FLASH INFORMATIQUE FI



Utilisation des appliances virtuelles avec VMware Server




Jean-Claude DE GIORGI


L’article précédent (FI6/08) détaillait les étapes nécessaires à l’installation de VMware Server sur une machine Windows XP et SuSE Linux. La suite de l’article expliquait le déroulement de l’installation du système d’exploitation Ubuntu from Scratch, c’est à dire, avec un cd-rom d’installation.
Dans le présent article, je vais vous démontrer qu’une installation d’un système d’exploitation peut se faire en quelques clics, en utilisant des Virtual Appliances.

Qu’est-ce qu’une appliance virtuelle ?

Une appliance virtuelle est une solution logicielle préfabriquée, qui comprend une machine virtuelle, réunie dans un package, mise à jour et gérée comme une unité. Ces solutions logicielles permettent à l’utilisateur d’acquérir, de déployer et de gérer des systèmes d’exploitation facilement.

Où puis-je trouver des appliances virtuelles ?

La source officielle se trouve sur le site de [VMware-Download a Virtual Appliance. D’autres sites comme celui-ci permettent également de télécharger des appliances.

Certaines de ces appliances ont un logo, que signifient-ils ?

VMware Ready



Le programme VMware Ready Virtual Appliance est un programme de vérification développé pour assurer la meilleure expérience possible à l’utilisateur en promouvant des appliances virtuelles qui ont été vérifiées et prêtes à être utilisées dans un environnement virtuel.
Les appliances virtuelles qui ont été validées VMware Ready doivent avoir été construites avec un système d’exploitation supporté par VMware, être conformes à leur Best Practices et adhérer à la matrice de test VMware Ready. La participation à ce programme permet aux développeurs d’offrir des appliances virtuelles optimisées pour fonctionner dans une infrastructure VMware et de clairement informer que leurs appliances sont sûres, testées et prêtes à être utilisées dans un environnement de production.
De plus, ce logo est un label de qualité parmi les clients qui évaluent et achètent des appliances virtuelles.

VMware Certified

Ce logo signifie que l’appliance virtuelle a été faite d’après les Best Practices de VMware et qu’elle est supportée pour une utilisation en production ; mais encore que :

  • elle fournit un environnement informatique sûr,
  • elle est entièrement documentée,
  • elle est optimisée pour une infrastructure VMware.

OK, j’ai trouvé l’appliance de mes rêves, que faire maintenant ?

Après avoir choisi le système d’exploitation, cliquez sur le lien Download this Appliance. Pour cet article, j’ai choisi la distribution Fedora 9 (1199MB  !).
Au moment d’écrire ces pages, je me suis retrouvé sur la page VMware virtual Applicance Marketplace Promotion. Vous pouvez remplir les champs nécessaires si vous êtes intéressés par cette promotion, sinon, passez directement au téléchargement de votre appliance en cliquant sur No thanks, take me directly to my appliance.... Relevez les informations techniques (elles ne sont pas toujours précisées), comme le type de networking, capacité du disque dur, etc. Mais surtout le ou les comptes permettant d’ouvrir une session à la machine virtuelle. Dans mon exemple, le mot de passe root est thoughtpolice.

Enfin ! Le fichier est téléchargé...bon, et maintenant, j’en fais quoi ?

Avant toute chose, je vous conseille vivement de contrôler si votre téléchargement n’est pas corrompu. Pour cela, il faut comparer la valeur md5sum qui est en principe indiquée avec votre appliance, avec celle générée par un utilitaire prévu à cet effet.Pour Linux, ce contrôle se fait simplement par la commande : md5sum nom_fichier_téléchargé.
Exemple : md5sum fedora-9-i386.zip
Pour Windows, j’ai trouvé un utilitaire sympa qui vous permettra de faire ce contrôle très simplement. Il suffit de faire un Drag&Drop du fichier téléchargé dans l’application.


Voici le lien pour télécharger Md5Checker : getmd5checker.com/download/.

  • Après ce contrôle, créez un répertoire là où vous souhaitez stocker votre machine virtuelle (chez moi, D :\Virtual Machines\fedora-9-i386).
  • Décompressez l’archive dans ce répertoire (c’est assez long !).
  • Démarrez VMware Server.
  • Sélectionnez Local host dans la fenêtre qui apparaît.
    JPEG - 6 ko
    connexion locale
  • Depuis l’onglet Home, cliquez sur Open Existing Virtual Machine.
  • Dans la nouvelle fenêtre, la liste des machines virtuelles existantes apparaît. Cliquez sur le bouton Browse.

  • Recherchez le dossier dans lequel l’appliance a été décompressée (D :\Virtual Machines\fedora-9-i386 dans mon exemple).
  • Sélectionnez le fichier .vmx et cliquez sur Open.
    Note
    Le fichier .vmx est le fichier de configuration de la machine virtuelle. Voici une partie de son contenu :
    #!/usr/bin/vmware
    config.version = "8"
    virtualHW.version = "4"
    scsi0.present = "TRUE"
    memsize = "256"
    MemAllowAutoScaleDown = "FALSE"
    scsi0:0.present = "TRUE"
    ...
  • La nouvelle machine virtuelle apparaît alors dans la partie Inventory de la fenêtre principale, ainsi qu’un nouvel onglet fedora-9-i386.

