FLASH INFORMATIQUE FI



Nouvelles brèves du monde




Pascal FABBRI


Ndr : Pascal Fabbri inaugure ici une nouvelle rubrique, un tour du monde des annonces glanées au fil de ses lectures. Les centres d’intérêt de Pascal l’orientent vers les annonces du monde Unix, mais il existe bien d’autres domaines riches en nouveautés ; si vous aussi dans votre coin, vous êtes à l’affût de ces annonces, faites en profiter les autres, envoyez-les à fi@epfl.ch. Les règles sont simples, vous pensez qu’elles intéressent un certain nombre de lecteurs du Flash informatique, vous avez vérifié vos sources (que vous indiquez) et vous signez ...

OpenAFS 1.4.1

AFS [1] est un système de fichier distribué, initialement développé à l’Université Carnegie Mellon (CMU) pour ses propres besoins. Ce service rappelons-le est proposé par l’EPFL - ainsi qu’à l’ETH de Zurich - depuis le mois de mai 2002 à travers la cellule epfl.ch [2]. AFS offre une architecture client-serveur pour le partage de fichiers indépendants de l’emplacement géographique, sécurisé et, avec des possibilités transparentes de migration de données.

Le 1er novembre 2005 OpenAFS célébrait son 5e anniversaire en même temps que la disponibilité de la version 1.4. À peine six mois plus tard, le 23 avril 2006, l’équipe de développeurs OpenAFS annonce la mise à disposition de la version 1.4.1 d’OpenAFS, dont voici les changements majeurs :

  • fonctionnalité améliorée du serveur de fichiers (comme les clients mobiles à travers le NAT [3]) ;
  • ajout du support très attendu pour la plate-forme Mac OS 10.4 (Tiger) ;
  • support du Client Managed Byte Range Locks pour Microsoft Window ;
  • intégration de Kerberos V5 en authentification (MIT/Heimdal) ;
  • les plates-formes majeures supportées sont : Solaris, Mac OS X, GNU/Linux, FreeBSD, OpenBSD et Window.

http://www.openafs.org

FreeBSD 6.1-Release

À l’origine FreeBSD cible ses efforts en vue d’obtenir les meilleures performances possibles sur la plate-forme Intel i386. Plus tard il s’est vu prendre en charge un certain nombre d’autres plates-formes comprenant DEC Alpha et Sun UltraSPARC, aussi bien qu’aux héritières de l’i386 comme l’Intel Itanium ou l’AMD OpteronTM (64-bit toutes les deux). Son but premier est d’être aussi robuste et efficace que possible et d’offrir des dispositifs avancés en matière de réseau et de sécurité qui aujourd’hui manquent encore dans d’autres systèmes d’exploitation. FreeBSD ne s’oriente pas vers les utilisateurs du pointer & cliquer et qui ne lisent pas les documents fournis sous forme de manuel de référence et de pages de manuel (man(1)). Cette version du 9 mai 2006 représente le pas suivant dans le développement de la branche 6, apportant plusieurs gains en performance, beaucoup de corrections d’erreurs et peu de nouvelles fonctionnalités, dont en voici quelques-unes :

  • le multiplexage de clavier. Permettant un clavier USB et PS/2 de coexister sans option de démarrage particulière ;
  • plusieurs corrections augmentant la stabilité du système de fichier. Les tests de charge élevée ont été accomplis avec succès, ils font partie du processus normal de Quality Assurance de FreeBSD ;
  • configuration automatique pour une majorité de dispositifs de Bluetooth :
  • l’ajout de pilotes pour de nouvelles cartes d’interface réseau et de cartes contrôleurs SAS et SATA RAID ;
  • BIND ajourné en version 9.3.2 ;
  • sendmail(8) ajourné en version 8.13.6.

http://www.freebsd.org

OpenBSD 3.9

Fortement orienté en direction de la sécurité - certains diront sécurité proactive - la simplicité, la portabilité et l’intégration de la cryptographie, le projet OpenBSD est mené par Theo de Raadt, figure emblématique de l’open source BSD. OpenBSD reconnaît les architectures Intel i386, Sun SPARC et UltraSPARC (respectivement 32 et 64-bit) mais aussi - pour ne citer qu’elles comme exemples - AMD OpteronTM (64-bit) et PowerPC G4 et G5 (respectivement 32 et 64-bit). Réglé comme du papier à musique depuis plusieurs années maintenant, c’est au rythme de deux par an que les nouvelles versions d’OpenBSD nous sont proposées.

