FLASH INFORMATIQUE FI



Linotype FontExplorer X ou le iTunes des fontes




Roland CHABLOZ


Vraiment gratuit ?

On pourrait se poser la question : si vu sa gratuité, nous n’avons pas affaire à un gestionnaire de polices minimaliste ? (ce qui semble impossible, puisqu’édité par un fabricant professionnel tel que Linotype. De plus, les utilisateurs n’ont que des éloges à son égard = pratiquement aucune critique négative... c’est dire le tour de force !).
Quelles sont donc les raisons qui ont pu pousser Linotype à développer un tel utilitaire en apparence très intuitif, performant et aussi stable ? (à tel point que certains le comparent déjà au fameux ATM Deluxe d’Adobe, qui nous a beaucoup manqué lors du passage à Mac OSX).
La démarche ressemble à celle d’Apple avec le Music Store. FontExplorer X est développé à la façon d’iTunes, sous certains aspects du moins :

  • son interface graphique est étrangement proche de celui d’iTunes
  • comme iTunes, il est gratuit
  • comme iTunes permet de gérer votre musique, FontExplorer X permet de gérer vos polices
  • comme iTunes permet d’acheter de la musique, FontExplorer permet d’acheter des fontes on-line (de chez Linotype, bien sûr).
  • comme dans iTunes, une icône Store dans la colonne de gauche donne accès au site de vente chez Linotype.

Le piratage des polices étant presque aussi couru que le piratage des fichiers musique (.mp3), je pense qu’il faut donc voir sa gratuité comme un défi pour Linotype qui espère, par le biais de cet utilitaire, vendre ainsi plus de polices.
Un seul point négatif, qui reste toutefois à vérifier, l’utilitaire serait capable de se connecter de lui-même sur le site de Linotype. Si tel est le cas, même si je suis en règle, je n’aime pas l’idée qu’on vienne fouiner dans mon ordinateur. Mais bon, comme l’application est jeune, si les critiques fusent, c’est assurément un correctif qui sera amené rapidement dès la prochaine version.

Évolutivité ?

Linotype étant un des leaders de vente de polices, tout le monde sait qu’une entreprise de ce type ne fait pas dans le caritatif. J’ai donc cherché à savoir à qui appartient ce groupe ; de là, si à l’avenir cet utilitaire continuerait à être gratuit. J’ai trouvé quelques réponses : Linotype faisait partie jusqu’à peu du groupe Heidelberg, le plus grand groupe de machines à imprimer au monde ; depuis peu (août 2006) ils ont été rachetés par plus gros qu’eux, Monotype, un groupe américain - leader mondial en la matière, il n’est donc pas impossible que cet utilitaire devienne payant sous peu.
En conclusion : même si FontExplorer X est devenu MON utilitaire par défaut en production, je suivrai cette affaire de près. De plus, on peut se poser les questions suivantes :

  • un utilitaire gratuit de ce type, appartenant à un leader (développement non GNU) sera-t-il mis rapidement à jour en suivant les évolutions systèmes d’Apple ?
  • pourquoi n’y a-t-il pas un blocage intégré (comme avec iTunes) pour éviter que l’espion se connecte de lui-même (je répète : à vérifier) sans l’assentiment de l’utilisateur ?

Condition du test

J’ai décidé, pour ce test et pour éviter toute mauvaise surprise, de désinstaller mon utilitaire actuel (Suitcase d’Extensis) et d’employer FontExplorer X en mode production sur mon ordinateur professionnel, un G5 2x2,5 bien musclé sous OSX 10.4.7. Pour le fun, je l’ai aussi installé sur notre iMac familial qui lui est une machine peu performante (un 800 MHz en 10.3.9, avec seulement 512MB de RAM) afin de connaître sa réactivité :

  • aucun utilitaire de ce type installé (à part le Livre des Polices)
  • applications professionnelles installées : Acrobat Pro, Indesign, Illustrator et Photoshop CS2, ainsi que XPress 6.5 (selon le Mac de test)
  • seules deux fontes utilisées pour tester les Plug-Ins d’activation : la BLUR et la DAX Condensed (importées en externe).

Mon but n’a pas été de comparer cet utilitaire à d’autres (Suitcase, FontAgent, Livre des Polices d’Apple, etc.), mais de rester impartial, pour se faire une idée de ses possibilités, fonctions et aussi de juger de sa stabilité en production journalière.
NB : les copies d’écran ci-dessous proviennent des deux ordinateurs cités ci-dessus.

