FLASH INFORMATIQUE FI



Mot-croisé : MEMOIRE


Un mot : mémoire – quelques regards : archiviste, informaticien et illustrateur



Gilbert COUTAZ

Esteban ROSALES

Martin OUWEHAND



Mémoire, valeur étalon

Nous vivons plusieurs paradoxes avec la généralisation des technologies informatiques dans les échanges et la globalisation de l’information. Si nous n’avons jamais disposé d’autant d’informations à la fois ni aussi rapidement, celles-ci n’ont jamais été aussi fragiles et volatiles en raison de l’obsolescence des technologies et de l’inconstance des standards et des environnements. Pour la première fois dans l’Histoire, les données ne sont plus solidaires d’un support physique, la dématérialisation rend complexe et précoce tout dispositif de capture et de maintenance des données. L’informatique constitue à ce jour un outil rétrograde dans la conservation et la pérennisation de l’information, dans la mesure où elle impose des calendriers rapprochés et réguliers de migration et des coûts fixes. Elle ne reproduit pas dans le long terme les réussites des modes opératoires antérieures. Elle pourrait être tout simplement le fossoyeur de la Mémoire, quand on lui oppose les exigences d’authenticité, d’intégrité et de lisibilité des données. Pire, elle pourrait nous rendre amnésiques.
Le diagnostic a mis du temps à être établi, les promoteurs et les utilisateurs de l’informatique ayant constamment fait valoir les facilités dans les échanges, les capacités croissantes du stockage et l’accès en temps réel et à chaque instant, d’un point de connexion, à l’information. À l’eldorado informatique, d’autres voix dont en particulier celle des archivistes oppose le chaos documentaire.
Des solutions matures commencent à surgir et à être pratiquées. Elles font appel à l’harmonisation des pratiques et la mutualisation des ressources. Le défi à relever est global ; il exige des stratégies générales et nationales, si ce n’est internationales. Il est heureux de relever que les administrations publiques, en particulier la Confédération suisse et celle de plusieurs cantons, ont récemment introduit des politiques d’archivage pérenne : leur organisation a dû être repensée, les procédures et les processus ont été harmonisés et sont contraignants, le personnel bénéficie de formations continues. La prise de conscience passe à l’évidence par des décisions politiques. Le débat ne se résume pas, comme on l’a trop souvent invoqué, à des aspects techniques et financiers ; il ressort de la perception que l’on se fait de la Mémoire d’un État ou d’une collectivité. Il ne s’agit pas seulement de constituer une Mémoire qui puisse répondre immédiatement aux demandes d’aujourd’hui, mais d’organiser et de structurer une Mémoire qui pourra témoigner dans 20, 50 ans et bien plus, lorsque les interrogations (il faut encore savoir lesquelles) seront formulées.
Le temps informatique n’est pas à ce jour le temps historique, sauvegarde et archivage ne sont pas des termes synonymes. Le véritable indicateur de la Mémoire sera sa capacité à porter de manière durable et perpétuelle, donc intelligible et visible, les informations et des données, et surmonter la contradiction entre approche consumériste et exigences conservatoires. Les risques de rupture sont considérables dans ce contexte : au-delà de la volonté politique, il faudra assumer la continuité des investissements financiers et s’adapter aux bouleversements technologiques. Si jusqu’à présent, la Mémoire avait un coût plus ou moins bien supporté (on pouvait intervenir même tardivement dans la conservation), désormais, elle est entrée dans des surcoûts récurrents que seuls les plus riches et les plus puissants pourront satisfaire (il est impératif d’être présent à la conception et à l’élaboration des données). La véritable fracture numérique sera entre la Mémoire du nanti et celle du pauvre. À l’évidence, les effets collatéraux de l’informatique n’ont pas encore été tous mesurés à leur juste titre. La Mémoire s’imposera, de notre point de vue, comme valeur étalon dans l’appréciation des conséquences de l’ère technologique dans laquelle nous sommes entrés de manière définitive.

GC

Mémoire et antémémoire...

Les informaticiens appellent mémoire tout moyen de stocker de l’information (digitale bien sûr : elle a été transformée d’une manière ou d’une autre en suite de zéros et de un) pour plus tard pouvoir y accéder, la traiter, la transformer avant de la stocker de nouveau, peut-être dans une mémoire d’un type différent.
Il y a en effet toutes sortes de mémoires, qui se distinguent par la technologie utilisée (électronique, magnétique, optique et plus récemment spintronique), leur capacité, la taille de l’unité traitée (octet, mot, bloc), leur rapidité (le temps nécessaire à accéder à une quantité donnée d’information), par leur permanence ou leur volatilité (cas où l’information disparaît quand l’alimentation électrique est coupée), la possibilité d’écritures multiples ou non, le type d’accès (direct ou séquentiel, ce qui n’est guère le cas que pour les bandes magnétiques).
Pour illustrer quelques-unes de ces possibilités, prenons cet amas froid et inerte de ferraille, de circuiterie et d’électronique qu’est un PC éteint et allumons-le. Le processeur va d’abord lire et exécuter la partie de la mémoire morte du BIOS qui contient les instructions nécessaires pour lire à son tour sur la mémoire de masse (disque, CD-ROM) le contenu du noyau du système d’exploitation et le charger en mémoire vive. Le noyau s’exécute alors et met en place la mémoire virtuelle et la mémoire tampon (qui accélère l’accès aux données stockées sur le disque). Le PC est alors vigoureusement prêt et l’utilisateur pourra lancer les programmes de son choix. Leur exécution est accélérée par l’utilisation de la mémoire cache (ce que l’Académie française appelle paraît-il antémémoire) placée entre le processeur et la mémoire vive, et qui sert à atténuer les effets de la différence entre leurs vitesses de réaction.
Le PC est sans doute doté d’une connexion à Internet et l’utilisateur peut alors accéder à notre mémoire commune, au sens traditionnel de ce mot, c’est-à-dire le souvenir d’événements, d’opinions et d’émotions du passé (il semble parfois que c’est devenu le seul moyen de le faire, mais n’oublions pas les discussions au bistrot et l’atmosphère feutrée des bibliothèques, qui gardent tout leur charme). Il pourra encore y publier un article scientifique ou une page de blog tellement bien tournés que nos descendants les trouveront mémorables...

MO



Cherchez ...

- dans tous les Flash informatique
(entre 1986 et 2001: seulement sur les titres et auteurs)
- par mot-clé

Avertissement

Cette page est un article d'une publication de l'EPFL.
Le contenu et certains liens ne sont peut-être plus d'actualité.

Responsabilité

Les articles n'engagent que leurs auteurs, sauf ceux qui concernent de façon évidente des prestations officielles (sous la responsabilité du DIT ou d'autres entités). Toute reproduction, même partielle, n'est autorisée qu'avec l'accord de la rédaction et des auteurs.


Archives sur clé USB

Le Flash informatique ne paraîtra plus. Le dernier numéro est daté de décembre 2013.

Taguage des articles

Depuis 2010, pour aider le lecteur, les articles sont taggués:
  •   tout public
    que vous soyiez utilisateur occasionnel du PC familial, ou bien simplement propriétaire d'un iPhone, lisez l'article marqué tout public, vous y apprendrez plein de choses qui vous permettront de mieux appréhender ces technologies qui envahissent votre quotidien
  •   public averti
    l'article parle de concepts techniques, mais à la portée de toute personne intéressée par les dessous des nouvelles technologies
  •   expert
    le sujet abordé n'intéresse que peu de lecteurs, mais ceux-là seront ravis d'approfondir un thème, d'en savoir plus sur un nouveau langage.