FLASH INFORMATIQUE FI



Quelques résultats de l’enquête sur les postes de travail




Jacqueline DOUSSON

Krassimir TODOROV


Le contexte de l’enquête

En juin 2006, le DIT a envoyé une enquête à tous les membres de l’EPFL (en fait deux enquêtes, une pour les collaborateurs, l’autre pour les étudiants) ; le but était d’avoir une meilleure connaissance des postes informatiques utilisés, en particulier sur le plan des systèmes et de quelques logiciels de base (suite bureautique, messagerie et navigateur Web), afin d’optimiser les prestations dispensées. Nous en présentons ici quelques résultats.
Le taux de réponses est très satisfaisant, 35 % des collaborateurs et 30 % des étudiants ont répondu. Tous les pourcentages qui suivent se rapportent au nombre de réponses reçues.

Le poste de travail des collaborateurs

Pour 23 % des collaborateurs, le poste principal est un portable ; Windows est utilisé à 71% sur l’ensemble des postes professionnels.

Concernant Linux :
Fedora et RedHat représentent ensemble plus de 50 % des Linux installés, viennent ensuite Ubuntu (15%), Debian et Suse (13% et 12%).
Suite bureautique :

quelques surprises, MS Office utilisé à 73%, mais LaTeX, (qui était un des choix possibles, quoique ce ne fût pas vraiment un outil de bureautique...) est utilisé à plus de 20% ! Et OpenOffice.org à 5%.
Navigateur Web :
MS IE est utilisé dans 40% des cas, les outils de la famille Mozilla (Firefox principalement) le sont à 45%.
Messagerie :
Outlook 40 %, Thunderbird 21% ; Eudora nettement en perte de vitesse.

Une grosse surprise en ce qui concerne la gestion du poste de travail, plus de 41% des utilisateurs déclarent le gérer eux-mêmes ; un professionnel de l’informatique assure la gestion dans seulement 34 % des cas.

Poste privé :
la moitié des collaborateurs en utilise un à des fins professionnelles, dans la majorité des cas, c’est un portable ; seulement 62 % y ont installé l’antivirus fourni par le DIT.

Le poste de travail des étudiants

Plusieurs questions concernent les salles informatiques du campus : pas de surprise on retrouve des données acquises par ailleurs : une majorité de salles sont équipées de PC Windows, 40 % de celles-ci fonctionnant en dual-boot.

Logiciels utilisés dans les salles

Suite bureautique :
74 % MS Office, 13 % Openoffice.org et 10% de LaTeX.
Navigateur Web :
plus de 60% de Firefox (ou autres Mozilla...), 35% pour MS IE
Messagerie :
sans surprise pour des postes publics, près de 70% passent par le Web.

Postes privés



Près de 90 % des étudiants utilisent un poste privé pour leurs études, 75% de ces postes sont des portables, 15% sont des Mac. Seuls 26% des étudiants disent avoir acheté leur poste privé au travers du projet Poséidon. Sur ce poste privé, c’est Windows qui est installé à 73 %, Linux à 20 % (parfois les deux cohabitant).

Distributions Linux :
prédominance de Ubuntu (alors que le DVD Poséidon propose Fedora pour être en adéquation avec les distributions recommandées pour les postes professionnels).
Suite bureautique :

étonnamment (avec quelle licence ?) plus de 66% utilisent MS Office, seulement 17% OpenOffice.org.
Messagerie :
43 % passent par le Web, Thunderbird vient ensuite.
Navigateur Web :
57% Firefox, et 29% MS IE. La moitié n’utilise pas l’antivirus fourni par le DIT pour leur poste privé.
Type de connexion :
89% disposent chez eux d’une connexion à haut débit (ADSL ou téléréseau).

Commentaires

Évidemment, il n’est pas très facile de tirer des conclusions concrètes des commentaires libres qui pouvaient être ajoutés à l’enquête, mais quelques sujets méritent d’être relevés :

Collaborateurs :
les remarques sont typiques d’un public de scientifiques : il est demandé que les informations du DIT soient traduites en anglais et plusieurs aimeraient de la part du DIT plus d’incitation pour les logiciels open source, plus de support pour LaTeX et les plates-formes Mac. Messages entendus par le DIT qui essaiera d’en tenir compte dans la limite de ses moyens !
Étudiants :
beaucoup en profitent pour se plaindre des problèmes dans les salles (notamment pour l’impression) et expriment le désir de garder des salles avec des postes fixes. Une promotion de l’open source et LaTeX est aussi demandée, avec des remarques pertinentes du type : pourquoi ne pas mettre systématiquement OpenOffice.org dans les salles !

Analyse plus complète disponible sur my.epfl.ch

Vous la trouverez dans le répertoire public/Documents_distribues_par_DIT/ de l’unité PL-DIT-unit (authentification Gaspar nécessaire) : collaborateur et étudiant.

Conclusion

Merci à toutes les personnes qui ont répondu à cette enquête qui nous a fourni des chiffres intéressants et nous aidera à prendre des orientations pour l’avenir. Et comme le questionnaire était accompagné d’un tirage au sort, on peut conclure en disant que 100% des gagnants ont répondu au questionnaire !



Cherchez ...

- dans tous les Flash informatique
(entre 1986 et 2001: seulement sur les titres et auteurs)
- par mot-clé

Avertissement

Cette page est un article d'une publication de l'EPFL.
Le contenu et certains liens ne sont peut-être plus d'actualité.

Responsabilité

Les articles n'engagent que leurs auteurs, sauf ceux qui concernent de façon évidente des prestations officielles (sous la responsabilité du DIT ou d'autres entités). Toute reproduction, même partielle, n'est autorisée qu'avec l'accord de la rédaction et des auteurs.


Archives sur clé USB

Le Flash informatique ne paraîtra plus. Le dernier numéro est daté de décembre 2013.

Taguage des articles

Depuis 2010, pour aider le lecteur, les articles sont taggués:
  •   tout public
    que vous soyiez utilisateur occasionnel du PC familial, ou bien simplement propriétaire d'un iPhone, lisez l'article marqué tout public, vous y apprendrez plein de choses qui vous permettront de mieux appréhender ces technologies qui envahissent votre quotidien
  •   public averti
    l'article parle de concepts techniques, mais à la portée de toute personne intéressée par les dessous des nouvelles technologies
  •   expert
    le sujet abordé n'intéresse que peu de lecteurs, mais ceux-là seront ravis d'approfondir un thème, d'en savoir plus sur un nouveau langage.