FLASH INFORMATIQUE FI



public averti FlashiPhone - m48 - retour d’une polonaise


L’ultime calculateur graphique RPN.



The ultimate RPN Graphing Calculator.


François ROULET


L’assortiment de calculatrices en notation polonaise inverse (RPN ), disponibles pour iPhone, vous avait été présenté dans La Valse des Polonaises (FI4/09). Depuis, cette collection s’est enrichie du légendaire HP-48G, lui aussi ayant été gratuitement porté sur iPhone à partir de la distribution GPL originale, Emu48, qui émule son processeur original HP-Saturn. C’est alors l’authentique ROM de Hewlett-Packard qui est chargée et exploitée.

Chronologie

1989,
Hewlett-Packard présentait le HP-48SX, premier calculateur doté d’un affichage graphique de 131x64 pixels, avec la volonté d’affirmer sa position de calculateur compact le plus puissant au monde. Sa pile opérationnelle n’est désormais plus limitée à quatre registres numériques, mais uniquement par la capacité mémoire disponible, et peut contenir divers objets (nombre complexe, binaire, tableau, matrice, liste, chaine de caractères, expression algébrique, graphique, objets tagués). Fidèle à la logique en notation polonaise inverse RPN chère à Hewlett-Packard, il se programme en RPL (Reverse Polish LISP), un langage procédural structuré postfixé, toutefois plus proche du langage Forth que de LISP. La communication s’effectue soit par interface sérielle (protocole Kermit), soit par interface infrarouge (incompatible IrDA, car antérieur). On pouvait ainsi développer les programmes sur un ordinateur hôte, en RPL, ou directement en langage machine.
1993,
Hewlett-Packard présentait son successeur, le HP-48GX, qui, grâce au doublement de capacité de sa mémoire morte à 512 KB, se voit doté d’une impressionnante bibliothèque intégrée d’équations, couvrant notamment les domaines de la mécanique, de l’électricité et du magnétisme, pour constituer l’indispensable compagnon de l’ingénieur. Il comprend les calculs symboliques (intégration et dérivation), complexes, matriciels, ainsi que, les unités SI et constantes universelles, totalisant plus de 2300 fonctions intégrées. Afin de faciliter utilisation et d’améliorer la convivialité de son interface, des boites de dialogue inspirées du Macintosh font leur apparition. Ce modèle GX, d’une richesse prodigieuse, consolidait la position dominante de HP sur le marché des calculateurs scientifiques.

Principales caractéristiques matérielles

Année Modèle ROM RAM Horloge Affichage
1989 48SX 256KB 32KB 2 MHz 131x64
1993 48GX 512KB 128KB 4 MHz 131x64

Domaines couverts par la bibliothèque d’équations intégrée

  • Electricité
  • Fluides
  • Forces & énergie
  • Gaz
  • Transfert de chaleur
  • Magnétisme
  • Mouvement
  • Optique
  • Oscillations
  • Géométrie plane
  • Géométrie solide
  • Composants statiques
  • Analyse d’effort
  • Ondes

Applications du résolveur

  • Equations
  • Equations différentielles
  • Racines polynomiales
  • Finance
  • Système linéaire
  • Système quadratique

Bibliothèque de calculs

  • Constantes universelles
  • Transformée de Fourier
  • Manipulations de matrices
  • Algèbre linéaire
  • Représentation graphique 3D
  • Animation graphique
JPEG - 13 ko
ROM originale de HP
JPEG - 8.2 ko
Majuscules
JPEG - 7.7 ko
Minuscules
JPEG - 7.6 ko
Grecques
JPEG - 8 ko
Flèche à gauche
JPEG - 7.9 ko
Flèche à droite
JPEG - 5.9 ko
Pile d’objets
JPEG - 5 ko
Surface 3D (z = x^3*y - x*y^3)
JPEG - 3.8 ko
Equation
JPEG - 5 ko
Bobine toroïdale
JPEG - 4.1 ko
http://www.mksg.de/m48

