FLASH INFORMATIQUE FI



Cours Duo




François ROULET


Licences Windows sur Macintosh à l’EPFL

Dans le cadre du contrat Microsoft Campus de l’EPFL, les détenteurs d’une licence Mac OSX sont autorisés à convertir celle-ci pour obtenir une mise-à-jour de Mac OSX vers Windows (XP ou Vista). Ceci implique qu’en cas d’utilisation des deux systèmes sur la même machine, il faut avoir acquis deux licences Mac OSX, l’achat de la deuxième licence sera fait automatiquement par Distrilog quand vous aurez choisi, à partir de la plate-forme Mac, d’installer Windows XP pour Mac ou Windows Vista pour Mac.

Afin de célébrer les 20 ans de la première salle de cours du DIT, la salle Mac, que pouvions-nous lui offrir de mieux que de la doter de neuf PC ?
L’avènement des processeurs Intel CoreDuo dans les Macintosh a précipité le renouvellement de la salle de cours Mac du DIT, car il nous offrait l’opportunité de mettre en service une salle polyvalente, Mac & Windows. De ce fait, la fonctionnalité de cette salle est presque doublée, et permet d’adapter notre offre de cours selon la demande.

vingt ans

Histoire de la salle de cours Mac du DIT, avec quelques motivations de renouvellement :

  • 1986 : Mac Plus (68000)
  • 1990 : Macintosh IIfx (68030) - écran couleur de 13" au lieu de 9" monochrome
  • 1996 : PowerMac 7600 (604) - architecture PowerPC
  • 1999 : PowerMac G4 (7400) - support du Mac OS X
  • 2004 : PowerMac G5 (970) - notable augmentation des performances
  • 2006 : Mac Mini (CoreDuo) - double plate-forme.

Cette dernière mise à jour de la salle s’avère être la plus économique de son histoire. Par comparaison, alors qu’un poste Mac IIfx + écran cathodique 13" couleur revenait à plus de Frs. 10’000.-, le Mac Mini, sans écran, mais avec capacités mémoire et disque étendues, ne revient aujourd’hui qu’au dixième de ce montant.
Pour les systèmes d’exploitation, notre choix s’est porté sur le système double amorce BootCamp proposé par Apple, qui n’est pas encore officiellement finalisé, mais qui a largement fait ses preuves. Les disques durs de 120 GB chacun sont divisés en deux partitions égales MacOSX & WindowsXP, et les élèves n’ont qu’à choisir le système d’exploitation désiré au démarrage.
Restait encore à assurer le déploiement et la gestion de la salle. Pour cela, nous avons opté pour le tandem NetBoot (démarrage des Mac via le réseau) proposé par Apple, et du logiciel gratuit DeployStudio (déploiement d’images Mac & Windows), sans oublier Remote Desktop (contrôle à distance des Mac), aussi proposé par Apple.
C’est précisément la simplicité et l’efficacité de ces outils que nous souhaitons vous présenter ici.

BootCamp

Système double-amorce proposé par Apple, s’appuyant sur la spécification moderne EFI (Extensible Firmware Interface) de Intel, pour le chargement du système d’exploitation. Malheureusement, ni les autres constructeurs de PC, ni Microsoft, ne se conforment à cette spécification, persistant à recourir au BIOS des années 80. Seuls les Mac peuvent indifféremment démarrer Mac OS, Windows et Linux, alors que les PC d’autres constructeurs ne peuvent supporter le Mac OS sans d’acrobatiques modifications de ce dernier. La récente révision 1.2 de BootCamp est désormais certifiée pour supporter Vista. Grâce à BootCamp le Mac passe en douceur d’un siècle à l’autre, dixit Apple.

NetBoot

C’est le service de démarrage des Mac depuis le réseau, via nfs ou http, proposé par Apple. Tous les Macintosh G4 et ultérieurs sont capables de démarrer depuis un serveur, simplement en pressant la touche N signifiant Network durant la mise en marche, en s’appuyant sur le protocole NetBoot 2.0 BSDP (Boot Server Discovery Protocol).

DeployStudio

Cette application gratuite comporte les fonctions de déploiement et création d’images de partitions de disques, regroupées sous la forme de scénarios, comprenant eux-mêmes des tâches. Ces tâches et ces scénarios, tout comme les images des partitions, sont stockés via le réseau sur un volume de dépôt, offrant ainsi un accès aisé d’où que nous opérions.
La fenêtre racine de DeployStudio propose les trois types de scénarios supportés, à savoir

  • création d’images de disques
  • restauration d’images de disques
  • installation d’éléments, tels que des applications ou mises à jour.