Téléchargement

A l’heure actuelle FontExplorer X est sorti de sa phase bêta, voici l’URL du téléchargement actuellement en version 1.1(il semble que la version française encore non disponible soit en développement, bravo !).
Linotype propose une autre version gratuite pour PC-Windows et MacOS 8-9, nommée Linotype Font Explorer 2.1 que vous pouvez télécharger à l’adresse. ; attention aux 180 Mb !
Je ne présenterai ici que la version pour MacOSX.

Installation étape par étape

Comme beaucoup de programmes pour X, il suffit de draguer l’utilitaire depuis l’image disque (une fois décompressée) dans votre dossier Applications.



Une fois l’utilitaire en place, double-cliquez pour lancer l’application ; à partir de ce moment-là, je vous conseille d’avancer pas à pas en prenant le temps de réfléchir aux choix qui s’offrent à vous même si la plupart des réglages proposés lors de l’installation sont accessibles plus tard depuis les menus de FontExplorer.

Suivi de l'installation en image

Étape 1 : choix de méthode pour les fontes importées

Ce choix n’a l’air de concerner que les fichiers de polices non-résidentes, donc celles que vous importez ou importerez plus tard (depuis des dossiers externes, CD-DVD ou d’autres supports) ;

  • ne pas gérer les fichiers de fontes = l’utilitaire ne touchera pas à votre organisation, un simple lien sera créé avec les fichiers que vous déciderez d’activer (attention à ne pas toucher à l’arborescence de vos fontes) ;
  • gérer les fontes en copiant les fichiers = c’est la solution que j’ai choisie. L’utilitaire fera une copie de vos fichiers-fontes importés pour les gérer lui-même dans un dossier propre à son usage = > User > Votre Nom > FontExplorer X > Font Library > Vos Fontes importées-copiées (pratique si l’on a régulièrement des fontes qui arrivent de sources externes ou, si l’on vient à déplacer les sources ; point négatif : l’embonpoint causé par la copie) ;
  • gérer les fontes en déplaçant les fichiers = même technique que ci-dessus, mais les fichiers-fontes sont réellement déplacés depuis leur lieu d’origine.

Étape 2 : additionner d’autres dossiers non actifs

Si vous avez des dossiers avec des fontes dispersées sur votre disque, c’est l’occasion de les réunir ici, vous organiserez plus tard leurs classements, les doublons, etc.

Étape 3 : installation des Plug-Ins d’activation pour les Softs Pro

Activez leurs Plug-Ins respectifs (Install)

Étape 4 : nettoyer les caches des fontes

Comme le fabricant le recommande, c’est l’occasion de faire un bon nettoyage ; un redémarrage est automatiquement lancé après le nettoyage. Dans mon cas, après le redémarrage, malgré la suppression de Suitcase, il me restait encore son module de Login installé ; FontExplorer détecte les utilitaires concurrents et vous propose de gérer leurs ressources afin qu’elles n’interfèrent pas avec les siennes.

L’interface

On a réellement l’impression de se retrouver dans iTunes, l’interface de FontExplorer X est très réussie, difficile de faire mieux.

Colonne de gauche :


  • Librairie (toutes les polices installées et reconnues au départ par FontExplorer X)
  • Store (visualisation et achat de fontes OnLine)
  • Collections (set de choix repris du Livre de Police + ceux que vous ajouterez)
  • Dossiers intelligents (icônes violettes / personnellement je n’ai pas été très loin dans leurs options réglages)
  • Dossiers-Sets traditionnels (icônes bleues, à créer selon vos usages courants).

Colonne de droite : en haut

  • Groupage par famille de polices (fichiers des polices à l’intérieur)
  • Diverses informations : leur format, style, etc. (un double-clic sur un fichier-police permet l’affichage de tous les détails désirés : chartset, etc.).

Colonne de droite : au milieu

  • Activer
  • Désactiver
  • Informations
  • Groupage par famille.

Colonne de droite : en bas

  • Le catalogue visualisateur permettant de juger le comportement dans un texte donné (The quick brown fox...) par type de graisse.

Le Store, magasin de vente de polices on-line

L’interface du site ressemble là aussi étrangement au Music Store d’Apple, à l’usage super pratique pour choisir, acheter ou simplement partir à la reconnaissance de fontes pour les divers choix avant de démarrer un projet.

Activation de fontes à la volée

Ce test est important, car en production, nous devons rapidement pouvoir activer/désactiver des polices clients présentes dans les fichiers sources afin de mener à bien des opérations comme le flashage, la génération d’un PS ou d’un PDF Press Ready, etc. Ici le temps est compté !

Le but est de pouvoir charger des fontes depuis un CD-DVD ou depuis un dossier du disque dur non reconnu par glisser-déposer /applications ouvertes - à la volée, d’où le besoin de Plug-In/Scripts d’activation solides.

Il faut quitter et relancer les logiciels afin que les fontes soient exploitables.

