FLASH INFORMATIQUE FI



Linux fête ses 20 ans


Il y a 20 ans Linus Torvalds a annoncé qu’il construisait, comme hobby, un système d’exploitation libre basé sur Minix. En publiant son message sur le newsgroup comp.os.minix, il n’imaginait pas l’importance que prendrait son projet.



20 years ago Linus Torvalds announced he was building a free minix-based operating system as a hobby. Little did he know, when he posted his message on the comp.os.minix newsgroup, how big his project was going to be.


Benjamin BARRAS

Pascal FABBRI


Historique

En 1975, la version 6 d’UNIX ou UNIX Time-Sharing System 6, développée par les laboratoires Bell, était largement répandue et utilisée dans le milieu éducatif. L’Université de Berkeley participa à son extension par la distribution d’UNIX connue sous le nom BSD. Le Prof. John Lions publia le fameux Commentary on the Sixth Edition UNIX Operating System connu sous le nom de Lions Book, alors principale source de documentation pour les premiers développeurs d’UNIX. C’est justement ce livre ainsi que le code source de la version 6 d’UNIX que le Prof. Andrew Tanenbaum, de l’Université Libre d’Amsterdam, utilisa à des fins pédagogiques pour ses leçons sur les systèmes d’exploitation.
Toutefois, les versions ultérieures d’UNIX n’étant plus librement disponibles pour une raison purement commerciale [1], cela incita le Prof. Tanenbaum à développer son propre système [2] UNIX qui sera appelé MINIX (mini-UNIX). Il était volontairement réduit pour qu’il soit facile à lire et à comprendre. MINIX qui existe toujours aujourd’hui dans sa version 3, connaîtra un certain succès auprès des étudiants en informatique, dont un certain Linus Benedict Torvalds qui fera ses débuts avec ce système.
Frustré par les limitations de MINIX, Linus décida de construire son propre noyau, coeur du système d’exploitation et qui sera connu sous le nom de Linux. Ce noyau sera développé dans un premier temps sur MINIX et utilisera même ses applications (commandes UNIX usuelles). Ces dernières seront peu à peu remplacées par celles provenant du projet GNU.

Faits marquants tout au long de ces deux décennies de technologie participative

1991
La première version du code Linux numéroté 0.1 est mise à disposition le 25 août 1991 suite à son annonce sur le forum comp.os.minix [3] par Linus Torvalds.
1992
Quelque temps après avoir pris la décision de partager avec le monde son travail, Linus a choisi d’adopter pour son code la licence GNU General Public License (GPL), s’intégrant particulièrement bien au système et au projet GNU de Richard M. Stallman (RMS) en protégeant juridiquement d’emblée le noyau. RMS depuis déjà de nombreuses années, possède une vision claire des enjeux des logiciels libres confrontés aux logiciels propriétaires. Cette décision importante contribua de façon significative à l’adoption de GNU/Linux et à sa résistance au regard des systèmes propriétaires pendant ces 20 ans.
1993
Slackware Linux 1.0 fut la première distribution Linux largement adoptée, même si à cette époque il fallait une volonté farouche pour l’installer avec ses 13 disquettes 3.5" contenant tout le système, mais sans l’interface graphique X11 (11 disquettes pour XFree-86 en version 1.3). Les sources et l’image du noyau portaient le numéro 0.99pl11 Alpha.
1996
La mascotte de Linux, un manchot, le symbolisa suite au dessin de Larry Ewing en référence à la passion de Linus pour les animaux en général. Le pingouin fut appelé Tux (Torvalds UNIX).
1999
La distribution Red Hat devint publique avec son introduction en bourse. C’est la première fois que l’Open Source devient un modèle économique. Quelques années passeront avant que Red Hat diversifie sa distribution tout en ne la distribuant plus gratuitement.
2004
Depuis la version 1.0 du noyau Linux, et jusqu’en 2004, les versions impaires représentaient le code source en développement et les versions paires le code stable (ou de production).
2007
La fondation Linux (The Linux Foundation) est créée. Elle regroupe une septentaine de membres (dont beaucoup sont des sociétés à but lucratif) qui ont pour mission principale de protéger et standardiser Linux.
2010
Le système d’exploitation le plus connu et diffusé, avec à son bord Linux, est aujourd’hui sans conteste Android, qui emploie une version modifiée du noyau. Torvalds a qualifié Android de Fork du noyau Linux.
2011
La version 3.0 marque le 20ème anniversaire de Linux. Linus Torvalds a décidé de changer le nom de son noyau, qui de la version 2.6.39 saute directement à la release 3.0, sans véritablement de changement technique, mais uniquement un changement d’étiquette. Laissant ainsi une empreinte de ces deux décennies parmi les branches de développement du code. En marge de cette date, on peut aussi fêter le 40ème anniversaire du file Transfer Protocol (FTP) proposé par Abhay Bhushan du MIT en 1971, qui rappelons-le, est un moyen permettant le transfert de fichiers volumineux entre des ordinateurs connectés au réseau.

