FLASH INFORMATIQUE FI



Le nouveau local serveurs de la faculté SB




Vittoria REZZONICO


Le local serveur de la FSB, d’une surface de 100m², dispose d’une alimentation électrique de 200kW (180 prises triphasées 16A) et d’un système de refroidissement capable d’absorber 150kW. Il peut contenir trente racks au maximum ; actuellement, il y en a vingt-quatre. Pour la sécurité des équipements, un onduleur de 80kVA se trouve derrière la moitié des prises. Plusieurs alarmes (température, fumée, feu, inondation) sont présentes. L’accès à la salle est sécurisé par CAMIPRO.

Occupation du local

Livrée en janvier 2008, la salle se trouve déjà bien remplie. Seuls trois des vingt-quatre racks sont encore vides. L’arrivée de plusieurs clusters est prévue avant juillet et six racks supplémentaires ont été commandés. Les clusters occupent plus de la moitié des racks.

Le déménagement

Les clusters ont été déménagés en janvier et février. Pour les clusters nécessitant de la connectivité de type Myrinet, on a fait appel au fournisseur, la fibre optique étant délicate à manipuler. Les 7 clusters restants ont été déménagés avec l’aide de 4 assistants-étudiants et du personnel de l’unité SB-IT. De plus, on a fait appel au service immobilier du DII pour les déménagements depuis les anciens bâtiments de l’UNIL. Les serveurs ont été déménagés à partir de février. Au moment de l’écriture de cet article, presque tous les serveurs sont dans la salle.

Quels serveurs ont le droit d’occuper la salle ?

Vous êtes dans la faculté SB et vous avez des serveurs ? Alors, vous pouvez les placer dans la nouvelle salle serveurs.

Avantages d’avoir un serveur dans la salle MA.C-1.613

Se séparer d’une machine qu’on a toujours eue sous son bureau peut s’avérer difficile pour certains. Pour que le dépaysement ne soit pas trop brutal, on fournit des services qui remplacent le vide laissé sous le bureau et dans les coeurs par la machine.

  • KVM sur IP : au moyen d’un browser Web, il est possible d’accéder à la machine comme localement. Pour l’instant, seul un boîtier KVM sur IP relié à un switch KVM est opérationnel. Un concentrateur KVM sur IP pour 32 serveurs sera installé prochainement.
  1. Alertes Nagios : parce qu’il est plus agréable d’être au courant des problèmes d’un serveur avant les utilisateurs.
  • Sous-réseau interne d’administration : il est possible pour les administrateurs de bénéficier d’une deuxième connexion sur un sous-réseau interne à des fins purement administratives.

Enfin, les nombreux avantages généraux d’avoir une structure centralisée sont présents : climatisation bien dimensionnée, courant secouru, réseau de backup, faux plancher, ...

Monitoring des serveurs

Pour la surveillance de l’état des serveurs, on a choisi l’outil Nagios pour plusieurs raisons :

  • il est Open Source
  • il dispose de plugins pour toute sorte d’équipements et on n’assiste pas à une dégradation de service lorsque le serveur à surveiller n’est pas du même type que le serveur qui surveille.
  • la communauté Nagios est très active
  • Nagios est déjà utilisé à l’EPFL par d’autres équipes

Pour une description de Nagios, veuillez consulter l’article du FI 3/2008.
À l’écriture de ces lignes, 102 serveurs et 363 services sont monitorés. Les noeuds de calcul qui se cachent derrière l’adresse IP du noeud master peuvent être monitorés soit activement par le serveur Nagios central, soit passivement. Un serveur Nagios est alors installé sur la tête du cluster, avec un pied dans EPNET et un pied dans le sous-réseau du cluster. Le serveur envoie alors les informations au serveur Nagios central.
Les 102 serveurs n’appartenant pas à une même personne, on a mis en place différentes listes de contacts. Lorsqu’un administrateur se loggue sur l’interface Web, il ne voit apparaître que ses propres serveurs.
Pour avertir les administrateurs d’une panne, Nagios n’envoie pour l’instant que des mails. Pour les services les plus critiques, des alertes SMS peuvent être fournies. Notre système nécessite encore des réglages fins, il envoie pour l’heure trop d’alertes.

