FLASH INFORMATIQUE FI



Service de backup centralisé




Aristide BOISSEAU


Introduction

Le service de backup centralisé de l’EPFL, géré par le SIC, a été mis en place à partir de novembre 2002. Ses premiers clients ont été des serveurs du SIC comme le serveur AFS (voir FI 9/02, Cellule AFS à l’EPFL, http://dit-archives.epfl.ch/FI02/fi-9-2/9-2-page3.html). La solution retenue pour la gestion du backup centralisé est le produit Netbackup Datacenter de la société Veritas. La liste des clients compatibles est large et couvre une très grande partie des systèmes (UNIX, Solaris, Linux, Windows, Mac OS X, IRIX...) : pour une liste exhaustive voir le site http://backup.epfl.ch.

Architecture

Globale

L’architecture de backup et de restore se décompose en trois niveaux :

1. Les clients sont les utilisateurs finaux du service ; ils font leur requête (backup ou restore) au master serveur qui se charge de gérer le backup ou le restore demandé.
2. Les médias serveurs apportent de l’espace de stockage supplémentaire (HDD, librairie). Ceci permet de répartir la charge réseau.
3. Le master serveur gère les demandes de backups et les demandes de restores provenant des clients, il stocke les index des fichiers backupés.

fig. 1- architecture globale 

Actuelle

A ce jour, l’architecture du service est la plus simple possible :

1. Un master serveur SUN-FIRE 280R bi-processeurs (2GB de RAM, interface réseau 1Gb), qui fait office également de média serveur. Il est relié au robot StorageTek ACS 9300 (capacité de 6000 cartouches environ), il dispose d’un drive dédié 9940B pour faire ses backups/restores (capacité de la cartouche : 200 GB non compressé / débit 30 MB/sec), un second drive étant prévu prochainement (courant 2003).

2. Une quinzaine de clients (serveurs) bénéficient actuellement du service de backup centralisé.

fig. 2 - architecture actuelle 

Tarifaire

A chaque nouvel élément intégré dans l’architecture globale est associée une licence. Par exemple une licence pour un client standard coûte environ 1000$, une licence pour l’utilisation d’un drive environ 3500$. Pour un nouveau média serveur, il faudra également une licence. C’est pour cette raison que le service est en priorité dédié aux serveurs et non pas directement aux postes clients des utilisateurs.

fig. 3 - architecture tarifaire 

Etat du service

Le site http://backup.epfl.ch permet aux utilisateurs de vérifier l’état du service, et d’obtenir différentes informations relatives au service de backup centralisé.

Backup

Pour chaque client une politique de backup est définie :

1. type de backup (Full/Incrémental)
2. fréquence (quotidienne/hebdomadaire/mensuelle/ par date)
3 durée de rétention (1 mois /2 mois / 3 mois / 6 mois /...)
4. arborescence à sauvegarder

fig. 4 - Nombre de gigabytes écrit sur le drive par période de 12 heures 

fig. 5 - Temps d’écriture du drive par tranche de 12 heures 

Une fois ces paramètres définis les backups s’exécutent de façon automatique et répétitive, la gestion des backups et des bandes est alors transparente pour l’utilisateur final.

Le volume maximum de données (limite théorique) pouvant être sauvegardées quotidiennement s’établit à 1,23 TB (1 drive à 30 MB/sec, 12 heures de backup par jour => 1 * 30 * 3600 * 12 /1024 /1024 = 1,23 TB).

A ce jour, la moyenne journalière est d’environ 150 GB sur une période de 12 heures. La durée d’activité du drive pour sauvegarder ces données est d’environ 4 heures. Donc, si on extrapole linéairement on pourrait obtenir un débit efficace de 11 MB/sec (soit 450 GB de données pouvant être sauvegardées quotidiennement) avec la configuration actuelle.

Le service de backup centralisé sauvegarde les données de quinze clients (serveur Exchange, serveur de fichiers Windows Server 2000, serveur AFS Solaris 8, différents serveurs sous Solaris, Linux ainsi qu’un hôte NDMP de l’ENAC).

Restore

Chaque client du service est à même de récupérer ses données précédemment sauvegardées lors des backups, grâce à une console locale de gestion des backup/restore. Selon la disponibilité du(des) drive(s) l’opération de restore est directement exécutée ou bien mise dans la file d’exécution du master serveur, sans intervention de l’administrateur du service. Si le drive est disponible alors l’opération de restore peut être rapide selon le volume de données à récupérer (quelques minutes).

Inscription au service

Les demandes d’inscription au service de backup centralisé sont destinées aux serveurs de l’EPFL. Toute demande doit être validée au niveau du service informatique de votre faculté (est-ce la gestion souhaitée/souhaitable pour vos besoins de backup ?).

Pour l’instant, les demandes sont étudiées au cas par cas à la fois sur le plan technique (charge réseau,...) et sur le plan financier (coût d’utilisation du service par client). A l’avenir, une politique globale de backup devra être mise en place. Un groupe de travail spécifique a été chargé de faire des propositions.

Pour tout complément d’information, vous pouvez me contacter : Aristide.Boisseau@epfl.ch



Cherchez ...

- dans tous les Flash informatique
(entre 1986 et 2001: seulement sur les titres et auteurs)
- par mot-clé

Avertissement

Cette page est un article d'une publication de l'EPFL.
Le contenu et certains liens ne sont peut-être plus d'actualité.

Responsabilité

Les articles n'engagent que leurs auteurs, sauf ceux qui concernent de façon évidente des prestations officielles (sous la responsabilité du DIT ou d'autres entités). Toute reproduction, même partielle, n'est autorisée qu'avec l'accord de la rédaction et des auteurs.


Archives sur clé USB

Le Flash informatique ne paraîtra plus. Le dernier numéro est daté de décembre 2013.

Taguage des articles

Depuis 2010, pour aider le lecteur, les articles sont taggués:
  •   tout public
    que vous soyiez utilisateur occasionnel du PC familial, ou bien simplement propriétaire d'un iPhone, lisez l'article marqué tout public, vous y apprendrez plein de choses qui vous permettront de mieux appréhender ces technologies qui envahissent votre quotidien
  •   public averti
    l'article parle de concepts techniques, mais à la portée de toute personne intéressée par les dessous des nouvelles technologies
  •   expert
    le sujet abordé n'intéresse que peu de lecteurs, mais ceux-là seront ravis d'approfondir un thème, d'en savoir plus sur un nouveau langage.