FLASH INFORMATIQUE FI



Construire un cours postgrade intégrant les technologies de la formation




Sandra RIHS

Philippe THALMANN




Le moteur pour la création du cours postgrade en économie et management de la construction (EMC) était le manque de formation académique dans ce domaine constaté par le Comité Européen des Economistes de la Construction. La décision de faire un tel enseignement avec les technologies de la formation a été soutenue par le Conseil des Ecoles Polytechniques Fédérales, qui a donné son accord pour financer six projets NLT (New Learning Technologies) à l’EPFL, dont le cours EMC.
Il a fallu une année pour définir le scénario pédagogique, choisir un outil informatique en conséquence et constituer la documentation qui allait remplir la bibliothèque virtuelle. Le cours a été lancé en novembre 2001. Depuis, il en est à sa troisième édition.

Quelles sont les caractéristiques du cours ?

Le cours est constitué de neuf sessions réparties sur une année, correspondant à autant de phases dans la réalisation d’un projet de construction. Chaque session commence avec un séminaire d’introduction à la phase de projet et aux méthodes à utiliser pour les prestations typiques de mandataire. La session dure ensuite trois à quatre semaines pendant lesquelles les participants travaillent en groupe à distance. Elle se termine par un séminaire de présentation des travaux des groupes.
Pour chaque phase de réalisation du projet de construction, les participants définissent les objectifs des intervenants, les indicateurs de résultat, les procédures, les prestations et l’organisation en général du travail permettant de réaliser cette phase avec succès. Ils le font pour un cas concret tiré de leur expérience professionnelle, ce qui crée un lien fort entre la formation et la profession, un atout pour consolider le savoir. C’est également un élément de motivation apprécié par les participants.
Pour permettre une collaboration efficace entre participants et enseignants la plate-forme Manixa a été choisie. Celle-ci permet aux participants de créer et gérer leurs travaux directement sur un site Internet et facilite le suivi aux enseignants. Les deux systèmes proposés sont Manixa et Inteach (distribués par Inextenso).

• lInteach regroupe les informations du cours comme le calendrier, la structure et le règlement, permet aux participants d’échanger des informations à travers des forums thématiques et donne accès à la bibliothèque virtuelle contenant la documentation.
• Maxina est utilisé par les participants pour définir, lier et travailler sur les différentes phases du projet de construction. C’est un logiciel qui a été créé pour améliorer les processus d’entreprise, mais qui impose une rigueur dans la démarche, ce qui facilite la structuration du travail demandé aux participants. Sur le plan pratique, Manixa fonctionne un peu comme Jahia en permettant à chaque membre d’un groupe d’intervenir directement sur le site Web attribué au groupe.
Ce qui est avant tout indispensable pour le bon fonctionnement du cours de postformation, surtout d’un cours organisé en grande partie à distance, c’est un scénario pédagogique bien ficelé et la création de rapports humains. Il est indispensable de commencer par quelques journées en présentiel dont le but premier est de former et souder les groupes. Cela permet ensuite aux groupes de collaborer en n’utilisant pratiquement plus qu’Internet. Il faut également beaucoup travailler sur la motivation, nos participants risquant autrement de se détourner du cours sous les assauts de leurs obligations professionnelles. Le travail en groupe, les présentations périodiques et l’utilisation de cas pratiques personnels font énormément pour la motivation.
Un grand défi du cours était d’établir un système d’évaluation performant. Actuellement, les prestations des participants sont jugées à deux niveaux : d’une part, l’évaluation se fait sur les travaux qui sont sur leurs sites Web et d’autre part sur la présentation à la fin de chaque session. Le fait de contrôler l’acquisition du savoir par une présentation donne une cohérence à la démarche. Les participants sont donc continuellement évalués durant le cours et n’ont pas d’examens finaux, ce qui est particulièrement important pour maintenir un rythme et motiver les participants pour un travail qui se fait à distance. En même temps, les participants peuvent grandement améliorer leurs techniques de présentation, ce qui est aussi précieux sur un plan professionnel.
Les grands avantages pour une formation postgrade intégrant les technologies de l’enseignement sont la flexibilité, la transparence et la durabilité.
• La flexibilité : l’outil permet aux participants de travailler quand ils le souhaitent et où ils veulent ; il permet également aux enseignants de vérifier à leur convenance l’avancement du travail.
• La transparence : pratiquement tout le travail effectué par les participants se trouve sur un site Internet ; il est donc accessible à tout moment aux enseignants.
• La durabilité : les travaux réalisés et les discussions dans les forums sont conservés sur le serveur du cours ; il reste ainsi notamment une trace des échanges entre les participants et les enseignants.

Quand à la fin du cours les participants nous disent avoir acquis le savoir de dix ans d’expérience professionnelle, cela confirme la démarche entreprise par l’équipe du cours postgrade EMC et tous ceux qui les ont soutenus.

Références


• [http://emc.epfl.ch-• http://www.inextenso.com
• http://jahia.epfl.ch



Cherchez ...

- dans tous les Flash informatique
(entre 1986 et 2001: seulement sur les titres et auteurs)
- par mot-clé

Avertissement

Cette page est un article d'une publication de l'EPFL.
Le contenu et certains liens ne sont peut-être plus d'actualité.

Responsabilité

Les articles n'engagent que leurs auteurs, sauf ceux qui concernent de façon évidente des prestations officielles (sous la responsabilité du DIT ou d'autres entités). Toute reproduction, même partielle, n'est autorisée qu'avec l'accord de la rédaction et des auteurs.


Archives sur clé USB

Le Flash informatique ne paraîtra plus. Le dernier numéro est daté de décembre 2013.

Taguage des articles

Depuis 2010, pour aider le lecteur, les articles sont taggués:
  •   tout public
    que vous soyiez utilisateur occasionnel du PC familial, ou bien simplement propriétaire d'un iPhone, lisez l'article marqué tout public, vous y apprendrez plein de choses qui vous permettront de mieux appréhender ces technologies qui envahissent votre quotidien
  •   public averti
    l'article parle de concepts techniques, mais à la portée de toute personne intéressée par les dessous des nouvelles technologies
  •   expert
    le sujet abordé n'intéresse que peu de lecteurs, mais ceux-là seront ravis d'approfondir un thème, d'en savoir plus sur un nouveau langage.