FLASH INFORMATIQUE FI

FI spécial été 2007 - Images


La magie de la transformation




Véronique BAULER


Nous avons tous en tête une scène baignée de lumière rouge où une main trempe un papier dans un bac pour faire apparaître une photo. C’était le bon vieux temps. Je descendais à la cave avec plaisir en pensant aux feuilles qui sécheraient ensuite le long du fil, après un processus qui me semblait proche de l’alchimie, comme une magicienne qui jongle avec des fioles dans son laboratoire. Parfois, une fausse manoeuvre, que j’essayais de reproduire ensuite, donnait des effets psychédéliques, mais la plupart du temps tout était minutieusement minuté et contrôlé, pour déposer le lendemain des épreuves dans la boîte aux lettres d’un quotidien. Le climax de l’euphorie était d’assister à la révélation entre la surface vierge et l’image finale.

JPEG - 7.3 ko
Asphalte
Photo originale utilisée pour l’Homme à la Cape
© Veronia
JPEG - 4.5 ko
L’homme à la cape
tirée de Asphalte
© Veronia
JPEG - 12.5 ko
Petites Fleurs
Photo originale utilisée pour Face-to-face
© Veronia
JPEG - 7.9 ko
Face-to-face
tirée de Petites fleurs
© Veronia

Puis est arrivé le numérique. Comme beaucoup, j’ai commencé par classer les photos, mettre des étiquettes, enlever des yeux rouges, ajuster un contraste, éclaircir un paysage. J’étais loin de la magie jusqu’au jour où je suis repartie d’un magasin avec Photoshop. Si j’étais vous, je choisirais l’autre logiciel, avait dit la vendeuse, celui-là est compliqué. J’ai choisi le compliqué. En fait, en tant que néophyte, il m’a fallu des heures pour expérimenter et connaître les fonctions de ce programme. Tant et si bien que je passais mon temps accrochée au clavier au détriment de la chasse aux images au grand air, un passe-temps pourtant plus sain et ressourçant que de rester penchée sur un écran qui fatigue les yeux. Lorsqu’une nuit je me suis demandée quelle était cette espèce bizarre d’oiseaux qui chantent dans le noir (il était en réalité 5 heures du matin), j’ai dû prendre des mesures disciplinaires. Mais voilà, avec Photoshop, j’ai retrouvé la magie de la transformation.

Changer une teinte, appliquer un filtre de déformation, retourner la photo, accentuer les contours... Les combinaisons sont infinies. Le résultat n’est pas toujours à la hauteur de l’attente, mais il arrive qu’un sentiment irrationnel prenne le dessus, qu’une photo déjà affectionnée au départ, à laquelle sont données plusieurs formes successives, se révèle finalement comme une apparition différente et tout aussi plaisante. C’est comme si on la sentait venir, comme si l’intention était reliée à un hasard bienheureux. Le travail de recherche est soudain récompensé. Mettre du rêve dans la réalité et vice versa, quel joli but !
Balayée la nostalgie du labo, le constat est positif : l’image numérique permet de créer des visions nouvelles et la magie y est toujours vivante.



Cherchez ...

- dans tous les Flash informatique
(entre 1986 et 2001: seulement sur les titres et auteurs)
- par mot-clé

Avertissement

Cette page est un article d'une publication de l'EPFL.
Le contenu et certains liens ne sont peut-être plus d'actualité.

Responsabilité

Les articles n'engagent que leurs auteurs, sauf ceux qui concernent de façon évidente des prestations officielles (sous la responsabilité du DIT ou d'autres entités). Toute reproduction, même partielle, n'est autorisée qu'avec l'accord de la rédaction et des auteurs.


Archives sur clé USB

Le Flash informatique ne paraîtra plus. Le dernier numéro est daté de décembre 2013.

Taguage des articles

Depuis 2010, pour aider le lecteur, les articles sont taggués:
  •   tout public
    que vous soyiez utilisateur occasionnel du PC familial, ou bien simplement propriétaire d'un iPhone, lisez l'article marqué tout public, vous y apprendrez plein de choses qui vous permettront de mieux appréhender ces technologies qui envahissent votre quotidien
  •   public averti
    l'article parle de concepts techniques, mais à la portée de toute personne intéressée par les dessous des nouvelles technologies
  •   expert
    le sujet abordé n'intéresse que peu de lecteurs, mais ceux-là seront ravis d'approfondir un thème, d'en savoir plus sur un nouveau langage.