FLASH INFORMATIQUE FI



iPhone 2




Laurent KLING


Dans un article précédent (FI2/08), j’ai décrit les différences entre un téléphone intelligent (Smartphone) et un iPhone, Bonjour iPhone. Maintenant, on dispose d’un écosystème complet par l’apport d’applications extérieures à Apple. Naturellement, cette possibilité s’est accompagnée d’une évolution continue de la configuration logicielle de l’iPhone :

iPhone 2.5 G

  • origine 1.12
  • utilisable 1.14

iPhone 2.5 et 3 G

  • développement bêta 2.0
  • production 2.0
  • développement bêta 2.1
  • production 2.0.2 (à éviter)
  • production 2.1
  • développement bêta 2.x.

Dès l’annonce de la mise à disposition d’un kit de développeur (SDK) le 6 mars 2008, j’ai souscrit à cette initiative.Par rapport à d’autres produits de développement, trois éléments sont remarquables :

  1. un environnement complet de développement sans configuration ésotérique (adieu Éclipse et ses modules d’extension) ;
  2. un simulateur logiciel complet (sans les fonctionnalités matérielles comme l’accéléromètre) ;
  3. la gratuité.

Si l’on désire utiliser son iPhone ou iPod Touch pour tester ses créations, il faut en plus :

  • s’inscrire comme développeur ;
  • payer la somme de 99 $ ;
  • générer une clé sur son ordinateur ;
  • la transmettre à Apple pour obtenir une signature pour ses applications ;
  • inclure son iPhone comme plate-forme de test ;
  • inclure sa signature dans l’application et tester son travail.

Pour une application destinée à un public plus large, il existe 2 possibilités de distribution :

  • App Store - destinée à tous les publics, les applications passent sous les regards scrutateurs d’Apple pour éviter les créations non conformes (bien que le crible soit particulièrement grossier).
  • Ad hoc - pour un nombre restreint d’utilisateurs qui doivent fournir l’identification de leurs machines pour pouvoir exécuter l’application

Le plus remarquable dans le modèle offert par l’App Store est la répartition des redevances. Contrairement aux idées reçues, la création de programme, même commercial, n’est pas forcément une source importante de revenus. Les accords de licence d’exploitation sont souvent écrits par le preneur de licences et nécessitent une lecture attentive avec un conseil juridique. Cela peut éviter la déconvenue de devoir pallier les carences de l’ensemble d’un logiciel, quand on développe uniquement un sous-ensemble. En plus, les rétributions sont faibles. Seul un logiciel particulièrement novateur peut défrayer le temps passé devant ses étranges lucarnes. Par expérience, les taux offerts sont au maximum de 5% du prix distributeur (les grossistes et le détaillant ont chacun une marge brute de 30% !).
L’autre alternative est représentée par les portails Web. Plus généreux, ils proposent 10 à 30% du prix public hors-taxe pour le développeur. Il faut déduire les frais de paiement des transactions et les frais fixes mensuels non négligeables pour être présent dans le portail.
Dans l’App Store, qui est un sous-ensemble de l’iTunes Store, Apple offre une répartition digne d’une manne céleste :

  • 70% pour le développeur,
  • 30% pour Apple.

Ces marges sont encore plus intéressantes, car le coût de l’ensemble du processus de distribution (test du logiciel, mise à disposition sur le site Web iTunes - App Store, frais du trafic de paiement) est pris en charge dans la commission d’Apple. Dans ce modèle économique amélioré, les revenus peuvent être non négligeables (il est évoqué un gain de 250’000 $ en trois mois pour un jeu Trism à 3.99 $ réalisé par un étudiant).

Un choix de logiciel

Par défaut, voici l’écran d’un iPhone :

GIF - 4.9 ko
Configuration de base d’un iPhone 2.1

Pour mon appareil, voici mes 3 premiers écrans d’applications et de signet Web :

  • Principal,
  • Informations et utilitaires,
  • Jeux,
  • Musiques et utilitaires.
GIF - 18.1 ko

Mon classement

Intégré dans l’iPhone 2.1

App Store ***** $$$$$ - WiFi

Ajout majeur dès la version 2.0, l’App Store est l’ouverture de votre appareil sur le monde des développeurs. Il est disponible dans votre ordinateur avec iTunes et également intégré dans l’iPhone.

GIF - 19 ko
App Store iPhone

L’App Store est parfait, sous un format de poche il offre 5 chemins d’accès aux applications

  • Nouveauté/Actualité - pour découvrir des éventuels éléments intéressants ;
  • Genre - pour parcourir l’ensemble des applications disponibles par catégorie ;
  • Top 25-50 gratuit/payant - probablement le point d’entrée de l’App Store, la découverte des applications les plus téléchargées gratuites et payantes ;
  • Recherche - comme son nom l’indique, permet de retrouver l’application idéale ;
  • Mise à jour - contrairement à nombreux appareils, il n’est pas nécessaire de passer par un ordinateur hôte pour installer et mettre à jours ses applications. Pour éviter des mauvaises surprises, je recommande de l’utiliser uniquement avec une connexion WiFi.

