FLASH INFORMATIQUE FI



Bonjour iPhone  !




Laurent KLING


Personal digital assistant (PDA), une longue histoire

Alan Kay est probablement l’inventeur du concept d’assistant électronique, son célèbre article de 1972 sur le DynaBook nous renvoie directement à l’utilisation de l’ordinateur portable.

JPEG - 5.5 ko
DynaBook

Le projet One Laptop per Child est certainement la dernière incarnation du concept original.

JPEG - 5.2 ko
One Laptop per Child

Ces travaux de pionnier nous renvoient à notre pratique quotidienne des extensions virtuelles que l’Homo sapiens a inventées pour projeter son espace inter-relationnel au-delà du raisonnable. À ce titre, un téléphone portable représente une prothèse de communication, un baladeur numérique, une extension de son environnement musical et un agenda électronique n’est qu’une extension de notre mémoire, agenda-papier dans une version aux stéroïdes anabolisants.

L’utilisation de ces béquilles technologiques nous renvoie rapidement à leurs utilités, la progression faramineuse du téléphone portable et les ventes gigantesques d’iPod ne répondant que partiellement à cette interrogation.

Une addiction sur le long terme

Accoutumé des gadgets électroniques, dévoreur de livre de science-fiction, adepte du nombre d’Avogadro ou familier de la chaleur massique de l’eau, vous êtes probablement atteint d’un syndrome particulièrement sournois, un nerd (ou n3rd). Un test disponible sur Internet permet de mesurer le degré de contamination.

JPEG - 10.4 ko
évolution technologique, ou poursuite de l’addiction, dans l’ordre : un Handspring Pilot Prism, un GSM, un Tréo 650, un Motorola Razor et finalement un iPhone

Étant atteint de ce syndrome, j’ai succombé aux tentations (j’en vois un, j’en veux un, voici ma carte de crédit) j’ai successivement :

  • En 1996, succombé au charme de Palm Pilot 1000 (128 Ko de mémoire, processeur 68328 16 MHz, écran 160x160 pixel noir&blanc, interface Graffiti (reconnaissance de glyphe), alimentation par pile AA, 160g).
  • En 1997, mise à jour de l’appareil par le remplacement de son module mémoire en PalmPilot Professional (1 Mo de mémoire, processeur 68328 16 MHz, écran 160x160 pixel noir & blanc, interface Graffiti, alimentation par pile AA, 160 g).
  • En 2000, séduit par la couleur, Handspring Pilot Prism (8 Mo de mémoire + 8 Mo externe, 33 Mhz Motorola Dragonball VZ, écran 160x160 pixel, 65’536 couleurs, interface Graffiti, alimentation par batterie rechargeable, 195 g).
  • En 2003, ne disposant pas de chemise aux poches multiples, je craque pour l’appareil combinant agenda téléphonique et téléphone GSM, le Tréo 600 (24 Mo de mémoire utile, processeur ARM 144 MHz, écran couleur 160x160, alimentation par batterie rechargeable, interface Graffiti et clavier QWERTY intégré, 168 g, GSM quadribande, transfert de données par GPRS).
  • En 2005, pour remplacer l’appareil précédent volé, le Tréo 650 (20 Mo de mémoire utile, processeur Intel PXA270 312 MHz, écran couleur 320x320 65’536 couleurs, alimentation par batterie rechargeable amovible, stylet et clavier QWERTY intégré,178 g, GSM quadribande, transfert de données par GPRS/EDGE, Bluetooth).
  • En 2007, achat d’un iPhone (7.13 Go de mémoire utile, processeur ARM 620MHz, écran couleur 480x320, muti-touche, alimentation par batterie rechargeable, 135 g, GSM quadribande, transfert de données par GPRS/EDGE, Wifi 802.11b/g, Bluetooth).

Quel GSM choisir ?

Usuellement, le débat dans le monde de la téléphonie mobile se focalise dans l’ordre :

  • le forfait le plus adapté à votre consommation,
  • les combinés disponibles avec le forfait,
  • le paiement (s’il y a lieu) d’un montant correspondant à la différence entre le coût de l’abonnement et le coût du combiné.