Intéressons-nous au second onglet Restore, pour le déploiement d’une salle pour laquelle nous avons déjà préparé les images des partitions.
Avec les boutons situés à droite, nous pouvons respectivement ajouter, supprimer, éditer ou dupliquer des scénarios.

Nous avons préalablement créé un scénario qui comporte ici trois tâches. La première, comme son nom l’indique, effectuera le formatage et le partitionnement du disque…

et les deux suivantes copieront le contenu de l’image référencée sur le dépôt dans la partition sélectionnée.

Une fois les images déployées, il reste à personnaliser les ordinateurs, opération prise en charge par la configuration automatique des hôtes, en s’appuyant sur une base de données interne.

Il suffit d’introduire la liste des adresses Ethernet (MAC address) de chaque poste cible, pour lui associer un nom et une configuration Internet particulière (IP Address), ou encore un compte d’utilisateur. Ce remarquable logiciel permet aussi de créer un NetBoot-Set, autrement dit un jeu de démarrage en réseau, système ultraléger de démarrage, à déposer sur un serveur NetBoot.
Comme on peut le constater, l’interface graphique de DeployStudio est extrêmement intuitive, et nous dispense même de consulter son mode d’emploi. Ce qui est aussi très appréciable, est que non seulement nous pouvons en tout temps refaire une image depuis n’importe quel poste, mais aussi, modifier ou créer des tâches et scénarios, sans jamais devoir retourner sur un poste de référence (Master) pour ce faire, comme nous l’imposent fréquemment les outils de la concurrence. Par expérience, ceci représente un gain de temps considérable lors du déploiement et l’entretien d’une salle. Et tout ceci, avec un minimum de manipulations, puisque le démarrage en réseau nous épargne le recours aux CD-ROM, et même si le système d’exploitation d’un poste était corrompu, il nous suffirait d’exécuter un scénario de restauration pour le remettre en état. Aussi, chaque système Mac OS X étant intrinsèquement un serveur VNC, il est aisé de prendre le contrôle à distance de chaque Macintosh, aussi bien durant le déploiement que l’exploitation, et ce, même depuis un PC. Toutefois, pour la partition Mac, nous avons tout avantage à recourir à l’outil de gestion à distance Apple Remote Desktop qui inclut nombre de fonctionnalités supplémentaires.

Conclusion

Nous avons fait le choix de fondation tout-Apple, tant matérielle que logicielle, qui seule nous garantissait la compatibilité avec tous les systèmes d’exploitation, ainsi que la disponibilité d’outils de gestion polyvalents. Heureusement, cette option n’a entraîné aucun surcoût, les Mac mini étant à un tarif parfaitement concurrentiel. Avec un avantage ergonomique : ils sont absolument silencieux !
Le DIT se réjouit de vous accueillir dans cette merveilleuse salle de cours.

Quelques URL de référence



Cherchez ...

- dans tous les Flash informatique
(entre 1986 et 2001: seulement sur les titres et auteurs)
- par mot-clé

Avertissement

Cette page est un article d'une publication de l'EPFL.
Le contenu et certains liens ne sont peut-être plus d'actualité.

Responsabilité

Les articles n'engagent que leurs auteurs, sauf ceux qui concernent de façon évidente des prestations officielles (sous la responsabilité du DIT ou d'autres entités). Toute reproduction, même partielle, n'est autorisée qu'avec l'accord de la rédaction et des auteurs.


Archives sur clé USB

Le Flash informatique ne paraîtra plus. Le dernier numéro est daté de décembre 2013.

Taguage des articles

Depuis 2010, pour aider le lecteur, les articles sont taggués:
  •   tout public
    que vous soyiez utilisateur occasionnel du PC familial, ou bien simplement propriétaire d'un iPhone, lisez l'article marqué tout public, vous y apprendrez plein de choses qui vous permettront de mieux appréhender ces technologies qui envahissent votre quotidien
  •   public averti
    l'article parle de concepts techniques, mais à la portée de toute personne intéressée par les dessous des nouvelles technologies
  •   expert
    le sujet abordé n'intéresse que peu de lecteurs, mais ceux-là seront ravis d'approfondir un thème, d'en savoir plus sur un nouveau langage.