Dans le contexte de l’époque, un tel calculateur graphique compact était alors à ce moment inégalé, car les étudiants ne pouvaient pas encore aisément glisser d’ordinateur dans leur cartable, situation qui perdura jusqu’à la récente apparition des ultraportables, et des téléphones intelligents (smartphones). Or, ces derniers, justement par l’entremise d’émulations de calculateurs, sonneront probablement le glas de cette génération de calculateurs de poche, dont la surface d’écran est aujourd’hui largement surpassée par celle des smartphones.
Cette implémentation m48 pour iPhone, extrêmement raffinée et intelligente, inclut notamment un écran LCD ajustable (couleur, contraste et luminosité), et surtout, un clavier dynamique exclusif, avec étiquetage contextuel des touches multi-facettes, qui met en évidence la fonction présélectionnée parmi les quatre possibles (normale, gauche, droite, alphabétique), et les trois sous-catégories de cette dernière (majuscule, minuscule ou grecque).
Ce dernier facilite grandement l’usage des touches quadrifonction, apanage historique des calculatrices de HP, surtout sur une surface tactile réduite à un tiers de celle du calculateur original. Soulignons que cette émulation s’avère sensiblement plus réactive que le modèle original, grâce à la cadence horloge centuplée du iPhone.

Remarque

Pour une information complète, il faut savoir qu’il existe actuellement trois autres rudimentaires portages de Emu48 pour iPhone, qu’il existait aussi depuis longtemps pour PalmOS sous le nom de Power48, ainsi que pour PocketPC, et qu’il vient de sortir pour Android sous le nom de Droid48.



Glossaire

RPN
La notation polonaise inverse, ou Reverse Polish Notation (RPN), est une notation mathématique où chaque opérateur suit l’ensemble de ses opérandes, contrairement à la notation polonaise, qui place l’opérateur en position de préfixe. Elle est également connue comme notation postfixée. Elle nous dispense de recourir à des parenthèses pour modifier l’ordre d’évaluation naturel des expressions algébriques. La dénomination polonaise fait référence à la nationalité du logicien Jan Łukasiewicz, qui a inventé la notation polonaise dans les années 1920.

La notation polonaise inverse a été proposée en 1954 par Burks, Warren, et Wright et a été réinventée de manière indépendante par F. L. Bauer et E. W. Dijkstra début des années 1960 pour réduire les accès mémoire de l’ordinateur et utiliser la pile pour évaluer les expressions. La notation et les algorithmes de ce modèle ont été étendus par le philosophe et informaticien australien Charles Hamblin au milieu des années 1950.
Durant les années 1970 à 1980, la notation polonaise inverse était assez répandue, même parmi le grand public, car elle a été largement diffusée dans les calculatrices de poche de l’époque - essentiellement les calculatrices scientifiques Hewlett-Packard, mais aussi Sinclair, National Semiconductor et les russes Elektronika.
Source.

JPEG - 12.2 ko
Les quatre opérations dans une pile classique à quatre registres


Cherchez ...

- dans tous les Flash informatique
(entre 1986 et 2001: seulement sur les titres et auteurs)
- par mot-clé

Avertissement

Cette page est un article d'une publication de l'EPFL.
Le contenu et certains liens ne sont peut-être plus d'actualité.

Responsabilité

Les articles n'engagent que leurs auteurs, sauf ceux qui concernent de façon évidente des prestations officielles (sous la responsabilité du DIT ou d'autres entités). Toute reproduction, même partielle, n'est autorisée qu'avec l'accord de la rédaction et des auteurs.


Archives sur clé USB

Le Flash informatique ne paraîtra plus. Le dernier numéro est daté de décembre 2013.

Taguage des articles

Depuis 2010, pour aider le lecteur, les articles sont taggués:
  •   tout public
    que vous soyiez utilisateur occasionnel du PC familial, ou bien simplement propriétaire d'un iPhone, lisez l'article marqué tout public, vous y apprendrez plein de choses qui vous permettront de mieux appréhender ces technologies qui envahissent votre quotidien
  •   public averti
    l'article parle de concepts techniques, mais à la portée de toute personne intéressée par les dessous des nouvelles technologies
  •   expert
    le sujet abordé n'intéresse que peu de lecteurs, mais ceux-là seront ravis d'approfondir un thème, d'en savoir plus sur un nouveau langage.