FLASH INFORMATIQUE FI



Linux-Based - la tablette portable Nokia N800




Vittoria REZZONICO


Présentation

La tablette Nokia N800 est conçue pour la mobilité Internet, et inclut des logiciels pour naviguer sur le Web, consulter les mails, faire de la téléphonie sur Internet et de la vidéoconférence. Elle dispose en plus d’un tuner FM. Attention : bien qu’étant de la marque Nokia, le N800 n’intègre pas de téléphone, c’est uniquement un ordinateur portable.

JPEG - 11.5 ko
fig. 1
La tablette Nokia N800

Le Nokia N800 est le successeur du N770, mais il a un processeur plus puissant, plus de mémoire, une caméra intégrée et deux slots pour des cartes SD. Il mesure 144 × 75 × 13 millimètres et pèse 206 grammes. Son écran a une résolution de 800x480 pixels, ce qui est très élevé pour sa taille. De plus, son autonomie est très bonne : la batterie dure entre 4 et 5 heures lorsqu’on travaille non-stop dessus. Il faut remarquer que l’écran se met en mode basse consommation après une trentaine de secondes d’inactivité, et la tablette se met en stand-by après quelques minutes, tout en gardant la connexion au wireless. Donc, dans la pratique, la tablette tient facilement une journée d’utilisation moyenne sans devoir être rechargée.

JPEG - 20.6 ko
fig. 2
Le desktop du Nokia N800

Mais le composant le plus intéressant dans cet appareil est le système d’exploitation. La tablette comporte un système d’exploitation de type GNU/Linux, plus précisément Maemo, qui est une version spéciale de Debian. Pour l’interface graphique, le Nokia N800 est basé sur X Window et Hildon, une version light de Gnome. Les passionnés de Linux se sentiront donc à l’aise après quelques petites opérations inoffensives sur l’appareil.

Connexion au réseau de l’EPFL par WPA

Pour se connecter à Internet, il suffit de cliquer sur l’icône. Le WPA est supporté, la connexion se fait sans besoin de certificat. La configuration se fait comme suggéré dans les petites animations sur le site, plus précisément, il faut remplir les champs dans la suite des dialogues proposés par l’outil de connexion comme suit :

SSID epfl
Network Mode Infrastructure
Security Method WPA with EAP
EAP type PEAP
EAP Method EAP MSCHAPv2

Le certificat n’étant pas sélectionnable, on va laisser le champ vide. D’habitude, il faudrait choisir GTE_CyberTrust_Global_Root. Enfin, introduisez votre sciper et votre mot de passe. Après quelques instants, vous serez online.

Système de paquetages

JPEG - 13.6 ko
fig. 3
Application Manager

Etant basée Debian, la tablette dispose d’un système de paquetages identique à celui de Debian ou Ubuntu : il faut quelque part ajouter des repositories et ensuite les paquetages installables apparaîtront dans une liste. Il faut donc lancer l’outil Application Manager (menu Tools) et ajouter un repository (en cliquant sur le menu Application Manager, puis Tools, enfin Application Catalog) comme montré à la figure 3. Ensuite, dans la liste des applications installables, vous verrez apparaître xterm. Sélectionnez-le. Après ceci, vous voudrez sûrement obtenir l’accès root à la machine. Pour cela aussi, il y a un paquetage. Il s’appelle becomeroot. Pour y accéder, il faut ajouter le repository suivant :

        Catalog name: Becomeroot
        Web address: http://eko.one.pl/maemo
        Distribution: bora
        Components: user

Ensuite, depuis le terminal, vous tapez :

        sudo gainroot

et voilà, maintenant vous êtes root sur le N800. Profitez-en pour changer le mot de passe !
Un autre paquetage utile est ssh (client et serveur). Pour l’installer, ajoutez le repository :

Catalog name: Maemo Extra
Web address: http://repository.maemo.org/extras
Distribution: bora
Components: free non-free

Depuis un terminal sur une quelconque machine, vous pouvez maintenant vous connecter au N800 normalement par ssh :

ssh root@ip_du_N800
JPEG - 26.5 ko
fig. 4
Connexion SSH sur le N800

Vu les accords que l’EPFL possède avec les autres universités, il est agréable d’avoir un client vpn installé sur le N800. Le client vpn libre vpnc (voir article du FI5/4), a été porté sur la plate-forme Maemo. Pour l’installer, il faut ajouter le repository suivant :

Catalog name: Vpnc
Web address: http://scriptkiller.de/apt/
Distribution: mistral
Components: main

Installez vpnc, téléchargez la configuration qui se trouve à la page et lancez vpnc depuis un terminal comme montré à la figure 5.

