FLASH INFORMATIQUE FI



tout public Pilote PS ou PCL, lequel choisir  ?


N’avez vous jamais imprimé 700 pages de hiéroglyphes  ? Le vert n’a-t-il jamais viré au cΦcΔ d’oie  ? Votre document sort toujours exactement comme à l’écran ? Passez votre chemin ; cet article n’est pas pour vous. Mais, si comme moi, vous laissez parfois une touffe de cheveux à côté de l’imprimante, je compatis et vais tenter d’éclairer votre lanterne.



Do you ever print a zillion pages of quirky characters ? The turquoise blue you chose on the screen always comes out right ? No printer ever dares to add a blan k p@ge between your document pages ? Then, this article is probably not for you  ! However, if any of these scenarios made you smile, I feel sorry for you and would like to give you a few hints.


Catherine CORNAZ


L’objectif de la prestation myPrint est d’homogénéiser le processus d’impression/copie à l’EPFL et d’introduire la comptabilisation ; les procédures et la nomenclature sont aujourd’hui standardisées et permettent à tous les étudiants et certains collaborateurs de bénéficier d’une qualité de service identique. A titre d’exemple d’uniformisation, les imprimantes sont nommées (et étiquetées) de manière similaire ; en voici le schéma :

Ex : BP1138–A4–N1–PCL

BP1138 : nom du local (bâtiment BP, 1er étage) ;
A4 : format max ;
N1 : noir/blanc, imprimante n°1 de ce local ;
PCL : langage d’impression.

Et pour vous aider à choisir le langage d’impression correspondant le mieux à vos besoins, voici un historique des pilotes d’impression ainsi que quelques recommandations quant à leur usage.

Historique

Chaque fabricant d’imprimantes utilise un langage PDL  destiné à permettre à l’ordinateur de communiquer avec le périphérique. Après le langage binaire utilisé par les imprimantes à aiguilles, un langage interprété structuré en commandes, appelé HP-GL, fut mis au point par la société Hewlett-Packard. La version améliorée, HP-GL II fut rapidement remplacée par PCL grâce à sa prise d’indépendance vis-à-vis du fabricant. Le langage PostScript de la société Adobe s’est trouvé d’emblée adapté aux possibilités des imprimantes laser et s’imposa au cours des années comme le standard qu’il est devenu depuis.

Recommandations

Votre administrateur a installé pour vous les différents [pilotes->#Pilote]  (ou drivers) Windows adaptés aux modèles d’imprimante qui sont à votre disposition. Ceux-ci sont installés automatiquement sur votre poste de travail lors de l’installation de l’imprimante. Concernant les plates-formes Linux et Macintosh, les PPD  doivent être choisis par vos soins, et sont généralement déjà présents sur les machines. Un fichier PPD décrit les commandes spécifiques du périphérique PostScript nécessaires à l’utilisation des fonctions de l’imprimante (comme la qualité d’impression, les bacs à papier, l’impression recto-verso, etc.). La qualité des pilotes est souvent essentielle à l’obtention de bons résultats. Pour un fonctionnement optimal, il est préférable d’utiliser les pilotes fournis par les constructeurs et de premdre les versions les plus récentes. Un mauvais driver (sous Windows) ou un mauvais PPD (sous Linux ou MacOS X) peuvent provoquer l’impression de caractères insolites à la place du document attendu. Ce même phénomène peut apparaître lorsque l’application qui imprime produit du code PostScript erroné.
La plupart des constructeurs proposent des drivers spécifiques à chaque modèle d’imprimante, mais également des pilotes universels compatibles avec tous les modèles de la marque. Il existe même un PPD universel sous Macintosh/Linux (Generic Postscript Printer) qui peut être utilisé pour toutes les marques d‘imprimantes PostScript. Les pilotes de cette dernière catégorie permettent aux administrateurs de minimiser le nombre de drivers sur un serveur et ainsi éviter certains problèmes d’incompatibilité. Certaines de nos imprimantes ont été installées avec un driver universel (sous Windows), lequel interroge l’imprimante pour connaître ses spécificités. De ce fait, nous avons spécifié, dans le champ description de l’imprimante, son modèle exact ; ceci permet aux utilisateurs des autres plates-formes d’en distinguer le modèle et donc de les installer plus facilement.



Variations

Les pilotes de certaines imprimantes offrent des fonctionnalités différentes dans leur version PostScript et PCL. Étonnamment, des documents créés avec des applications aussi courantes qu’Excel ou Word s’impriment différemment selon qu’ils sont imprimés avec un pilote PCL ou PostScript, sur la même imprimante. Par exemple, certains caractères auront une largeur différente de sorte que la pagination pourrait varier d’une version à l’autre.
Il est à noter que la plupart des imprimantes de bureau ou domestiques très bon marché, ne bénéficient pas de la technologie PostScript. Elles se branchent la majorité du temps au port USB et dialoguent directement avec l’ordinateur. Il peut arriver qu’elles ne puissent pas s’installer sur une plateforme non prévue initialement par le fabricant. Vous ne trouverez pas ce genre de périphériques dans l’infrastructure myPrint.