La première de cette année, en date du 1er mai 2006, la version 3.9, nous apporte des améliorations significatives, incluant de nouvelles fonctionnalités dans presque toutes les parties du système :

  • amélioration du support matériel : pilotes de cartes réseau (y compris sans fils), sondes système (ipmi, esm et i2c), contrôleurs IDE et SATA ;
  • quelques nouveaux outils administratifs : ftp-proxy(8), sdiff(1), getent(1) ;
  • nouvelles fonctionnalités : authentification pour les mandataires HTTP, routage multicast dans le noyau ;
  • améliorations et nettoyage du code source ;
  • nouvelle fonctionnalité pour la commande hostapd(8), le service Host Access Point ;
  • OpenSSH 4.3, OpenPGPD 3.9, Open-OSPFD 3.9 et OpenNTPD 3.9 ;
  • plus de 3 200 portages de logiciel et 3 000 paquetages ;
  • comme d’habitude, plusieurs améliorations dans les pages de manuel et d’autres documents.

Le slogan d’OpenBSD témoigne de son accomplissement : « Une seule vulnérabilité à distance dans l’installation par défaut, durant plus de 8 ans ! ».

http://www.openbsd.org/fr/

Plate-forme Java

Sun Microsystems a annoncé le 16 mai 2006 que la plate-forme Java Standard Edition 5 est maintenant disponible pour la redistribution par les distributions de systèmes d’exploitation GNU/Linux et OpenSolaris sous la forme d’une nouvelle licence de distributeurs de systèmes d’exploitation pour Java, plus connue sous le nom Distro License for Java ou DLJ.
Élaborée en consultation avec diverses communautés GNU/Linux, cette nouvelle licence permet aux distributeurs d’embarquer le kit Sun de développement Java SE 5.0 Java Development Kit (JDKTM ) et Java Runtime Environment (JRETM ) en tant que paquetages installables pour leurs systèmes d’exploitation.

La communauté open source a accueilli avec enthousiasme cette annonce. On peut s’attendre à ce que plusieurs distributions ajoutent JDK à leurs paquetages, comme les distributions Ubuntu, Gentoo et Debian de GNU/Linux et celles exploitant le noyau OpenSolaris avec les outils GNU comme Schillix et BeleniX. Ces distributions populaires open source aideront à faire de la plate-forme Java une base innovante pour le développement de l’open source.

Cette annonce est sans doute plus importante que celle annonçant que la plate-forme Java sera un jour ou un autre open source.

https://jdk-distros.dev.java.net

Philosophie

Citation : Lorsqu’un groupe de hackers du monde Unix se mettent à essayer de porter le système Unix sur PC, vous obtenez BSD. Lorsqu’un groupe de hackers du monde PC se mettent à essayer de coder un Unix pour PC, vous obtenez Linux.

[1] ANDREW File System

[2] Pour en savoir plus sur l’utilisation de AFS à l’EPFL, consulter afs.epfl.ch

[3] Network Address Translation



Cherchez ...

- dans tous les Flash informatique
(entre 1986 et 2001: seulement sur les titres et auteurs)
- par mot-clé

Avertissement

Cette page est un article d'une publication de l'EPFL.
Le contenu et certains liens ne sont peut-être plus d'actualité.

Responsabilité

Les articles n'engagent que leurs auteurs, sauf ceux qui concernent de façon évidente des prestations officielles (sous la responsabilité du DIT ou d'autres entités). Toute reproduction, même partielle, n'est autorisée qu'avec l'accord de la rédaction et des auteurs.


Archives sur clé USB

Le Flash informatique ne paraîtra plus. Le dernier numéro est daté de décembre 2013.

Taguage des articles

Depuis 2010, pour aider le lecteur, les articles sont taggués:
  •   tout public
    que vous soyiez utilisateur occasionnel du PC familial, ou bien simplement propriétaire d'un iPhone, lisez l'article marqué tout public, vous y apprendrez plein de choses qui vous permettront de mieux appréhender ces technologies qui envahissent votre quotidien
  •   public averti
    l'article parle de concepts techniques, mais à la portée de toute personne intéressée par les dessous des nouvelles technologies
  •   expert
    le sujet abordé n'intéresse que peu de lecteurs, mais ceux-là seront ravis d'approfondir un thème, d'en savoir plus sur un nouveau langage.