FLASH INFORMATIQUE FI



Mot-croisé : CONNEXION


Un mot : connexion – quelques regards : informatique, sciences de la Vie, illustrateur.



Juan-Carlos SARRIA

Esteban ROSALES

Jacques VIRCHAUX


JV

Connexion

Si au siècle passé la connexion a commencé par la réception de la radio, suivie par celle de la télévision, il s’agissait avant tout de pouvoir obtenir des informations diffusées (le terme anglais broadcasting semble bien l’exprimer). C’est cependant le téléphone qui a été le véritable moyen de connexion point-à-point entre les humains. Avec l’avènement d’Internet, c’est l’e-mail qui a constitué les bases de la communication universelle, avant même la connexion au monde quasi illimité de la toile.
De nos jours, si tu n’es pas connecté (sous-entendu à Internet) tu es très vite perdu et largué. Si les moyens d’informations de type broadcasting se sont aussi un peu développés avec les nouveaux moyens de réception par satellite ou câblée et avec le numérique, le téléphone a suivi son expansion en se libérant du fil. L’accès Internet dispose actuellement d’une vaste panoplie de moyens techniques (avec ou sans fil) et ne constitue pas véritablement un frein économique.
Si les premiers ordinateurs pouvaient se contenter de vivre en parfaite autarcie pendant de nombreuses années, il n’est actuellement plus possible de se passer d’un accès à Internet, ne serait-ce que pour les mises à jour des systèmes d’exploitation et des logiciels, ceci sans compter les solutions sécuritaires principalement mises en place par les propriétaires de logiciels non libres. Cet accès au monde de l’information et de la communication est un progrès permettant aussi bien de s’informer, de collaborer que de téléphoner (avec la vidéo de surcroît), en plus de l’incontournable e-mail qui reste le principal moyen de connexion asynchrone.
Un autre aspect de la connexion est celui du téléphone sans fil qui, avec la génération qui ne peut plus s’en passer désormais, devient un lien plus fort que le système filaire. En effet, le fait de pouvoir être atteint partout et toujours a fait le bonheur des opérateurs qui ont vite compris comment rendre leurs clients captifs du système. Que ce soit sur le trottoir, dans le métro ou en voiture, si tu ne peux pas utiliser ton portable du réveil le matin au coucher le soir, tu n’existes pas (enfin pour certains). Et quand tu dors, les SMS arrivent même parfois à te réveiller pour ne rien perdre de la connexion instantanée au monde. Est-ce vraiment indispensable ? Je laisserai le soin aux sociologues d’analyser cette addiction maladive.
Reste que la connexion au monde Internet est toujours fabuleuse et, même si elle consomme de l’électricité, permet souvent d’éviter les diffusions de papier (à recycler, comme dirait un certain Georges...). Alors, sois connecté... mais de manière libre et non contraignante si tu veux bien vivre.

Connexion

La connexion parait être la chose la plus naturelle de notre univers pour passer d’une structure simple à quelque chose de nouveau, une nouvelle échelle, un nouveau monde... Depuis le début de notre univers, les particules se rassemblent, puis les atomes, les molécules, pour créer d’autres structures plus complexes dont entre autres, la Vie.
De petits bouts d’acides nucléiques autorépliquants, nous passons rapidement à une forme de vie primitive. De petites proto-bactéries, avec un petit bout d’ADN, qui se dupliquent gaiement dans une grande soupe salée couvrant presque toute la planète, produite par une pluie qui dura près de... un million d’années. Et il y en a qui se plaignent quand il pleut dimanche. Mais, à mon avis, ce que l’on peut vraiment appeler LA Vie, est le fait que deux de ces petites choses se soient connectées et aient échangé une portion de leur ADN. Et là... Big badaboum, nous passons à une autre échelle ! Tout s’accélère. Nous accédons à la première phase de diversité. Puis, ne s’arrêtant pas en si bon chemin, pourquoi ne pas connecter des cellules ensemble, pour créer un organisme plus complexe, avec des organes et fonctions particulières, tout cela connecté par un système nerveux, seul moyen d’avoir un contrôle sur le bon fonctionnement de l’organisme. Mais une fois le mouvement lancé, rien ne peut plus l’arrêter. Notre organisme n’est pas seul dans son environnement et évolue rapidement afin de le percevoir et d’en tirer tout bénéfice pour sa survie. Le système nerveux central se met gentiment en place, les neurones se connectent par millions, puis par milliards pour créer les sens, puis la perception, la motricité et finalement ce que l’on appelle la pensée ainsi que les émotions. Haa, les émotions, la reine des connexions immatérielles. Mais, bon, il parait que maintenant on est tous câblés... RJ45 ? Wireless ou 3G ?
Faudra-t-il acheter un Smartphone pour avoir des amis ? La grande question du 21e siècle.

JCS



Cherchez ...

- dans tous les Flash informatique
(entre 1986 et 2001: seulement sur les titres et auteurs)
- par mot-clé

Avertissement

Cette page est un article d'une publication de l'EPFL.
Le contenu et certains liens ne sont peut-être plus d'actualité.

Responsabilité

Les articles n'engagent que leurs auteurs, sauf ceux qui concernent de façon évidente des prestations officielles (sous la responsabilité du DIT ou d'autres entités). Toute reproduction, même partielle, n'est autorisée qu'avec l'accord de la rédaction et des auteurs.


Archives sur clé USB

Le Flash informatique ne paraîtra plus. Le dernier numéro est daté de décembre 2013.

Taguage des articles

Depuis 2010, pour aider le lecteur, les articles sont taggués:
  •   tout public
    que vous soyiez utilisateur occasionnel du PC familial, ou bien simplement propriétaire d'un iPhone, lisez l'article marqué tout public, vous y apprendrez plein de choses qui vous permettront de mieux appréhender ces technologies qui envahissent votre quotidien
  •   public averti
    l'article parle de concepts techniques, mais à la portée de toute personne intéressée par les dessous des nouvelles technologies
  •   expert
    le sujet abordé n'intéresse que peu de lecteurs, mais ceux-là seront ravis d'approfondir un thème, d'en savoir plus sur un nouveau langage.