PCL

PCL (Printer Command Language) est un langage d’impression développé par Hewlett Packard et utilisé par plusieurs de leurs imprimantes de technologie laser et jet d’encre.
PCL est dépendant du matériel. Ce qui signifie que les pilotes utilisent le hardware de l’imprimante pour concevoir certaines de ces données d’impression, généralement des données graphiques telles que les zones de remplissage, des textes soulignés ou des polices spéciales.
Ceci permet à l’ordinateur de traiter le job d’une manière rapide et efficace. L’imprimante n’est plus alors responsable que de compléter la création et le traitement des données de page. En contrepartie, il est possible que les résultats obtenus sur plusieurs imprimantes diffèrent.

Avantages

  • Processus d’impression rapide.
  • Mise à disposition par la majorité des grands constructeurs d’imprimantes.
  • Certains fichiers réalisés à l’aide d’applications de bureautique donnent de meilleurs résultats qu’avec le driver PS.

Inconvénients

  • Le même job d’impression peut varier légèrement d’une imprimante à l’autre.
  • La qualité des graphismes dépend du périphérique d’impression et peut en souffrir.
  • Non supporté par la majorité des environnements Macintosh.
  • Un fichier PS ou PDF de quelques MB peut voir sa taille monter jusqu’à plusieurs centaines de MB lors de son passage à l’impression.

Postscript

Le langage Postscript ou PS est un langage d’impression courant (orienté objet car faisant appel à des collections de formes géométriques plutôt que des bitmaps) fut développé par Adobe Systems. Il est largement utilisé sur les plates-formes Macintosh mais également pour des applications graphiques sur toutes les plates-formes. Contrairement à PCL, le langage PS est indépendant du périphérique. Ceci signifie que le PS constitue toutes les données relatives à l’impression et ne se base pas sur l’imprimante pour décrire les données. Cela lui permet d’avoir une sortie cohérente et égale lorsque le job est imprimé sur plusieurs périphériques de sortie. Plus précisément, les objets graphiques seront compatibles et, dans certains cas, de meilleure qualité qu’avec PCL. Toutes les imprimantes PS contiennent un interpréteur qui exécute les instructions Postscript.

Avantages

  • Les objets graphiques sont souvent plus détaillés.
  • Un même fichier sera imprimé de manière quasiment identique sur plusieurs imprimantes différentes. Le bénéfice est encore plus intéressant lorsque le job est destiné à être envoyé à un service d’impression pour la production de documents dont le résultat se doit d’être le plus proche possible de sa visualisation à l’écran (WYSIWYG). Inconvénients
  • Le processus d’impression peut être lent.
  • Certaines anciennes imprimantes ne possèdent pas d’interpréteur PostScript et ne peuvent donc comprendre le job.
  • Les tailles des fichiers d’impression et les besoins en mémoire sont plus importants.

Pour résumer, PCL ou PS ?

PCL

  • Recommandé pour la plupart des utilisateurs pour l’impression dans l’environnement Windows, en particulier pour des travaux de bureautique.

PS

  • Recommandé pour l’impression avec les applications Adobe ou les applications à haute qualité graphique.
  • Vivement recommandé pour les fichiers PS ou PDF.
  • Légèrement plus rapide que le PCL lors d’utilisation des applications Adobe.
  • Compatible avec Apple Macintosh.

Références (articles glanés de-ci de-là)



Glossaire

Bitmap
image numérique qui se compose d’un tableau de pixels
PDL
Page Description Language
Pilote (ou driver) :
programme qui permet à un système d’exploitation d’interagir avec un périphérique. Chaque périphérique a son propre pilote. Sans pilote, une imprimante ne pourrait pas être utilisée.
PPD :
Printer Postscript Description


Cherchez ...

- dans tous les Flash informatique
(entre 1986 et 2001: seulement sur les titres et auteurs)
- par mot-clé

Avertissement

Cette page est un article d'une publication de l'EPFL.
Le contenu et certains liens ne sont peut-être plus d'actualité.

Responsabilité

Les articles n'engagent que leurs auteurs, sauf ceux qui concernent de façon évidente des prestations officielles (sous la responsabilité du DIT ou d'autres entités). Toute reproduction, même partielle, n'est autorisée qu'avec l'accord de la rédaction et des auteurs.


Archives sur clé USB

Le Flash informatique ne paraîtra plus. Le dernier numéro est daté de décembre 2013.

Taguage des articles

Depuis 2010, pour aider le lecteur, les articles sont taggués:
  •   tout public
    que vous soyiez utilisateur occasionnel du PC familial, ou bien simplement propriétaire d'un iPhone, lisez l'article marqué tout public, vous y apprendrez plein de choses qui vous permettront de mieux appréhender ces technologies qui envahissent votre quotidien
  •   public averti
    l'article parle de concepts techniques, mais à la portée de toute personne intéressée par les dessous des nouvelles technologies
  •   expert
    le sujet abordé n'intéresse que peu de lecteurs, mais ceux-là seront ravis d'approfondir un thème, d'en savoir plus sur un nouveau langage.