L’achat est simple :

  • choisir une application ;
  • appuyer sur le bouton acheter ;
  • introduire son mot de passe iTunes Store (raffinement supplémentaire, uniquement le dernier caractère apparaît brièvement pour éviter une entrée erronée) ;
  • l’application se télécharge ;
  • et elle apparaît.
GIF - 14.6 ko
processus d’achat avec App Store depuis un iPhone

Attention à la mise à jour qui n’offre comme amélioration que la présence de publicité ou la conversion de votre logiciel gratuit en version à l’essai !

Séparer le bon grain de l’ivraie

Pour déterminer si l’application disponible dans l’App Store vous convient, voici 4 critères de comparaison :

rapport qualité/prix *****

Similaire au critère présent dans l’App Store, détermine le rapport entre la qualité et le prix à payer pour l’obtenir.

gratuit/payant $$$$$

Probablement la plus simple, si le critère d’un logiciel payant n’est pas toujours le plus significatif, il doit permettre au développeur de vous fournir un service. Pour se faire une idée, la visite du site Web du constructeur offre la possibilité de mieux juger la qualité du produit.

efficace/inefficace !!!!!

Peut-être le critère le plus pertinent, sur le long terme il permet de faire réellement la différence. Par exemple, de nombreux créateurs de jeux utilisent l’accéléromètre de l’iPhone pour définir la direction. Sur un jeu de boules, comme Monkey Ball, cela semble logique, pour d’autres actions cela devient lassant.

autonomie, réseaux @@@@@

Par principe, l’iPhone est un téléphone, il peut donc communiquer avec l’extérieur. Pour les données, et particulièrement dans les pays étrangers cela peut devenir problématique. Par exemple, un dictionnaire qui nécessite une connexion réseau peut devenir prohibitif à l’usage.

Application dédiée ou signet Web

Utilisateur assidu des transports publics, je désire connaître les horaires de train depuis l’EPFL vers mon domicile. Deux possibilités me sont offertes :

SBB Timetable - -  !!!! @@

À priori, une application gratuite est un bon choix, cependant à l’usage celle-ci est moins performante que le signet. En particulier, l’origine et la destination doivent être entrées séparément dans une fenêtre supplémentaire. Nombreux sont les logiciels qui présentent le même défaut de vouloir convertir un service accessible à travers le Web. Dans le pire des cas, faire payer pour un service Web gratuit.

GIF - 14.6 ko
Signet Safari ***** - - @@

Le navigateur Safari est particulièrement performant. Une fonction souvent ignorée est qu’un signet comprend :

  • l’URL du site ;
  • la position de la lucarne dans la page.

En plus, la détection automatique des champs est particulièrement efficace ! À ce titre, Safari est probablement la meilleure intégration d’un butineur dans un téléphone portable.
Avant de télécharger une application, il faut vérifier si le service Web n’existe pas en version optimisée pour les appareils portables.

iPod ***** - - -

Car l’iPhone est également un iPod, l’amélioration constante des possibilités depuis mon premier iPod 1ère génération est remarquable. L’ajout récent de Genius permet la création de liste de lecture automatique à partir d’un morceau à travers sa bibliothèque musicale, un résultat surprenant par sa qualité !

GIF - 14.3 ko
iPod et Genius
Téléphone ***** - - @@

Une très bonne intégration, avec comme nouveauté de la version 2.0, la capacité de rechercher son correspondant. La possibilité de travailler avec une conversation en attente est un plus. Comme la liste des contacts est incluse dans le téléphone, j’ai exilé l’application du même nom.

GIF - 13.8 ko
appel, recherche de correspondant et conversation en attente
Calendrier - Contacts - Mail ***** - - @@

Chaque application intègre les données contenues dans les autres. Par exemple, l’envoi d’un message dans le Mail utilise les contacts et permet un travail rapide.
L’intégration avec Exchange est parfaite, à la simplicité de configuration répond un confort d’utilisation très élevé. Même les éléments les plus spécifiques sont présents comme une invitation à un rendez-vous reçu avec la messagerie qui s’inscrit dans son agenda s’il est accepté. Dans le passé, seuls les Smartphones Windows Mobile offraient une intégration aussi élevée, sans flagornerie, l’iPhone le dépasse !

GIF - 12 ko
hiérarchie complexe de messages et intégration des contacts
JPEG - 21.8 ko
rendez-vous Exchange

Remplacer les applications d’origine

Cette idée peut paraître blasphématoire, mais des développeurs ont réussi ce pari.

