évidente des prestations officielles (sous la responsabilité du DIT ou d'autres entités). Toute reproduction, même partielle, n'est autorisée qu'avec l'accord de la rédaction et des auteurs.


Archives sur clé USB

Le Flash informatique ne paraîtra plus. Le dernier numéro est daté de décembre 2013.

Taguage des articles

Depuis 2010, pour aider le lecteur, les articles sont taggués:
  •   tout public
    que vous soyiez utilisateur occasionnel du PC familial, ou bien simplement propriétaire d'un iPhone, lisez l'article marqué tout public, vous y apprendrez plein de choses qui vous permettront de mieux appréhender ces technologies qui envahissent votre quotidien
  •   public averti
    l'article parle de concepts techniques, mais à la portée de toute personne intéressée par les dessous des nouvelles technologies
  •   expert
    le sujet abordé n'intéresse que peu de lecteurs, mais ceux-là seront ravis d'approfondir un thème, d'en savoir plus sur un nouveau langage.