FLASH INFORMATIQUE FI



Les infos du Ci seront i-Ci




Jean-Damien HUMAIR


Durant seize ans, le Centre informatique de l’Unil a publié un journal d’information baptisé Info-Ci - le pendant universitaire du Flash informatique, en quelque sorte.
En guise de cadeau d’anniversaire pour sa cinquantième édition, nous avons envisagé de lui donner une nouvelle jeunesse.
Et nos réflexions nous ont conduits à abandonner le support papier pour créer un journal électronique.
C’est ainsi qu’est né i-Ci, dont le numéro 1 est en ligne depuis le 20 mars dernier.

Petit coup de balai

Plusieurs facteurs nous ont dirigés dans cette voie.
Tiré à 2’100 exemplaires, et distribué par la poste, l’Info-Ci ne touchait qu’une partie restreinte des 15’000 membres de la communauté universitaire (étudiants compris).
Le papier, et l’idée d’archivage qu’il suscite, ainsi que la parution semestrielle du journal convenaient peu à l’évolution permanente de l’informatique.
Enfin, le Centre informatique se voulait de montrer l’exemple, d’explorer de nouvelles solutions.
A notre goût, à l’heure où les revues en ligne foisonnent sur Internet, le concept même d’un support d’information sur papier, fût-il glacé, semblait coller de plus en plus mal avec cette image.
Ces considérations, alliées au besoin de rafraîchir une ligne graphique quelque peu usée par ses dix ans d’âge, ont poussé le Ci à franchir le pas.

La page d’accueil de i-Ci 

i-Ci est là

C’est dès à présent chose faite : le premier i-Ci est en ligne ; les prochains numéros suivront à un rythme régulier, arrêté à quatre éditions par année (20 mars, 20 juin, 20 septembre et 20 décembre).
Format électronique oblige, les articles sont rédigés de manière un peu différente de ceux de l’Info-Ci.
La lecture à l’écran n’étant pas aussi aisée que celle sur papier, on privilégie des textes plus courts d’une part, et présentés sur deux ou trois niveaux d’autre part : la page d’accueil offre un résumé de chaque article.
En cliquant sur le lien lire l’article, on accède à un deuxième niveau, un texte développé sur trois à quatre pages-écran au maximum.
Dans certains cas, ce même texte pourra se référer à un troisième niveau, plus détaillé encore.
Les précédents numéros de i-Ci resteront disponibles en ligne durant une année.
Les articles qui seront toujours d’actualité au-delà de ce délai seront placés ailleurs sur le site du Ci.
Il sera possible de rechercher, par mot-clé, un article des éditions en ligne.
Enfin, de petits outils permettront au lecteur de s’abonner ou de se désabonner à une liste e-mail annonçant chaque nouveau numéro.
Pour que notre journal reste agréable à visualiser au travers d’une ligne à bas débit, mais aussi pour réduire le travail de mise en pages, nous avons choisi la présentation la plus légère possible.
Pour autant, nous n’avons pas épargné les efforts d’esthétique : la maquette a été réalisée par les graphistes du Centre audiovisuel de l’Unil et c’est un photographe professionnel qui illustre chaque article.

i-Ci présente des technologies, mais aussi et surtout les personnes qui les utilisent 

i-Ci est ainsi

Les thèmes abordés restent sensiblement les mêmes que ceux de l’ancien Info-Ci.
On y trouvera toujours des communications des équipes du Centre informatique, des bancs d’essai de logiciels ou de matériels recommandés par le Ci, ainsi que des informations plus générales (nouveaux collaborateurs, projets annuels, notamment).
Mais puisque la nouvelle mouture touche un public beaucoup plus large qu’auparavant, notamment tous les étudiants et étudiantes, on envisage également une plus grande ouverture vers le monde des utilisateurs d’informatique à l’Université, y compris ceux qui ne sont pas des spécialistes du domaine.
Nous tentons ainsi de répondre à leurs questions : où se trouvent les bornes Internet en libre-accès, comment peut-on utiliser le réseau sans fil, quels logiciels utiles peut-on télécharger, etc.
Prolongement de cette ouverture, une rubrique donne la parole à nos utilisateurs et présente chaque fois un projet universitaire dans lequel l’informatique est un outil, et non un but en soi.
L’idée est de mieux comprendre comment les machines et l’infrastructure que nous proposons sont mises à contribution sur le site, et de susciter des échanges.

i-Ci et FI

Au sujet des échanges, d’ailleurs, nous jetons également un oeil du côté de nos amis de l’EPFL.
Responsable éditorial de i-Ci, Jean-Damien Humair est aussi membre du comité de rédaction du Flash informatique.
Cette collaboration pourra nous conduire à traiter de temps à autre un sujet commun dans les deux publications, ou a échanger des articles.
La page d’accueil de i-Ci et le site Web du Flash informatique contiennent d’ores et déjà un lien de l’un vers l’autre.
Aussi, nous vous invitons cordialement à découvrir notre journal à l’adresse : http://www.unil.ch/ci/ici.



Cherchez ...

- dans tous les Flash informatique
(entre 1986 et 2001: seulement sur les titres et auteurs)
- par mot-clé

Avertissement

Cette page est un article d'une publication de l'EPFL.
Le contenu et certains liens ne sont peut-être plus d'actualité.

Responsabilité

Les articles n'engagent que leurs auteurs, sauf ceux qui concernent de façon évidente des prestations officielles (sous la responsabilité du DIT ou d'autres entités). Toute reproduction, même partielle, n'est autorisée qu'avec l'accord de la rédaction et des auteurs.


Archives sur clé USB

Le Flash informatique ne paraîtra plus. Le dernier numéro est daté de décembre 2013.

Taguage des articles

Depuis 2010, pour aider le lecteur, les articles sont taggués:
  •   tout public
    que vous soyiez utilisateur occasionnel du PC familial, ou bien simplement propriétaire d'un iPhone, lisez l'article marqué tout public, vous y apprendrez plein de choses qui vous permettront de mieux appréhender ces technologies qui envahissent votre quotidien
  •   public averti
    l'article parle de concepts techniques, mais à la portée de toute personne intéressée par les dessous des nouvelles technologies
  •   expert
    le sujet abordé n'intéresse que peu de lecteurs, mais ceux-là seront ravis d'approfondir un thème, d'en savoir plus sur un nouveau langage.