Calc (au lieu de Calculette) **** -  ! -

Le seul défaut de la calculette d’Apple est de ne pas disposer d’une bande enregistreuse. Une application gratuite, Calc comble facilement cette lacune.

JPEG - 16.1 ko
Calculette & Calc
Fizz Weather (au lieu de Météo) **** $$ - @@

Pour un cycliste, il est préférable d’éviter de se retrouver sous les trombes d’eau. Météo, l’application fournie avec l’iPhone possède un défaut rédhibitoire, elle n’affiche que la prévision de la journée. Fizz Weather, une application commerciale, offre de nombreux avantages :

  • une prévision détaillée,
  • une carte satellite animée,
  • et iPhone oblige, la possibilité de zoomer dans l’animation.
GIF - 16.6 ko
Météo & Fizz Weather

Synchroniser son iPhone

Avec un Palm, le processus de synchronisation était digne d’un scénario de film d’horreur :

  • le programme était disponible 2 ans après la sortie de votre OS ;
  • paramétrer les sous-programmes pour réaliser la fonction de synchronisation souhaitée était hasardeux ;
  • tenter sa chance.

En général, la synchronisation était aléatoire, avec parfois l’interruption inopinée du processus, la création de doublons ou pire encore, la perte des données à synchroniser.
Avec un iPhone, le processus est simple : iTunes !

  • vous connectez votre appareil en USB 2.0,
  • vous choisissez les éléments,
  • vous synchronisez.

En plus, la dernière version d’iTunes sauvegarde rapidement le contenu de votre iPhone y compris vos préférences. Pour le mail, les contacts et le calendrier, je recommande l’utilisation d’Exchange, la synchronisation est parfaite. Pour ceux qui ne désirent pas investir dans une architecture Active Directory - Exchange, un compte payant de MobileMe permet cette synchronisation en ligne. Pour l’ensemble des autres applications, il existe 3 moyens pour transférer de l’information entre l’iPhone et le monde extérieur :

  • le compte de messagerie,
  • un serveur Web avec un compte personnel,
  • un serveur à travers le WiFi.

Trois exemples pour illustrer ce transfert :

Notes **** - - e-mail

L’intégration des applications dans un iPhone est particulièrement intuitive, au traditionnel copier-coller on substitue l’utilisation d’un soft natif comme Safari pour le Web ou Mail pour le courrier électronique. Un carnet de notes pratique est disponible dans la configuration de base, un seul bémol, comment rapatrier son contenu ? Un courriel permet ce transfert !

GIF - 7.8 ko
Synchroniser son iPhone, notes et e-mail
Zenbe **** -  !! e-mail et Web

Il existe une pléthore de logiciels pour définir des activités. Zenbe offre un service complet gratuitement. En s’inscrivant sur le site de l’éditeur, on peut synchroniser ses données locales. Cerise sur le gâteau, il est également possible de les rendre accessibles à ses collègues par un simple courriel. Le seul bémol réside dans une interface utilisateur améliorable.

GIF - 10.7 ko
Synchroniser son iPhone, Zenbe, e-mail et site Web
BookShelf,****,$$$,-,WiFi

Propriétaire d’un Palm, je possède des documents en format PDB. Cette application me permet de déplacer ma bibliothèque sans devoir la convertir. Une application écrite en Java disponible chez l’éditeur permet le transfert des documents.

GIF - 7.1 ko
BookShelf - Transfert avec un serveur Java

Une clé USB WiFi

L’absence d’un mode disque sur l’iPhone peut sembler rédhibitoire. Il existe une solution avec une application qui offre un accès à travers le WiFi. Après avoir successivement acheté trois applications (AirSharing, FileMagnet et DataCase), je recommande la dernière.

DataCase **** $$ - WiFi

Avec Datacase, le fonctionnement est enfantin :

  • se connecter sur le réseau WiFi,
  • avec Macintosh, utiliser la détection automatique avec Bonjour,
  • accepter la connexion sur l’iPhone,
  • transférer les données dans les 2 sens.
GIF - 8.2 ko
DataCase - transfert

Avec un PC, le processus est à peine plus complexe :

  • taper l’adresse Web de l’iPhone sur un butineur sur le poste client,
  • accepter la connexion sur l’iPhone,
  • transférer les données dans les 2 sens.
GIF - 10.8 ko
DataCase - lecture documents

Naturellement, comme l’iPhone n’est pas qu’une clé USB, il est possible de visionner le contenu des fichiers transférés !

GIF - 9.4 ko
DataCase - afficahge des fichiers transférés

La seule critique réside dans une interface utilisateur un peu spartiate. Ses concurrents n’offrent pas une telle simplicité et pour le plus ancien d’entre eux, FileMagnet, il faut installer un logiciel sur les postes client.