Dans cette logique, le combiné devient un accessoire à un plan tarifaire.

iPhone, une logique inversée

Pour Apple, le défi consiste à proposer un produit suffisamment alléchant pour que les consommateurs :

  • achètent le combiné au prix fort,
  • souscrivent automatiquement un forfait avec un opérateur national exclusif,
  • versent indirectement des royalties à Apple pour les nouveaux clients ainsi glanés.

Cette logique peut sembler surprenante, mais il est important de tenir compte d’une variable soigneusement cachée par les opérateurs de téléphonie mobile, la valeur comptable d’un nouveau client, désigné en anglais par The average cost of acquiring a customer, Cost Per Gross Add, par exemple de 280 $ par nouveau client pour le troisième trimestre 2007 de l’opérateur T-Mobile aux USA : news.moneycentral.msn.com/ticker/article.aspx ?Feed=BW&Date=20071108&ID=7782977&Symbol=DT.

Un consommateur averti

Ce coût d’acquisition explique certainement les campagnes commerciales agressives par certains opérateurs pour vous proposer des contrats de longue durée avec souvent une qualité de service moindre pour des frais plus élevés pour le client, le client est roi, mais le client paie un maximum. Pour sortir de ces deux cercles vicieux, il existe heureusement une troisième solution :

  • acheter sans abonnement un combiné sans limitation d’opérateur (SIM free),
  • sélectionner le forfait adapté à vos besoins,
  • utiliser votre téléphone.

Un iPhone légal en Suisse

La solution américaine ou le revendeur sur Internet

L’idée la plus simple à l’esprit est de demander à une connaissance de ramener un iPhone depuis les USA, d’utiliser les outils disponibles pour déverrouiller l’appareil, et de profiter sereinement de son nouveau joujou, malheureusement, cette solution va entraîner :

  • la recherche d’un combiné avec un firmware 1.1.1 et une version du modem inférieur a 04_02_13_G (pour savoir quel est votre iPhone, *3001#12345#*)
  • et une procédure complexe (installer iTunes 7.4 avec QuickTime 7.2, télécharger des logiciels, se connecter par SSH, cannibaliser votre carte SIM.

Nota Bene  : si votre score de nerd est élevé, ce n’est pas une procédure complexe, mais un jeu d’enfant.

Si votre téléphone ne correspond pas aux bonnes caractéristiques, vous voilà possesseur d’une brique de haute technologie (jurant qu’on ne vous reprendra plus dans ce piège).

La solution légale

Dans ce cas, une lecture attentive des sites Web sur les nouveautés technologiques vous apprend :

  • En France, pour la téléphonie mobile, la vente liée n’est autorisée qu’à 2 conditions, un usager peut :
    • changer d’opérateur pour son combiné après 6 mois
    • acquérir un combiné sans abonnement lié
  • Pour iPhone en France, le distributeur exclusif est Orange (filiale de France Télécom).

Muni de ces informations, vous prenez votre bâton de pèlerin (dans mon cas, traverser le lac) pour obtenir votre joujou en 5 étapes :

1. acquérir un iPhone

Pour éviter de traverser la frontière sans trouver l’objet désiré : www.iphone.orange.fr/. Vous trouverez l’iPhone en Agence France Télécom.

Acheter le combiné sans abonnement à 649 € ; pour ce montant, Orange vous offre une mobicarte (abonnement à prépaiement) accompagnée de la carte SIM d’une valeur de 30 € avec un crédit de communication de 5 €.

Acheter une recharge de crédit de communication de 100 € pour cette mobicarte. Logiquement, c’est la version 70 € + 25 € que vous devez prendre, mais pour activer un compte mobicarte, vous devez passez une communication...

Nota Bene  : pour les amateurs de commerce électronique, vous ne pouvez pas recharger votre mobicarte par carte de crédit avant un délai de 1 mois comme client Orange France !

Et n’hésitez pas à vérifier que l’identité de votre compte chez Orange est correcte ! (important pour la suite des opérations).

