FLASH INFORMATIQUE FI



J2EE vs .NET, les enjeux des serveurs d’application

Résumé du débat du 13 juin




Jacqueline DOUSSON


Introduction

Omar Abou-Khaled, professeur à l’Ecole d’ingénieurs de Fribourg a introduit le débat en parlant de frères ennemis, en effet beaucoup de points communs dans le patrimoine des 2solutions, le plus jeune (.NET) essaie d’imiter le grand frère (J2EE qui date de fin 99), et malgré leurs différences ils sont bien obligés de cohabiter, en tout cas pour les années à venir. L’arrivée de ces frameworks a été replacée dans une évolution des développements informatiques tant au niveau architectural que programmation. Du modèle client-serveur 2 tiers qui dominait, il y a peu d’années, nous sommes passés à un modèle dit 3 tiers, où la logique métier est bien déconnectée de la partie base de données, la partie client prenant en charge toute la présentation. La programmation est à présent orientée composants, une des motivations étant la réutilisabilité des composants. Les applications se construisent en assemblant ces composants, ce qui devient primordial est alors la connectivité et l’interaction entre ces composants, et c’est l’utilisation du langage XML qui joue ici un rôle fondamental. Le Gartner Group estime que grâce à XML, 90% des développements faits dans une entreprise seront réutilisables.

Un composant (Assembly chez .NET, EJB pour J2EE) fournit des services (il contient la logique métier) et doit pouvoir s’auto-décrire. Les composants sont encapsulés dans des conteneurs qui prennent en charge la connexion avec les autres composants ainsi que les services systèmes. Les serveurs d’application sont les structures d’accueil pour les conteneurs. Omar Abou Khaled a également mis en évidence l’importance des WebServices, basés sur des standards (http, XML et SOAP) et supportés par les deux plates-formes, qui sont des éléments fondamentaux dans la communication entre J2EE et .NET.

Deux serveurs d’application dominent actuellement le marché : .NET de Microsoft et J2EE (Java 2 Enterprise Edition). Leur histoire n’est pas tout à fait parallèle. J2EE a été annoncé par Sun Microsystems en juin 1999, il est basé sur le langage Java. En juin 2000, Microsoft répond par son annonce de .NET basée sur C# (qui se prononce see-sharp), mais la version finale de .NET n’est disponible qu’en janvier 2002.

En simplifiant un maximum, on peut dire que J2EE est une solution liée à un langage (Java) mais qui tourne indépendamment de la plate-forme utilisée, par contre .NET est quasiment indépendant du langage de programmation (Visual Basic, Cobol, C#, ...) mais bien sûr très dépendant de la plate-forme puisqu’étant extrêmement lié aux environnements Windows de Microsoft.

J2EE

Ce sont deux représentants de la société Jahia (www.jahia.com ), Stéphane Croisier et Serge Huber, qui ont présenté la solution J2EE. C’est en fait cette plate-forme qui a été choisie pour développer Jahia, logiciel de gestion de contenu et de portail d’entreprise. L’approche orientée composants a été guidée par le fait de pouvoir réutiliser des composants tiers et aussi de créer sa propre bibliothèque de composants réutilisables, gage de réduction des coûts à long terme.

L’architecture de J2EE a été présentée ; le rôle de la fondation Apache qui met à la disposition des développeurs d’excellents outils open source (notamment avec Tomcat) a été mis en évidence, à côté des grands acteurs commerciaux que sont Borland et IBM. Parmi les moins de J2EE, ils relèvent un manque au niveau du front-end, et au niveau de la formation des utilisateurs, la très grande richesse de la plate-forme et surtout le manque d’outils WYSIWYG en augmentent la complexité. Du côté des plus, le fait que J2EE soit basé sur Java lui donne une très bonne image, notamment dans les milieux universitaires. C’est un produit plus stable et éprouvé que .NET arrivé plus récemment, et qui semble plus avancé dans les nouvelles problématiques que sont le Wireless et le Peer-to-Peer.

.NET

La société PSEngineering (Bernard Fedotoff et Stéphane Vancauweberghe www.psengineering.com ), spécialisée dans la formation et le conseil autour de .NET, ont présenté la solution de Microsoft, qui offre l’avantage d’un environnement totalement intégré. Son aspect multi-langage et les outils comme Webforms ont été mis en avant. Le moins de .NET c’est évidemment son côté non portable et très lié à un éditeur de logiciels dont l’attitude monopolistique est très contestée (et contestable), et le plus c’est la facilité d’utilisation des environnements de programmation appréciée des développeurs.

Pour finir, une démonstration live d’interopérabilité entre les Webservices .NET et J2EE a été réalisée ; chaque équipe a créé son Webservice et l’autre l’a exécuté dans son environnement. Le public a été ravi de voir que 3+2 font 5 dans les deux environnements.

Conclusion

Quelle que soit la solution adoptée il est évident que les systèmes d’information deviennent de plus en plus complexes et que leur développement se professionnalise. Les mots-clés des développements à venir sont réutilisabilité, connectivité, collaboration et intégration. L’interopérabilité des deux plates-formes reste sans doute à démontrer dans des cas réels, mais la diversité étant un facteur d’innovation, souhaitons que les deux solutions continuent à se développer en parallèle.

Bibliographie

Quelques références parmi beaucoup d’autres :

• McLaughin B., Building Java Enterprise Application, vol1 : Architecture, Editions O’Reilly 2002

• Monson-Haefel R., Enterprise JavaBeans, Editions O’Reilly 2001

• McLaughin B., Java & XML, Editions O’Reilly 2001

• Farley J., Java Enterprise in a Nutshell, Editions O’Reuilly 2002

• Chappell D.-A., Java Web Services, Editions O’Reilly 2002

• Drayton P., C# in a Nutshell, Editions O’Reilly 2002

• Archer T., Inside C#, Microsoft Press 2002

• Sharp J., Microsoft Visual C# .NET, Microsoft Press 2002

• Thai T., .NET Framework Essential, Editions O’Reilly 2002

• Roman S., VB.NET Language in a Nutshell, Editions O’Reilly 2002



Cherchez ...

- dans tous les Flash informatique
(entre 1986 et 2001: seulement sur les titres et auteurs)
- par mot-clé

Avertissement

Cette page est un article d'une publication de l'EPFL.
Le contenu et certains liens ne sont peut-être plus d'actualité.

Responsabilité

Les articles n'engagent que leurs auteurs, sauf ceux qui concernent de façon évidente des prestations officielles (sous la responsabilité du DIT ou d'autres entités). Toute reproduction, même partielle, n'est autorisée qu'avec l'accord de la rédaction et des auteurs.


Archives sur clé USB

Le Flash informatique ne paraîtra plus. Le dernier numéro est daté de décembre 2013.

Taguage des articles

Depuis 2010, pour aider le lecteur, les articles sont taggués:
  •   tout public
    que vous soyiez utilisateur occasionnel du PC familial, ou bien simplement propriétaire d'un iPhone, lisez l'article marqué tout public, vous y apprendrez plein de choses qui vous permettront de mieux appréhender ces technologies qui envahissent votre quotidien
  •   public averti
    l'article parle de concepts techniques, mais à la portée de toute personne intéressée par les dessous des nouvelles technologies
  •   expert
    le sujet abordé n'intéresse que peu de lecteurs, mais ceux-là seront ravis d'approfondir un thème, d'en savoir plus sur un nouveau langage.