  • À partir de maintenant, il ne vous reste plus qu’à démarrer votre machine virtuelle en cliquant sur Start this virtual machine.
  • Il est fort probable qu’une fenêtre concernant l’identification unique (UUID) de la machine virtuelle apparaisse. Dans ce cas, choisir l’option Create.

  • Après quelques clics de configuration, par exemple la création d’un compte utilisateur, il ne vous restera plus qu’à apprécier votre nouveau système d’exploitation. Tout y est déjà configuré : les VMtools (malheureusement, ce n’est pas le cas dans mon exemple ?), le réseau, la résolution graphique...

Quelques appliances intéressantes...

Capacity Bottleneck Analyzer

Cette appliance permet d’analyser les goulets d’étranglement de votre système, clusters et pool de ressources. Elle permet entre autres de superviser le CPU, la mémoire et l’utilisation du stockage, et ce, pour un cluster et un pool de ressources.

CentOS 5.2

Ici, vous pouvez trouver des serveurs et clients de toutes sortes (Web, MySQL, ...), pour les architectures i386 et x86_64.

Network Storage Server (NSS)

Cette solution préconfigurée et prête à être mise en production offre un SAN virtuel pour les petites et moyennes entreprises. Cette appliance crée un SAN virtuel sur un serveur VMware ESX en convertissant les disques internes en une ressource de stockage. Ceci est réalisé sans l’aide de capacité externe de stockage, de switches SAN ou cartes fibres onéreuses.

SpamTitan

SpamTitan est une solution complète pour la sécurité email, qui offre une protection contre les spams, virus, trojans, phishing et contenus indésirables. Elle contient un système d’exploitation complet ainsi qu’une suite logicielle vous permettant de créer un portail mail virtuel. Elle contient entre autres deux anti-virus, ClamAV et Kaspersky Labs.

Conclusion

Cette fonctionnalité peut s’avérer extrêmement utile, spécialement pour les développeurs et pour ceux qui voudraient tester différents systèmes d’exploitation sans trop perdre de temps à se procurer les médias d’installation, à installer et à configurer le système. Pour ma part, je vous donne rendez-vous dans un prochain numéro du FI pour la suite de la série VMware. Vous y découvrirez le produit VMware Workstation.
Bonne virtualisation !

FlashInfo news !! VMware Server 2 est sorti !

Voici une liste résumée de quelques nouveautés :

  • VI Web Access : La configuration du host ainsi que des machines virtuelles se fait via VI Web Access. Cette interface basée Web fournit un outil simple et intuitif pour la gestion des machines virtuelles
  • USB 2.0 Device Support : VMware Server supporte maintenant un transfert plus rapide des données
  • Increased RAM support : Le montant maximum alloué par machine virtuelle passe de 3.6GB à 8GB
  • Improved 64-bit guest support : les systèmes d’exploitation 64-bit qui tournent sur des processeurs Intel EM64T VT-capable ou AMD64 revision D (ou plus récents) sont totalement supportés.
  • Native 64-bit host support on Linux : VMware Server fonctionne maintenant nativement sur des OS Linux 64-bits.
  • Hot add and remove for SCSI hard disks : Il est possible maintenant d’ajouter et retirer des disques durs virtuels SCSI pendant que la machine virtuelle tourne.


Cherchez ...

- dans tous les Flash informatique
(entre 1986 et 2001: seulement sur les titres et auteurs)
- par mot-clé

Avertissement

Cette page est un article d'une publication de l'EPFL.
Le contenu et certains liens ne sont peut-être plus d'actualité.

Responsabilité

Les articles n'engagent que leurs auteurs, sauf ceux qui concernent de façon évidente des prestations officielles (sous la responsabilité du DIT ou d'autres entités). Toute reproduction, même partielle, n'est autorisée qu'avec l'accord de la rédaction et des auteurs.


Archives sur clé USB

Le Flash informatique ne paraîtra plus. Le dernier numéro est daté de décembre 2013.

Taguage des articles

Depuis 2010, pour aider le lecteur, les articles sont taggués:
  •   tout public
    que vous soyiez utilisateur occasionnel du PC familial, ou bien simplement propriétaire d'un iPhone, lisez l'article marqué tout public, vous y apprendrez plein de choses qui vous permettront de mieux appréhender ces technologies qui envahissent votre quotidien
  •   public averti
    l'article parle de concepts techniques, mais à la portée de toute personne intéressée par les dessous des nouvelles technologies
  •   expert
    le sujet abordé n'intéresse que peu de lecteurs, mais ceux-là seront ravis d'approfondir un thème, d'en savoir plus sur un nouveau langage.