JPEG - 12.2 ko
fig. 5
Lancement de vpnc

Maintenant, vous avez un système assez complet qui s’intègre dans le réseau sans-fil de l’EPFL. On peut commencer à personnaliser le N800.

Changer les logos de démarrage

C’est le moment de personnaliser un peu votre tablette N800. Une façon rapide est de changer les logos qui apparaîssent au démarrage. Malheureusement, le logo Nokia qui apparaît pendant les premières secondes au démarrage n’est pas facile à éliminer, on va se contenter donc de ceux qui suivent : le logo Nokia et les mains qui se serrent.
Pour changer le logo, remplacez le fichier :

/usr/share/icons/hicolor/scalable/hildon/qgn_indi_startup_nokia_logo.png

par une image png de votre choix de taille inférieure ou égale à 800×480. Si vous souhaitez remplacer les mains qui se serrent, il suffit d’écraser le fichier :

/usr/share/icons/hicolor/scalable/hildon/qgn_indi_nokia_hands.jpg

par une jpeg de taille 800×480.

La pilule rouge

Certains paquetages installables ne figurent pas dans la liste des paquetages disponibles. Pour avoir la liste complète, il faut entrer dans le mode pilule rouge. Ajoutez un repository comme indiqué à la figure 6, ensuite appuyez sur Cancel. Vous pourrez choisir ainsi une pilule. La pilule rouge va vous montrer énormément de paquetages, surtout des paquetages de développement, tandis que la pilule bleue va cacher à vos yeux tous les paquetages qui pourraient effrayer un utilisateur moyen. Parmi ces paquetages on peut trouver Python, gdb ainsi que plusieurs bibliothèques et outils de développement.

JPEG - 12.8 ko
fig. 6
Comment avaler la pilule rouge ?

Conclusion

Bien sûr, le Nokia N800 comporte plein de logiciels utiles comme Skype (d’usine), Gizmo, des lecteurs multimédia, un calendrier avec gestion de tâches, des logiciels de messagerie instantanée et plein de petits jeux. Dans cet article, je voulais surtout me concentrer sur ce qui rend cette tablette remarquable. Il est rare de trouver un appareil (que ce soit un agenda électronique, un téléphone mobile ou n’importe quoi entre les deux) qui ne nécessite pas de bidouillages dangereux pour avoir les outils que les Linuxiens ont sur leurs ordinateurs.
La tablette N800 est remarquable et ne saurait laisser indifférent les passionés de technologie (surtout les Linuxiens). Vu son prix très raisonnable (env. 550 CHF), pourquoi s’en priver ?



Cherchez ...

- dans tous les Flash informatique
(entre 1986 et 2001: seulement sur les titres et auteurs)
- par mot-clé

Avertissement

Cette page est un article d'une publication de l'EPFL.
Le contenu et certains liens ne sont peut-être plus d'actualité.

Responsabilité

Les articles n'engagent que leurs auteurs, sauf ceux qui concernent de façon évidente des prestations officielles (sous la responsabilité du DIT ou d'autres entités). Toute reproduction, même partielle, n'est autorisée qu'avec l'accord de la rédaction et des auteurs.


Archives sur clé USB

Le Flash informatique ne paraîtra plus. Le dernier numéro est daté de décembre 2013.

Taguage des articles

Depuis 2010, pour aider le lecteur, les articles sont taggués:
  •   tout public
    que vous soyiez utilisateur occasionnel du PC familial, ou bien simplement propriétaire d'un iPhone, lisez l'article marqué tout public, vous y apprendrez plein de choses qui vous permettront de mieux appréhender ces technologies qui envahissent votre quotidien
  •   public averti
    l'article parle de concepts techniques, mais à la portée de toute personne intéressée par les dessous des nouvelles technologies
  •   expert
    le sujet abordé n'intéresse que peu de lecteurs, mais ceux-là seront ravis d'approfondir un thème, d'en savoir plus sur un nouveau langage.