FLASH INFORMATIQUE FI



Du bon usage du réseau




Jacques VIRCHAUX


Les ressources du réseau informatique de l’EPFL ne sont pas illimitées. Pire encore, l’accès à Internet (par notre fournisseur SWITCH) représente un goulet d’étranglement... et pourtant cette connexion est à 1 Gbps ! Si cela semble énorme, il ne faut pas oublier que, comparé à un accès ADSL individuel à 3500 Kbps, cela offre moins de 150 Kbps par utilisateur potentiel de l’école.
En effet, l’équipe du DIT-TI fait de son mieux, avec le budget dont elle dispose pour offrir une infrastructure de haute qualité et un accès à Internet suffisant, ceci pour autant qu’on ne le gaspille pas inutilement, surtout à des fins peu académiques.
Si le protocole P2P est toujours d’actualité pour le téléchargement, il est le plus souvent à caractère ludique (vidéo et mp3 la plupart du temps). Sachant que son principe est de servir aussi, on obtient un flux double. Et comme la plupart des serveurs ne se trouvent pas sur un réseau académique (SWITCH, GEANT ou Internet2), l’EPFL doit payer à SWITCH le trafic entrant. De plus, selon les fichiers téléchargés, en étant en mode serveur avec une adresse de l’EPFL, il y a un risque non négligeable de se voir un jour attirer les foudres d’une institution pour violation de la loi sur le droit d’auteur. Plus récemment, Zattoo (télévision sur Internet) a fait un tabac et ses effets ont été largement visibles sur l’outil MATHE/MATpay (à l’usage de l’EPFL uniquement). En effet, ce logiciel, s’il est parfaitement légal, utilise une bande passante d’environ 550 Kbps. Pour chaque utilisateur, sur son unique équipement, il y a à chaque fois un flux distinct utilisé. Pas besoin d’être un grand mathématicien pour se rendre compte qu’avec moins de 1’000 personnes utilisant Zattoo, on occupe la moitié de la bande passante Internet de l’EPFL ! Sans compter que cela coûte, en trafic uniquement pour l’ensemble de ces utilisateurs, environ Fr. 180.- de l’heure. Pas besoin d’être un génie pour comprendre que ce n’est pas une situation viable.

Égoïste vous avez dit ?

Non, car il y a des solutions qui existent et qui sont intelligentes pour utiliser la bande passante de manière efficace, même si tout n’est pas possible, comme à son domicile.
Un grand service que nous rend SWITCH c’est l’immense étendue de son site miroir qui met à disposition quasiment tout ce qu’on peut télécharger ailleurs (plus rapidement ou en ne payant pas le trafic). Même si on a en référence un site pour télécharger un package, il suffit d’aller d’abord voir s’il n’est pas disponible près de chez nous (mirror.switch.ch/mirror.html), à la vitesse de l’éclair et sans frais supplémentaires, à condition de cliquer sur le lien du package bien évidemment.
D’autre part, le multicast est un principe de distribution (vidéo et/ou audio) à un seul flux par canal pour tous ceux qui le regardent. Les informations sont disponibles sur la page d’EPFLTV mais il y a également les diffusions de l’ETHZ dont le choix est plus important quant aux chaînes TV. Le multicast n’est cependant pas disponible pour les accès WiFi pour éviter une charge trop importante. Enfin, il est encore utile de préciser qu’à domicile, si le client VPN est activé, tout le trafic passe via le réseau de l’EPFL, comme si votre ordinateur y était physiquement connecté. Souvent c’est par méconnaissance qu’on se retrouve automatiquement connecté et qu’on fait supporter un trafic payant absolument inutile à notre institution, ceci sans compter des performances nettement moins bonnes. Le client VPN doit être utilisé uniquement pour accéder des ressources de l’EPFL qui ne peuvent l’être que par une adresse IP de l’EPFL. En plus, il y a maintenant de nombreuses ressources qui demandent simplement une authentification et ne nécessitent pas l’usage du client VPN (mailbox, ewa, my.epfl, les News, etc.).
Si chacun de nous se comporte en personne responsable et consciente - dans notre école, nous pouvons toujours apprendre - cela évitera de mettre en place des mesures plus contraignantes et restrictives. Il est vrai que l’EPFL n’offre pas tout ce qu’on peut obtenir à la maison, mais demande une certaine éthique de la part des usagers de ces merveilleux moyens informatiques mis à disposition.

Références techniques

  • mathe.epfl.ch : affiche au jour le jour avec différentes granularités (site, faculté, laboratoire ...) le trafic du réseau EPFL en provenance et vers l’extérieur.
  • MATpay n’affiche que le trafic que l’EPFL paie au volume en plus du forfait payé à SWITCH (sites non-académiques). Le trafic en provenance des sites académiques (SWITCH, GEANT2, Internet2) est compris dans le forfait de base.

Références juridiques

  • Loi sur le Droit d’Auteur (LDA).
  • Directives pour les collaborateurs et les étudiants de l’EPFL sur la page.


Cherchez ...

- dans tous les Flash informatique
(entre 1986 et 2001: seulement sur les titres et auteurs)
- par mot-clé

Avertissement

Cette page est un article d'une publication de l'EPFL.
Le contenu et certains liens ne sont peut-être plus d'actualité.

Responsabilité

Les articles n'engagent que leurs auteurs, sauf ceux qui concernent de façon évidente des prestations officielles (sous la responsabilité du DIT ou d'autres entités). Toute reproduction, même partielle, n'est autorisée qu'avec l'accord de la rédaction et des auteurs.


Archives sur clé USB

Le Flash informatique ne paraîtra plus. Le dernier numéro est daté de décembre 2013.

Taguage des articles

Depuis 2010, pour aider le lecteur, les articles sont taggués:
  •   tout public
    que vous soyiez utilisateur occasionnel du PC familial, ou bien simplement propriétaire d'un iPhone, lisez l'article marqué tout public, vous y apprendrez plein de choses qui vous permettront de mieux appréhender ces technologies qui envahissent votre quotidien
  •   public averti
    l'article parle de concepts techniques, mais à la portée de toute personne intéressée par les dessous des nouvelles technologies
  •   expert
    le sujet abordé n'intéresse que peu de lecteurs, mais ceux-là seront ravis d'approfondir un thème, d'en savoir plus sur un nouveau langage.