2. Activer votre iPhone sur iTunes France

Attendre un jour ouvrable pour que votre agence France Télécom enregistre votre identité liée à votre numéro de téléphone français inclus dans la mobicarte. L’enregistrement et l’activation de l’iPhone sont vraiment simples si l’on remplit trois conditions :

  • insérer la carte SIM de l’abonnement mobicarte
  • disposer d’une adresse de messagerie
  • une carte de crédit (ma Mastercard suisse a parfaitement fonctionné).

Un détour par l’iTunes Store France active votre iPhone :

JPEG - 9.4 ko
iTune Store France

À ce stade, vous disposez d’une très belle brique de haute technologie similaire à un iPod touch de 8Go (évitez d’utiliser le téléphone, vous êtes à l’étranger).

JPEG - 5.2 ko

3. Déverouiller votre iPhone légalement

Finalement, voici la liste des opérations à réaliser :

  • activer la recharge de votre mobicarte de 100 €,
  • vérifier sur Internet que votre mobicarte s’est bien rechargée,
  • appelez le service client de France Télécom (pour l’étranger, + 33 6 07 62 64 64 ),
    • demander le déverrouillage,
    • préciser que votre iPhone ne possède pas d’abonnement,
    • indiquer qu’un crédit de communication de 100 € est disponible sur votre mobicarte,
    • fournir l’IMEI de votre iPhone,
  • après 3 jours, vous recevez une confirmation écrite d’Orange que votre iPhone est déverrouillé légalement,
  • le même document précise que vous devez attendre 72 heures avant de procéder au déverrouillage sur iTunes France.

4. Activer le déverrouillage sur iTunes France

Pour finir votre initiation à la philosophie zen : si tu es pressé, fais un détour, voici l’objectif qui se dessine :

  • insérer votre mobicarte dans l’iPhone,
  • procéder à la mise à jour de votre iPhone sur iTune
  • et miracle, l’écran magique d’Apple apparaît :
JPEG - 3.5 ko
iPhone déverrouillé

5. utiliser votre iPhone

Avec le firmware 1.1.2, le téléphone fonctionnait de manière erratique, la mise à jour en firmware 1.1.3 corrige l’ensemble des problèmes. Naturellement la messagerie vocale graphique ne fonctionne pas (c’est une fonctionnalité propre au fournisseur officiel de l’iPhone).

JPEG - 4.2 ko
iPhone libre

Il est certain que cette méthode est plus longue, mais vous bénéficiez de votre joujou avec le dernier firmware et votre carte SIM préférée. Malheureusement pour les revendeurs, la procédure est verrouillée sur plusieurs plans :

  • l’identité du possesseur de l’iPhone
    • achat mobicarte
    • compte Orange France
    • compte iTunes France.
  • l’identité de l’appareil
    • numéro IMEI
    • activation iPhone avec carte SIM Orange France
    • activation déblocage iPhone sur iTune France.

iPhone, quelques impressions en images

Comme base de comparaison, je me réfère à mon expérience avec les PDA et plus particulièrement avec mon avant-dernière brique technologique, un Tréo 650 :

encombrement

JPEG - 7.3 ko
encombrement
Tréo 650 ***iPhone *****

Pour l’encombrement, l’iPhone gagne facilement le match, la présence d’une façade en verre augmente considérablement le confort d’utilisation. Les adeptes du Tréo ne connaissent que trop le sandwich de l’écran tactile + film de protection.

verrouillage

JPEG - 5.2 ko
verrouillage
Tréo 650 ***iPhone *****

Le bureau n’est pas visible sur l’iPhone, le déverrouillage est plus intuitif sur l’iPhone.

bureau

JPEG - 5.5 ko
Tréo 650 ****iPhone *****

Le bureau de l’iPhone est spartiate (vivement la disponibilité du SDK, plus d’applications sont désirées), la possibilité de modifier l’organisation des icônes (firmware 1.1.3) est un plus apprécié et particulièrement la possibilité de créer des onglets. Pour le Tréo, c’est un logiciel commercial qui offre cette organisation par onglet.

Web

JPEG - 5.5 ko
Tréo 650 *iPhone *****

Incontestablement, le monde des PDA n’est plus le même quand on a goûté l’interface de Safari sur l’iPhone. Une réussite sans partage.

