FLASH INFORMATIQUE FI



Dernières nouvelles des serveurs e-pfl




Francis LAPIQUE


Au fil du temps, les services offerts par le groupe e-pfl se sont diversifiés et étoffés. Le nombre de nos serveurs, qui était de trois au départ du projet est aujourd’hui de dix (neuf machines sous Linux/RH et une machine sous W2k). Notre problème au début de cet été, n’était pas tant ce nombre relativement faible mais la spécificité grandissante de chaque environnement (OS de base, version Java, Tomcat, PHP,...). Spécificité qui allait sans aucun doute nous mener vers des difficultés, par exemple celles de nous exposer à une multitude de trous de sécurité. Sur ce constat, il a été décidé de rationaliser les choses en séparant le métier d’exploitant de celui de support des applications. Séparation, coupure ou frontière qu’il n’est pas facile d’expliciter.

fig. 1 

La figure 1 matérialise la ligne de démarcation pour Jahia, l’outil des gestion de contenu Web proposé à l’EPFL. Les personnes qui opèrent en dessous de cette limite disposent du user root, contrairement à celles qui opèrent au dessus de la ligne. Pour celles-ci, un certain nombre de commandes sont accessibles par sudo. Pour le parc Linux, nous avons fait le choix de Red Hat Enterprise Linux ES.

fig. 2 

La figure 2 présente la nouvelle architecture du service Jahia. Les 150 sites sont répartis sur 2 machines www1 ( 60 sites) et www2 ( 90 sites). Une machine de monitoring sert de centre de contrôle. Les dysfonctionnements matériel et applicatifs sont traités par l’utilitaire Nagios. Des alertes telles que la charge de la machine, un remplissage des disques, une rupture de service sont envoyées par mail ou SMS. Une machine de grande capacité disque (quelques centaines de GB) sert de machine de back-up (sauvegarde toutes les 4Êheures sur un historique de 30 jours) . Cette machine étant elle-même prise en charge par un système de back-up central sur cartouches. Autour de ces deux machines de production www1 et www2, nous avons une machine dite spare en cas de problème majeur et une de développement. Nous voyons que ce simple service Jahia mobilise autour de lui des métiers, motivations et compétences forts différents. Cette nouvelle architecture va nous permettre d’aborder le passage de la version 3 à 4 de Jahia le plus sereinement possible. Rappelons que cette release 4 est une refonte du produit qui va autoriser la gestion multilangue, le workflow, et des extensions comme celle d’un file manager. Le centre Informatique de l’UNIL vient d’ailleurs de basculer son site sur une Release Candidate Jahia 4 avant d’aller plus loin dès sa sortie officielle.



Cherchez ...

- dans tous les Flash informatique
(entre 1986 et 2001: seulement sur les titres et auteurs)
- par mot-clé

Avertissement

Cette page est un article d'une publication de l'EPFL.
Le contenu et certains liens ne sont peut-être plus d'actualité.

Responsabilité

Les articles n'engagent que leurs auteurs, sauf ceux qui concernent de façon évidente des prestations officielles (sous la responsabilité du DIT ou d'autres entités). Toute reproduction, même partielle, n'est autorisée qu'avec l'accord de la rédaction et des auteurs.


Archives sur clé USB

Le Flash informatique ne paraîtra plus. Le dernier numéro est daté de décembre 2013.

Taguage des articles

Depuis 2010, pour aider le lecteur, les articles sont taggués:
  •   tout public
    que vous soyiez utilisateur occasionnel du PC familial, ou bien simplement propriétaire d'un iPhone, lisez l'article marqué tout public, vous y apprendrez plein de choses qui vous permettront de mieux appréhender ces technologies qui envahissent votre quotidien
  •   public averti
    l'article parle de concepts techniques, mais à la portée de toute personne intéressée par les dessous des nouvelles technologies
  •   expert
    le sujet abordé n'intéresse que peu de lecteurs, mais ceux-là seront ravis d'approfondir un thème, d'en savoir plus sur un nouveau langage.