Ressources utilisées

Je compare ici mes impressions avec les ressources utilisées par mon ancien utilitaire SuitcaseX1 et aucunement les fonctions, l’ergonomie ou la stabilité :

  • Suitcase pour fonctionner correctement doit rester ouvert durant toute la session ; de plus, au démarrage, son module Login au Startup freine le boot de mon Mac
  • FontExplorer X n’a pas besoin d’être ouvert pour activer les fontes durant la session ; on ne l’ouvre que pour les changements de configuration. Il a aussi un module qui se charge au démarrage mais nettement plus rapidement.


En conclusion

Voilà, ici se termine cette présentation. Je n’ai pas poussé très loin les diverses options ou réglages (dossiers intelligents par exemple), étant un utilisateur pro, oui, mais qui se contente de peu pour faire son travail. J’aime qu’un utilitaire une fois configuré travaille en tâche de fond sans m’ennuyer, je demande donc qu’il soit ergonomique, performant et surtout très stable...

Malgré la jeunesse du produit, c’est avec un grand plaisir que j’ai réellement travaillé avec FontExplorer X pendant plusieurs jours et ainsi pu juger non seulement de ses qualités ergonomiques, mais aussi de sa puissance (très rapide en activations multiples) et de sa stabilité. Pour moi le choix est fait, il ne quittera plus mes Mac. J’ai donc trouvé là un bonheur d’utilitaire ! Un grand bravo à Linotype et à toutes les personnes qui ont participé au développement de ce fabuleux utilitaire, espérons juste que son avenir sera sans failles (lire le paragraphe évolutivité).
Sans vouloir dénigrer ses concurrents, pourquoi vouloir acheter des produits coûteux, moins ergonomiques, plus lents et moins stables, alors que FontExplorer X est non seulement gratuit, mais bourré de qualités ? (les temps sont durs, il va être très difficile pour eux de se mettre à niveau).
Pour vous convaincre, voici quelques retours d’utilisateurs que j’ai réunis en parcourant le Web. C’est incroyable, tous ceux qui l’ont installé sont impressionnés, ils ne changeraient pour rien au monde. En bref que du bon ! je vous copie en vrac ci-dessous quelques louanges que j’ai trouvé sur divers sites pro et moins pro :

à travers la presse déchaînée

  • "Essayer FontExplorer X c’est l’adopter"
  • "Conçu entièrement pour les professionnels / utilisation simple et efficace"
  • "Comment un logiciel aussi puissant peut-il être offert gratuitement ?"
  • "Linotype propose le succulent Font Explorer"
  • "L’utilitaire gratuit indispensable non seulement surpasse la concurrence, mais fait aussi preuve de son attachement au Mac"
  • "Vanté par de nombreux typographes n’ayant pas trouvé grâce au plantogène Suitcase, il enthousiasme aussi les déçus du Livre des polices"
  • "Rapidité d’importation, fiabilité en import et export"
  • "On sent que l’application est superbement pensée par des pros de la typo"

N’hésitez donc pas à télécharger ce superbe utilitaire. Ceux qui sont habitués depuis longtemps à leurs utilitaires type Suitcase ou FontAgent mettront assurément plus de temps à migrer ; mais je suis sûr qu’ils feront le pas ;-).

Liens

Vous l’aurez compris, je ne peux que vous pousser à le tester, je suis même certain que vous l’adopterez !



Cherchez ...

- dans tous les Flash informatique
(entre 1986 et 2001: seulement sur les titres et auteurs)
- par mot-clé

Avertissement

Cette page est un article d'une publication de l'EPFL.
Le contenu et certains liens ne sont peut-être plus d'actualité.

Responsabilité

Les articles n'engagent que leurs auteurs, sauf ceux qui concernent de façon évidente des prestations officielles (sous la responsabilité du DIT ou d'autres entités). Toute reproduction, même partielle, n'est autorisée qu'avec l'accord de la rédaction et des auteurs.


Archives sur clé USB

Le Flash informatique ne paraîtra plus. Le dernier numéro est daté de décembre 2013.

Taguage des articles

Depuis 2010, pour aider le lecteur, les articles sont taggués:
  •   tout public
    que vous soyiez utilisateur occasionnel du PC familial, ou bien simplement propriétaire d'un iPhone, lisez l'article marqué tout public, vous y apprendrez plein de choses qui vous permettront de mieux appréhender ces technologies qui envahissent votre quotidien
  •   public averti
    l'article parle de concepts techniques, mais à la portée de toute personne intéressée par les dessous des nouvelles technologies
  •   expert
    le sujet abordé n'intéresse que peu de lecteurs, mais ceux-là seront ravis d'approfondir un thème, d'en savoir plus sur un nouveau langage.