Pour entrer l’URL, le résultat est similaire. La disparition du stylet représente un confort accru. Le clavier virtuel de l’iPhone correspond aux attentes.

JPEG - 6.3 ko
sti.epfl.ch
JPEG - 5.6 ko
fragment de sti.epfl.ch
La possibilité d’obtenir rapidement une page Web complète sur son PDA représente une avancée certaine, l’interface la plus bluffante est certainement le double-click (tapotement du doigt) pour agrandir lisiblement une portion de la page Web. On s’étonne que personne n’ait eu cette idée lumineuse avant ! Dans un souci de raffinement, les indicateurs de position dans la page Web (les ascenseurs de nos bureaux électroniques) n’apparaissent que quand la fonction est activée. La fluidité est parfaite.

Le pivotement de l’iPhone offre un affichage à l’italienne, parfois plus lisible pour certains sites.

La sélection directe des liens et le remplissage des dialogues de recherche offrent la même facilité d’utilisation. La possibilité d’avoir plusieurs fenêtres Web ouvertes offre également un confort accru.

Messagerie

JPEG - 5.5 ko
messagerie édition
JPEG - 3.7 ko
Tréo 650 **iPhone *****

Le support complet du protocole IMAP représente une avancée certaine pour un client de messagerie mobile. Avant l’arrivée de l’iPhone, j’utilisais en déplacement massivement GMail par l’interface Web du Tréo 650. Maintenant il est possible de naviguer entre les dossiers, y compris sur Exchange.

La rédaction d’un message avec le clavier virtuel de l’iPhone est rapide. Pour déplacer le curseur dans le texte, appuyer et déplacer votre doigt, la loupe suit vos mouvements.

Accessoirement un téléphone

JPEG - 5.3 ko
Tréo 650 ****iPhone *****

Les communications sont similaires, un plus pour la qualité audio de l’iPhone. L’intégration des contacts dans l’iPhone est également plus aboutie. Par exemple, le Tréo 650 propose systématiquement d’enregistrer un contact pour chaque nouveau numéro, entrée valide uniquement pour les appels futurs. Dans l’iPhone, la liste des appels incorpore la création d’un contact, raffinement supplémentaire, l’ajout d’un contact modifie les ensembles des appels passés, présents et futurs. Avec la même subtilité, si plusieurs contacts se partagent le même numéro, l’iPhone le signale discrètement.

Calendrier !

JPEG - 5 ko
Tréo 650 ****
avec Agendus *****
iPhone *****

Avec les programmes fournis avec l’appareil, le résultat est similaire. Par contre, l’ajout d’un programme commercial, Agendus de Iambic Software dans le Tréo 650 offre une intégration plus élevée. L’intégration entre téléphone, agenda et contacts représente une avancée significative dans la gestion de son quotidien. À ce titre, cette gestion est antédiluvienne dans les téléphones traditionnels.

Synchronisation

Tréo 650 **
avec béquille logicielle ****
iPhone *****

Sur un Macintosh, la synchronisation de l’iPhone est parfaite, y compris pour les éléments inclus dans Exchange (contacts et agenda) à travers Entourage. On peut également choisir ses images favorites depuis iPhoto.

Avec l’ensemble de mes autres PDA, la synchronisation relevait parfois du tour de force, particulièrement quand vous activez ActiveSync pour Exchange. En pratique, uniquement les PDA Windows Mobile récents sont capables de gérer complètement un compte Exchange à travers une connexion GSM. 

Pour compenser ces lacunes, il était nécessaire d’acheter pour le Tréo 650 des programmes de synchronisation locaux et de sauvegardes sur le PDA pour éviter des catastrophes.

Musique !

JPEG - 5.9 ko
Tréo 650 ****iPhone *****

Sur un plan technique, les possibilités sont similaires. Sur le plan de l’interface, l’iPhone sort largement vainqueur avec un confort rarement égalé.