Étendre son horizon

Un des aspects intéressants de l’App Store est la variété des approches culturelles. En effet, sans acheter une application, il est possible de se connecter sur un iTunes Store d’un autre pays. Confronté au besoin d’un dictionnaire anglais, si possible avec une traduction française, j’ai utilisé l’AppleStore France pour choisir Collins Pro French-English, me promenant sur la version américaine de l’App Store, j’ai découvert WordBook. À l’usage, voici mon verdict :

Collins Pro French-English **** $$$$  !! -

C’est un dictionnaire bilingue complet. Comparé à WordBook, son interface est plus rudimentaire. Par contre, il offre la possibilité de conjuguer les verbes et d’écrire des nombres en toutes lettres.

JPEG - 19.6 ko
Collins, bon mais onéreux
WordBook ***** $$ - -

Son interface utilisateur est parfaite, en particulier par :

  • un accès par onglet hiérarchique sur les 3 premières lettres,
  • un affichage dynamique des mots correspondant à notre critère,
  • la possibilité d’utiliser le clavier comme moyen supplémentaire.
GIF - 14.8 ko
WordBook, une interface et un contenu parfaitement élaborés

En plus, son contenu est particulièrement complet. Pour ne rien gâcher, son coût est très raisonnable.

Naturellement, j’ai éliminé d’autres applications hasardeuses comme WeDict qui n’offre qu’une interface à l’état d’ébauche et souvent un contenu du même acabit.

Jouer !

La lecture des classiques de la littérature, l’écoute de vos archives sonores vous laissent parfois sur votre faim, peut-être qu’une activité plus ludique peut éclairer vos déplacements en train ou en avion.

Line Ridder ***** $ - @

Si je ne ne devrais en garder qu’un seul, ce serait probablement celui-ci. Sur un caractère enfantin se cache un vrai bijou.

GIF - 2.3 ko
LineRider, une sensation hivernale

Dessiner une ligne, un pingouin sur une luge suit le chemin en appliquant des principes physiques comme la gravité ou l’accélération. Les aventures du pingouin lugeur sont quasiment sans limites. Si votre créativité n’est pas suffisante, un accès au serveur du constructeur permet de télécharger et de noter le travail de coreligionnaire.

Un monde en mutation

Pendant la rédaction de cet article sur une semaine, de nombreuses applications ont été mises à jour, d’autres sont arrivées, gratuites ou payantes. Certains logiciels payants ont vu leurs prix augmenter, diminuer, voire disparaître temporairement. L’App Store est un microcosme vivant. Il est probable que certaines de mes critiques devront être corrigées, que des logiciels gratuits offrent des fonctionnalités naguère onéreuses. Qu’un rêve devient réalité !
Voici un échantillon des 7 derniers jours, dont Google Earth.

GIF - 22 ko
Google Earth sur iPhone

Conclusion

L’iPhone nu est déjà un outil très abouti, avec l’ajout d’applications il devient incontournable. Le respect des principes qui a fait la réussite du Macintosh, simplicité et intuition, démontre que le succès d’un appareil n’est pas que la somme de ses fonctionnalités techniques.
À ce titre, avec une interface utilisateur réduite à sa plus simple expression, un écran tactile et 2 boutons, il présente la force d’une idée parfaitement réalisée.
Je conseille aux sceptiques de prendre en main un iPhone et rapidement ils devraient succomber à la tentation.



Cherchez ...

- dans tous les Flash informatique
(entre 1986 et 2001: seulement sur les titres et auteurs)
- par mot-clé

Avertissement

Cette page est un article d'une publication de l'EPFL.
Le contenu et certains liens ne sont peut-être plus d'actualité.

Responsabilité

Les articles n'engagent que leurs auteurs, sauf ceux qui concernent de façon évidente des prestations officielles (sous la responsabilité du DIT ou d'autres entités). Toute reproduction, même partielle, n'est autorisée qu'avec l'accord de la rédaction et des auteurs.


Archives sur clé USB

Le Flash informatique ne paraîtra plus. Le dernier numéro est daté de décembre 2013.

Taguage des articles

Depuis 2010, pour aider le lecteur, les articles sont taggués:
  •   tout public
    que vous soyiez utilisateur occasionnel du PC familial, ou bien simplement propriétaire d'un iPhone, lisez l'article marqué tout public, vous y apprendrez plein de choses qui vous permettront de mieux appréhender ces technologies qui envahissent votre quotidien
  •   public averti
    l'article parle de concepts techniques, mais à la portée de toute personne intéressée par les dessous des nouvelles technologies
  •   expert
    le sujet abordé n'intéresse que peu de lecteurs, mais ceux-là seront ravis d'approfondir un thème, d'en savoir plus sur un nouveau langage.