Surveillance du niveau de consommation électrique

Les serveurs sont pour la plupart derrière un UPS - les seuls qui ne le sont pas sont les noeuds de calcul. L’UPS dispose d’une carte SNMP depuis laquelle on peut connaître son état. Elle envoie des traps lorsque le courant est coupé et que les équipements fonctionnent sur batterie. De plus il fournit la consommation électrique par phase.

Surveillance des portes des racks

Un dispositif de surveillance d’ouverture et fermeture des portes des racks est actuellement en voie d’élaboration. Le dispositif n’est pour l’instant qu’au stade de prototype. Il s’agit d’un bus sur lequel sont placées des cartes (une par rack) munies de capteurs reed (magnétiques) connectés aux 2 portes du rack. Lorsque le capteur détecte un événement (ouverture ou fermeture de la porte), la carte envoie l’adresse du rack, de la porte et l’évènement sur le bus. Les données sont collectées par une carte réceptrice connectée par USB sur le serveur central.

Surveillance de la température

En premier lieu, le local dispose de sondes de température dont le rôle est de déclencher une alarme au PCC au-delà d’un certain seuil, et même de couper complètement l’alimentation du local si un second seuil est franchi.
En outre, nous avons placé sept autres sondes en différents endroits de la salle. Les sondes sont connectées sur le réseau privé de la salle et communiquent les données à un serveur central par SNMP. Le serveur central s’occupe d’analyser ces données au moyen de MRTG et envoie éventuellement des alertes (mail, sms) quand les niveaux sont critiques. Des graphiques sont ensuite produits avec rrdtool.

Préparer le futur

Une salle serveurs de faculté est certainement un progrès par rapport à la situation antérieure où de plus petites salles étaient dispersées dans plusieurs bâtiments avec un aménagement pas toujours satisfaisant pour des équipements informatiques dont la valeur cumulée se chiffre en plusieurs centaines de milliers de francs.
Mais ce n’est pas suffisant. Il serait judicieux d’entamer une réflexion à l’échelle du campus afin d’envisager de se doter d’un bâtiment spécialement conçu pour héberger tous les serveurs de l’école. Cela permettrait en particulier d’essayer de proposer des solutions pour une meilleure gestion de l’énergie, les serveurs étant non seulement toujours plus gourmands en électricité, mais également en climatisation.

Remerciements

L’aménagement de la nouvelle salle serveurs a été possible grâce à la collaboration de plusieurs personnes.

  • Tout d’abord le DII qui non seulement s’est occupé des insfrastructures, mais nous a aussi aidé à déménager et installer dans les racks les clusters et serveurs qui auparavant se trouvaient dans les bâtiments BSP et BCH.
  • Ensuite, le groupe réseau du DIT nous a bien soutenu lors de migration des serveurs.
  • De plus, tout le personnel de SB-IT a contribué lors des déménagements.
  • Enfin, l’aide des assistants-étudiants a été fort précieuse. À tous, un grand merci.


Cherchez ...

- dans tous les Flash informatique
(entre 1986 et 2001: seulement sur les titres et auteurs)
- par mot-clé

Avertissement

Cette page est un article d'une publication de l'EPFL.
Le contenu et certains liens ne sont peut-être plus d'actualité.

Responsabilité

Les articles n'engagent que leurs auteurs, sauf ceux qui concernent de façon évidente des prestations officielles (sous la responsabilité du DIT ou d'autres entités). Toute reproduction, même partielle, n'est autorisée qu'avec l'accord de la rédaction et des auteurs.


Archives sur clé USB

Le Flash informatique ne paraîtra plus. Le dernier numéro est daté de décembre 2013.

Taguage des articles

Depuis 2010, pour aider le lecteur, les articles sont taggués:
  •   tout public
    que vous soyiez utilisateur occasionnel du PC familial, ou bien simplement propriétaire d'un iPhone, lisez l'article marqué tout public, vous y apprendrez plein de choses qui vous permettront de mieux appréhender ces technologies qui envahissent votre quotidien
  •   public averti
    l'article parle de concepts techniques, mais à la portée de toute personne intéressée par les dessous des nouvelles technologies
  •   expert
    le sujet abordé n'intéresse que peu de lecteurs, mais ceux-là seront ravis d'approfondir un thème, d'en savoir plus sur un nouveau langage.