En plus de ces fonctions de base d’un PDA, l’iPhone possède des ajouts intéressants :

YouTube

Tréo 650 -iPhone ****

Sur un ordinateur, je suis un usager sporadique de YouTube. Avec l’iPhone mon comportement a changé, car cet appareil représente une interface parfaite pour une vision individuelle de vidéo.

iTune Vidéo Podcast

Tréo 650 *iPhone ****

La possibilité de disposer facilement de chaînes d’informations et de vidéo change également ma perception des vidéos sur un appareil portable. De gadget, mon appréciation atteint le niveau utile. Sur un Tréo 650, il est possible de voir des vidéos, mais généralement on ne le fait qu’une fois !

iTune Musique Store

Tréo 650 -iPhone ****

Couplée avec un accès Wifi, l’organisation du magasin de musique est particulièrement adaptée à la taille du périphérique. La préécoute d’un morceau de musique avant son achat est meilleure que dans son cousin sur ordinateur.

Dès que votre iPhone se reconnecte sur votre ordinateur avec iTune, les morceaux achetés sont transférés dans votre bibliothèque de musique.

Google Map

Tréo 650 ****iPhone *****

Un client pour portable de Google Maps existe pour de nombreux téléphones, le plus de la version du iPhone réside dans la capacité de l’appareil de déterminer sa position approximative en consultant une carte couplée à la puissance des émetteurs GSP ou Wifi. Dans la région de Genève, la précision est remarquable ! Sous nos latitudes, la précision est de quelques centaines de mètres.

Wifi

Tréo 650 -iPhone *****

La sensibilité de l’iPhone est comparable à celle d’un ordinateur portable récent, le seul bémol à l’activation du Wifi est son impact important sur l’autonomie de l’appareil.

Configuration

Tréo 650 ***iPhone *****

La configuration des deux appareils est simple. Comme sur un Macintosh, l’utilisation de l’application Réglages sur un iPhone simplifie la vie de l’usager.

Autonomie

Tréo 650 ****iPhone ***

L’autonomie est similaire entre les deux appareils. La présence silmutanée des fonctions de PDA, téléphone, baladeur couplé avec un lecteur de film engendre automatiquement une utilisation accrue d’un tel appareil. Ceci entraîne une apparente facilité pour vider la batterie de l’iPhone. Dans un mode professionnel, agenda + courrier + web, l’autonomie des 2 appareils est similaire, environ 2 à 3 jours de travail.

En mode vidéo avec le Wifi, l’autonomie se réduit à 5 heures.

Conclusion

Il est certain que cette évaluation est subjective, mais il est impressionnant de constater qu’au début de l’utilisation de l’iPhone, je cherchais machinalement un stylet inexistant.

L’interface graphique nous laisse pantois et permet de nous remémorer les premières utilisations d’un Macintosh 128 avec sa découverte de la souris dans une interface graphique conviviale. L’iPhone réussit à renouveler le fonctionnement d’un objet usuel à la majorité de la population occidentale, le téléphone portable !



Cherchez ...

- dans tous les Flash informatique
(entre 1986 et 2001: seulement sur les titres et auteurs)
- par mot-clé

Avertissement

Cette page est un article d'une publication de l'EPFL.
Le contenu et certains liens ne sont peut-être plus d'actualité.

Responsabilité

Les articles n'engagent que leurs auteurs, sauf ceux qui concernent de façon évidente des prestations officielles (sous la responsabilité du DIT ou d'autres entités). Toute reproduction, même partielle, n'est autorisée qu'avec l'accord de la rédaction et des auteurs.


Archives sur clé USB

Le Flash informatique ne paraîtra plus. Le dernier numéro est daté de décembre 2013.

Taguage des articles

Depuis 2010, pour aider le lecteur, les articles sont taggués:
  •   tout public
    que vous soyiez utilisateur occasionnel du PC familial, ou bien simplement propriétaire d'un iPhone, lisez l'article marqué tout public, vous y apprendrez plein de choses qui vous permettront de mieux appréhender ces technologies qui envahissent votre quotidien
  •   public averti
    l'article parle de concepts techniques, mais à la portée de toute personne intéressée par les dessous des nouvelles technologies
  •   expert
    le sujet abordé n'intéresse que peu de lecteurs, mais ceux-là seront ravis d'approfondir un thème, d'en savoir plus sur un nouveau langage.