FLASH INFORMATIQUE FI



La vidéothèque de l’epfl : www.epfl.ch/epfltv




Franck PERROT


Les technologies évoluant (pas l’Homme, mais c’est une autre histoire), il faut bien utiliser de nouveaux mots pour nommer de nouvelles choses. Ainsi, le mot bibliothèque (Origine grec : biblion, livre et thèkè, boîte, dépôt) se décline aujourd’hui en vidéothèque pour nommer un dépôt de vidéos ou médiathèque pour celui d’objets multimédias.

Bref historique

La première version du projet EPFLTV a été annoncée dans le Flash informatique de janvier 2001 ( http://dit-archives.epfl.ch/FI01/fi-6-1/6-1-page20.html ). Son but à l’époque était de répondre à une demande de certains départements de l’EPFL, d’acquérir de l’expérience dans ce nouveau champ technologique en pleine expansion, d’analyser le marché et d’en suivre l’évolution afin de pouvoir être prêt le jour où l’EPFL en ressentirait le besoin.

Ce jour est arrivé quand l’intérêt d’une médiathèque à l’EPFL est devenu incontournable. Où et comment classer et rendre disponibles ces multiples objets multimédias dispersés dans l’école ? Un tel projet permettra également à n’importe qui à l’EPFL de réutiliser ces objets (images, vidéos, sons, textes, etc.) sous réserve de l’accord de leurs auteurs, par exemple pour réaliser un journal multimédias (projet en cours aujourd’hui).

C’est pourquoi EPFLTV a été revu de fond en comble après avoir interrogé les acteurs les plus concernés (SAVE, service de presse, bibliothèque, etc.). Une collaboration SIC/e-pfl s’est formée pour penser au mieux la réalisation d’une telle médiathèque à l’EPFL, laquelle devrait intégrer au minimum une photothèque, une vidéothèque et une docothèque (documents). Celle-ci est toujours en cours de réalisation aujourd’hui. La première brique de ce grand chantier étant EPFLTV.

EPFLTV : plus qu’une vidéothèque

EPFLTV (http://www.epfl.ch/epfltv ) est plus qu’un dépôt d’archives vidéo. EPFLTV permet d’accéder directement, grâce à Internet, aux archives audiovisuelles, mais aussi à des émissions diffusées en direct. EPFLTV permet également d’accéder à des fichiers SMIL (qui repose sur XML), lesquels organisent dans le temps des objets multimédias de toutes sortes (audio, vidéo, images, textes...). Pour plus d’information concernant SMIL, vous pouvez lire mon article intitulé « Intégration d’outils d’aide à l’enseignement. L’exemple du projet ODL » paru dans le FI spécial été 1999 ( http://dit-archives.epfl.ch/FI99/fi-sp-99/sp-99-page31.html ), ou vous reporter directement sur le site http://www.epfl.ch/ODL .

Conception Informatique

EPFLTV repose sur plusieurs serveurs :

  • 1. un serveur vidéo : serveur de streaming (RealNetwork, seul vraiment multi-plates-formes) ;
  • 2. un serveur de fichiers : machine équipée spécialement pour accueillir et sauvegarder de gros fichiers ;
  • 3. un serveur Web : Apache, scripts Perl ;
  • 4. une SGBD : MySQL.


Cherchez ...

- dans tous les Flash informatique
(entre 1986 et 2001: seulement sur les titres et auteurs)
- par mot-clé

Avertissement

Cette page est un article d'une publication de l'EPFL.
Le contenu et certains liens ne sont peut-être plus d'actualité.

Responsabilité

Les articles n'engagent que leurs auteurs, sauf ceux qui concernent de façon évidente des prestations officielles (sous la responsabilité du DIT ou d'autres entités). Toute reproduction, même partielle, n'est autorisée qu'avec l'accord de la rédaction et des auteurs.


Archives sur clé USB

Le Flash informatique ne paraîtra plus. Le dernier numéro est daté de décembre 2013.

Taguage des articles

Depuis 2010, pour aider le lecteur, les articles sont taggués:
  •   tout public
    que vous soyiez utilisateur occasionnel du PC familial, ou bien simplement propriétaire d'un iPhone, lisez l'article marqué tout public, vous y apprendrez plein de choses qui vous permettront de mieux appréhender ces technologies qui envahissent votre quotidien
  •   public averti
    l'article parle de concepts techniques, mais à la portée de toute personne intéressée par les dessous des nouvelles technologies
  •   expert
    le sujet abordé n'intéresse que peu de lecteurs, mais ceux-là seront ravis d'approfondir un thème, d'en savoir plus sur un nouveau langage.