FLASH INFORMATIQUE FI



Mot-croisé : RÉSEAU


Un mot : réseau,
deux publications : Flash informatique et EspacesTemps.net,
trois regards : dessin, informatique et sciences sociales.



Richard TIMSIT

Esteban ROSALES

René BERGER


De la métaphore à l’acronyme ?
Toutes les langues se heurtent au même obstacle, infranchissable : l’impossibilité de coïncider avec le réel. Ce que Mallarmé synthétise d’un trait fulgurant : « Les langues imparfaites en cela que plusieurs, manque la suprême ... ». Aussi sont-elles toutes contraintes d’inventer des voies détournées, figures de style et de pensée, très souvent la métaphore, soit la comparaison sans outil de comparaison. Ainsi les fameuses autoroutes de l’information qui sont entrées dans l’usage. C’est que la métaphore implique une mise en relation novatrice, ici l’automobile dont la pratique est devenue le lot de tous (accidents compris !) qui va jusqu’à façonner aujourd’hui nos modes de penser et de nous exprimer. Et que dire du feu vert, d’usage universel ?
De même, à partir d’Internet, l’avènement du Web (1993), sur lequel Tim Berners-Lee, son inventeur, a longtemps peiné pour trouver une appellation satisfaisante, qu’on abrège aujourd’hui www ou w3.
Or, les métaphores plus ou moins heureuses ont malencontreusement consacré le terme de toile, réduisant la vitalité des réseaux à la toile d’araignée ou au tissu, dans les deux cas à quelque chose de limité et de non pertinent, au rebours de tout ce qui s’est passé et se passe avec le développement du Web. Ainsi les voies ouvertes des réseaux collaboratifs, tel Wikipédia qui porte l’instance encyclopédique au niveau mondial. Ainsi Google Earth qui transforme nos comportements de manieurs de cartes géographiques pour prêter à l’internaute le vol de l’ange qui descend du ciel pour mettre pied sur terre.
Le développement accéléré du Web nous a donc mis en demeure de modifier les métaphores qui se sont vite révélées insuffisantes et tendancieuses. En rompant avec les métaphores établies, force nous a été d’inventer des néologismes, tout au moins d’autres façons de nous exprimer. Ainsi l’initiative que viennent de prendre le MIT et l’Université de Southampton qui consiste à transformer la computer science en Web science (Web Science Research Initiative, acronyme : WSRI) :
« WSRI is about understanding the Web and understanding the scientific underpinnings of the Web, and thinking about what could be and what is possible ... The program is a call to action for scientists to set an agenda for understanding the current, evolving and potential Web. »
L’Initiative, dans sa forme de sigle/acronyme (WSRI), est-elle en passe de ressourcer ou de remplacer les métaphores ? C’est ce qui est à l’oeuvre dans les sites-pilotes, telle la Technology Review du MIT, qui met quotidiennement au jour la métamorphose en cours.

René Berger

« The Network is the computer » lançait la société Sun Microsystems fondée en 1982. Ce slogan annonçait une révolution profonde du monde informatique qui allait ébranler bien des idées reçues !
Dans les années 1960, le département de la défense américaine (DOD) créa l’Advanced Research Projects Agency, et lança le projet de réseau ARPANET qui dès 1969 recolait les travaux de 4 sites universitaires américains. Le protocole de réseau TCP/IP était né et allait vite s’imposer en tant que standard pour un réseau associatif planétaire contre toute une kyrielle de réseaux dissociatifs propriétaires (SNA, DECNET, DOMAIN, APPLETALK...). Internet allait voir sa consolidation terminée à la fin des années 1980 et permettre l’invention du Web en 1993 (ce qui a précipité l’interconnexion de tout ordinateur personnel sur Internet).
A cette date déjà tout ordinateur devait disposer d’une carte réseau, et à l’EPFL on ne concevait plus un local sans une prise réseau (le câblage systématique du campus date de 1992) ! Les systèmes d’exploitation sont désormais conçus autour du réseau et toutes les applications font appel à ses services. Un ordinateur devient un point d’accès à l’ensemble des ressources offertes sur le réseau sur lequel il est connecté, dépendant même de celui-ci pour sa mise à jour. La plupart des services essentiels d’Internet restent en perpétuelle évolution et font l’objet de multiples projets. Ces projets d’évolution du réseau, comme tout grand projet, se réalisent en réseau et associent potentiellement toute personne possédant un ordinateur connecté à Internet.

Richard Timsit



Esteban Rosales



Cherchez ...

- dans tous les Flash informatique
(entre 1986 et 2001: seulement sur les titres et auteurs)
- par mot-clé

Avertissement

Cette page est un article d'une publication de l'EPFL.
Le contenu et certains liens ne sont peut-être plus d'actualité.

Responsabilité

Les articles n'engagent que leurs auteurs, sauf ceux qui concernent de façon évidente des prestations officielles (sous la responsabilité du DIT ou d'autres entités). Toute reproduction, même partielle, n'est autorisée qu'avec l'accord de la rédaction et des auteurs.


Archives sur clé USB

Le Flash informatique ne paraîtra plus. Le dernier numéro est daté de décembre 2013.

Taguage des articles

Depuis 2010, pour aider le lecteur, les articles sont taggués:
  •   tout public
    que vous soyiez utilisateur occasionnel du PC familial, ou bien simplement propriétaire d'un iPhone, lisez l'article marqué tout public, vous y apprendrez plein de choses qui vous permettront de mieux appréhender ces technologies qui envahissent votre quotidien
  •   public averti
    l'article parle de concepts techniques, mais à la portée de toute personne intéressée par les dessous des nouvelles technologies
  •   expert
    le sujet abordé n'intéresse que peu de lecteurs, mais ceux-là seront ravis d'approfondir un thème, d'en savoir plus sur un nouveau langage.