De nos jours, Linux est considéré comme le plus grand projet de développement collaboratif de l’histoire de l’informatique. Le nom que Linus donna à son noyau fut Freax (monstre) et non Linux, une synthèse de Free et UNIX. Plus tard le code fut déplacé sur un serveur ftp FUNET dans le répertoire Linux, ce qui devint son nom définitif. Actuellement Linux se retrouve pratiquement partout : dans les smartphones, les bancomats, les téléviseurs, les projecteurs de cinéma, les automobiles, en passant par le LHC du CERN. Il faut savoir que les super-calculateurs fonctionnent à une majorité écrasante sous Linux qui équipe plus de 90% des 500 plus puissants super-calculateurs de la planète. Les serveurs Web qui fonctionnent sous Linux sont également largement majoritaires (plus de 60%).
Il est vrai que le chemin parcouru par Linux ces dernières années est remarquable. C’est une réussite d’autant plus impressionnante que Linux est continuellement maintenu et développé dans un esprit collaboratif et non de concurrence, ce qui va à contre-sens de la pensée dominante actuelle.

À l’EPFL

  • La plus vieille empreinte dont on retrouve une trace date de 1992, c’est Linus lui-même qui répond à Claude Lecommandeur pour un problème de souris.
  • Werner Almesberger, ex-assistant de recherche à l’EPFL, a développé LILO (LInux LOader) qui a été pendant longtemps le code d’amorçage (boot code) permettant à Linux de démarrer, et ceci bien avant GRUB.
  • En 1998, le support Linux fit son entrée à l’EPFL en partant de la distribution Red Hat 5.1 et en proposant déjà toute une série de logiciels Open Source et de services pré-configurés.

Liens

Arbres généalogique et chronologique des distributions basées Linux : upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/8c/Gldt.svg Débat Tanenbaum-Torvalds : micro-noyau vs noyau monolithique : severino.free.fr/archives/copieslocales/tribunelibre/fr-appa.html.


Article du FI-EPFL 2011 sous licence CC BY-SA 3.0 /B. Barras et P. Fabbri



Glossaire

BSD :
Berkeley Software Distribution
Fork :
projet qui modifie l’original pour créer quelque chose de neuf

[1] Operating Systems : Design and Implementation. Andrew S. Tanenbaum (p. 13)

[2] Tout, y compris les commandes systèmes, seront réécrites à partir de rien (ex nihilo)

[3] Free MINIX-like kernel sources for 386-AT



Cherchez ...

- dans tous les Flash informatique
(entre 1986 et 2001: seulement sur les titres et auteurs)
- par mot-clé

Avertissement

Cette page est un article d'une publication de l'EPFL.
Le contenu et certains liens ne sont peut-être plus d'actualité.

Responsabilité

Les articles n'engagent que leurs auteurs, sauf ceux qui concernent de façon évidente des prestations officielles (sous la responsabilité du DIT ou d'autres entités). Toute reproduction, même partielle, n'est autorisée qu'avec l'accord de la rédaction et des auteurs.


Archives sur clé USB

Le Flash informatique ne paraîtra plus. Le dernier numéro est daté de décembre 2013.

Taguage des articles

Depuis 2010, pour aider le lecteur, les articles sont taggués:
  •   tout public
    que vous soyiez utilisateur occasionnel du PC familial, ou bien simplement propriétaire d'un iPhone, lisez l'article marqué tout public, vous y apprendrez plein de choses qui vous permettront de mieux appréhender ces technologies qui envahissent votre quotidien
  •   public averti
    l'article parle de concepts techniques, mais à la portée de toute personne intéressée par les dessous des nouvelles technologies
  •   expert
    le sujet abordé n'intéresse que peu de lecteurs, mais ceux-là seront ravis d'approfondir un thème, d'en savoir plus sur un nouveau langage.